Mauritania + 6 more

Mauritanie | Nouadhibou - Cartographie et profils des migrants | Round 3 | octobre - décembre

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Introduction

Située à la frontière nord de la Mauritanie, la ville de Nouadhibou avec ses 142 000 habitants est un pôle commercial dynamique. Les importantes activités portuaires qui y sont développées ainsi que sa position stratégique la rendent très attractive, tant pour les nationaux que pour les étrangers.

Les migrants forment une part très importante de la population de la ville. Nombre d’entre elles et eux viennent à Nouadhibou attirés par la recherche d’opportunités économiques réelles ou supposées, tandis que pour d’autres, la proximité avec l’Espagne, via les Iles Canaries, avec le Sahara Occidental et le Maroc ou encore avec l’Algérie sont des facteurs motivant leur voyage à Nouadhibou. Les années 2018 à 2019 ont vu une augmentation importante du nombre d’arrivées en Espagne, et plus spécifiquement aux Iles Canaries via les routes de l’Atlantique et de la Méditerranée occidentale, confirmant une augmentation probable des passages par la Mauritanie2 .

Afin de bénéficier d’une meilleure compréhension des parcours et conditions de vie des migrants à Nouadhibou ainsi que de leur accès aux droits et aux services, l’OIM Mauritanie y a mené différentes activités du Système de Suivi des Populations Mobiles (DTM), en novembre 2018 et en mars-avril 2019. Pendant ces enquêtes, le trafic illicite de migrants, la traite des êtres humains, le travail forcé et d’autres types d’exploitation se sont révélés être des problématiques sérieuses subies par plusieurs migrants.
L’identification et la prise en charge de plusieurs victimes de traite, migrants objets de trafic, et autres personnes en situation de vulnérabilité par l’équipe de l’OIM Nouadhibou ont confirmé l’existence de ces phénomènes, sans toutefois en déterminer l’ampleur.

En vue de mieux contextualiser ces premiers éléments, l’OIM Mauritanie a mené un 3ème round d’enquête de terrain dans la ville en 2019. Les premières deux phases de ce 3ème round pendant le mois d’octobre 2019 - un atelier de travail pour estimer le nombre de migrants et des entretiens directs avec 804 migrants - visent l’actualisation du nombre de migrants présents dans la ville et une meilleure compréhension de leurs profils et conditions de vie, tant pendant leur trajet migratoire qu’une fois qu’elles sont établies à Nouadhibou. Les résultats de ces premières deux phases sont présentés dans ce rapport.

Les entretiens directs avec les migrants ont toutefois montré quelques limites méthodologiques relatives à la particularité et la sensibilité des phénomènes d’exploitation et de trafic rencontrés par les migrants. Dès lors, l’OIM a réalisé une troisième phase toujours dans le cadre de ce 3ème round afin d’approfondir la base des connaissances existantes sur les différents phénomènes d’exploitation et de trafic dans la ville, les formes qu’ils revêtent et les tendances observables. Réalisée en décembre 2019, cette phase permet de mettre en lumière les secteurs concernés (surtout la pêche, la main d’œuvre et le travail de ménage) et les besoins particuliers des personnes impactées. Les résultats de cette phase de recherche exploratoire ne sont pas inclus dans ce rapport mais seront publiés dans un rapport intitulé « La migration à Nouadhibou –

Focus sur le trafic, la traite et l’exploitation des migrants » en novembre 2020.

Le présent rapport présente les résultats des premières deux phases de l’activité réalisée à Nouadhibou.
Il est divisé en trois parties :

  1. présentation de la méthodologie et de ses limites ;

  2. actualisation des chiffres clés et estimations de la population migrante à Nouadhibou ; et

  3. analyses des résultats obtenus au travers des enquêtes individuelles avec les migrants.

Les données recueillies contribueront à informer d’avantage les programmes venant en appui aux migrant dans la ville et permettront à l'OIM et d’autres acteurs travaillant dans ce domaine de continuer à développer une réponse appropriée le long des routes migratoires de la région.