Mauritania

Mauritanie Key Message Update : Des moyens d’existence sous pression malgré les récoltes en cours dans le pays

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Messages clés

En cette période de récolte, la majorité des ménages ont une consommation alimentaire acceptable. Mais dans les zones agropastorales (MR07) et de cultures pluviales (MR09), l’insécurité alimentaire reste en Stress (Phase 2 de l’IPC) après une soudure difficile, aggravée par les conséquences néfastes de la pandémie de COVID-19 sur les transferts de la migration et les revenus dans le secteur informel dans les centres urbains. A cela s’ajoute les inondations enregistrées en août et septembre dans les zones agropastorales du sud et le long du fleuve (Guidimakha, Gorgol, Tagant, Hodh Ech Chargi) et la Fièvre de la Vallée du Rift qui a touché 11 régions avec 138 cas confirmés chez les animaux et une infestation de 75 personnes dont 25 décédées, principalement dans la wilaya de Tagant.

Les productions agricoles et les ressources pastorales devraient être supérieures à la moyenne après une pluviométrie globalement satisfaisante. De même, le bon niveau de remplissage des barrages et cours d’eau offre de bonnes perspectives pour les cultures de contre-saison froide et chaude. Les mouvements de transhumance pourraient typiquement se dérouler entre novembre et juillet, mais le maintien de la fermeture des frontières avec le Mali et le Sénégal et les mesures pour circonscrire la propagation de la Fièvre de la Vallée du Rift, telles que la limitation de mouvement de troupeaux des zones exposées, pourraient limiter les départs habituels vers ces pays et créer entre avril et juin une pression sur les ressources dans les wilayas du sud.

L’offre de denrées alimentaires de base est moyenne sur les marchés à l’exception des fruits et légumes dont les importations subissent les effets néfastes des perturbations au niveau de la frontière avec le Maroc. Les prix des céréales, du lait et du sucre sont stables, en dehors des hausses légères dans les zones enclavées des wilayas de Hodh El Gharbi et Assaba liées à l’augmentation du coût du transport suite à la détérioration des routes après les fortes pluies. Par ailleurs, l’amélioration de l’embonpoint des animaux permet aux éleveurs d’avoir des prix de vente stables ou légèrement au-dessus de la moyenne.