Mauritania

Mauritanie : Mise à jour du suivi à distance - Les effets résiduels de la pandémie et l’amenuisement des stocks limitent les capacités des ménages à satisfaire leurs besoins alimentaires, Juin 2021 - Janvier 2022

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Messages clés

  • L’approvisionnement des marchés en produits alimentaires continue d’être en baisse en cette période avec une réduction saisonnière des flux en provenance du Mali et du Sénégal vers les marchés de consommation à l’intérieur du pays. Au vu de la détérioration la situation sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 depuis la moitié du mois de mai, il y eu un renforcement des mesures restrictives, notamment la rallonge de la période du couvre-feu. Cela s’est traduit par le ralentissement des flux d’approvisionnement principalement pour les zones agropastorale et pluviale. Par ailleurs, la reprise des activités économiques au niveau de Nouakchott et de Nouadhibou permet de favoriser un niveau acceptable d’offres des produits alimentaires dans les marchés urbains.

  • Comme toutes les années, le niveau des ressources pastorales reste insatisfaisant en cette période marquée par un raréfaction saisonnière des pâturages dans les zones de transhumance, celles occidentales de la zone agropastorale et du Nord du pays. Les mouvements typiques de transhumance des zones déficitaires du Nord vers les zones du Sud à la recherche de pâturage continuent d’être observés. En outre, les mouvements typiques en direction du Sénégal, du Mali et de la Guinée continuent d’être observés avec un retour progressif dont le début est attendu entre juillet et août, avec la régéneration des pâturages et le remplissage des points dans les terroirs respectifs des éleveurs. En plus, la demande en aliment de bétail reste moyenne à supérieure à la moyenne et pourrait augmenter graduellement pour atteindre le pic en juillet avec l’installation optimale de campagne agricole. Enfin, cette demande connaitra une baisse avec la régénération du tapis herbacé et la disponibilité des points d’eau profitables pour le bétail.

  • L’amenuisement des stocks alimentaires au niveau des ménages et la baisse du pouvoir d’achat des ménages pauvres liés aux effets résiduels de la pandémie de la COVID-19 entrainant une diminution des revenus issus des transferts de la migration et du secteur informel, lequel à son tour limiteraient l’accès à une alimentation adéquate et suffisante des ménages pauvres jusqu’en septembre 2021. Malgré l’amélioration des conditions pastorales attendues due à l’installation de la saison pluvieuse, une insécurité alimentaire de Stress (IPC Phase 2) sera globalement observée dans les zones pluviales, agropastorales et les zones périphériques des centres urbains.

  • Entre octobre 2021 et janvier 2022, les perspectives de récoltes issues de la prochaine campagne agricole permettront d’améliorer substantiellement les conditions de consommation alimentaire et les moyens d’existence des ménages dans les zones agropastorale (MR07), de cultures pluviales (MR09) et de la vallée du fleuve Sénégal. La campagne de contre-saison froide pour la production de riz et de maraichage démarrant généralement en novembre permettront aux ménages de ces zones d’accéder au travail agricole permettant ainsi d’améliorer leur niveau de revenu. En outre, la situation pastorale sera améliorée avec une disponibilité des ressources fourragères et des points d’eau favorisant ainsi une amélioration de l’état d’embonpoint des animaux et la production laitière. A cet effet, les ménages pauvres des zones pastorales, agropastorales pluviales et de la vallée feront face à une insécurité alimentaire Minimale (IPC Phase 1) pendant la période.