Bulletin sur le Criquet pèlerin 458 (novembre 2016)

Poursuite d’une résurgence en Mauritanie et développement de plus petites en Érythrée et au Yémen

Une résurgence du Criquet pèlerin se poursuit dans l’ouest de la Mauritanie, où des opérations de lutte terrestre sont en cours contre des bandes larvaires et des groupes de larves et d’ailés dans une zone d’environ 300 km sur 200, entre Nouakchott et Atar, ainsi que le long d’une bande côtière de 100 km de large au sud de Nouakchott. La reproduction s’est étendue dans la partie méridionale du Sahara occidental, dans l’extrême sud du Maroc, où des éclosions ont eu lieu et où des opérations de lutte limitées sont en cours contre les petites bandes larvaires qui se forment. Une autre reproduction pourrait avoir lieu en Mauritanie si les températures restent élevées.

On s’attend à ce que davantage de groupes, de bandes et peut-être quelques petits essaims se forment dans la zone de résurgence. Il se peut que des groupes d’ailés et peut-être quelques petits essaims se déplacent progressivement vers le nord au cours des périodes de vents chauds de secteur sud et atteignent le nord de la Mauritanie et les zones adjacentes du Sahara occidental, où une reproduction aura lieu dans les zones ayant reçu de fortes pluies en octobre.

Ailleurs dans la région, des ailés épars persistent le long du versant méridional des monts Atlas, au Maroc et dans l’ouest de l’Algérie. Une reproduction à petite échelle se poursuit dans l’extrême sud de l’Algérie, près de la frontière avec le Mali, où des opérations de lutte ont été réalisées. Dans le nord du Niger, une reproduction localisée a eu lieu dans le Tamesna et les montagnes de l’Aïr et des opérations de lutte limitées ont été récemment entreprises.

Dans la Région centrale, de petites résurgences localisées se sont développées sur la côte de la mer Rouge, en Érythrée et au Yémen, tandis qu’une résurgence de courte durée, débutée le mois dernier, s’est dissipée au Soudan. Des opérations de lutte terrestre sont en cours dans ces deux pays mais sont limitées au Yémen en raison de l’insécurité. Une reproduction à petite échelle entraînera, en décembre, une augmentation des effectifs acridiens le long des deux rives de la mer Rouge et des côtes du golfe d’Aden.