Mauritania + 3 more

Bulletin d'information No. 795 pour l'Afrique de l'Ouest

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
NATIONS UNIES
Bureau de coordination des affaires humanitaires
IRIN pour l'Afrique de l'Ouest
Tel: +225 22-40-4440
Fax: +225 22-41-9339
email: irin-wa@irin.ci

SIERRA LEONE: Le gouvernement rejette les conditions des "West Side Boys"

Le Ministre de l'information de la Sierra Leone, Julius Spencer a déclaré, lors d'un entretien diffusé jeudi par la BBC, que le gouvernement n'acceptait pas les conditions des "West Side Boys", un groupe de combattants rebelles qui détiennent en otage six soldats britanniques et un soldat sierra-léonais.

Les hors-la-loi demandent la libération de leur chef, le brigadier "Bomb Blast", une révision des Accords de paix de Lomé qui devaient mettre fin à neuf années de guerre civile, la mise en place d'un gouvernement intérimaire, et leur intégration au sein de la nouvelle armée de la Sierra Leone.

"Il est peu probable que cela aboutisse car il s'agit de criminels chevronnés", a confié vendredi à IRIN une source du service de la radio et de la télévision publique.

Un porte-parole de la milice, qui s'est présenté comme le "Colonel Cambodge", a formulé ses conditions à la BBC grâce à un téléphone satellite fourni par l'armée britannique afin d'établir une meilleure communication pour négocier le sort des otages, a indiqué la BBC.

Il semblerait que le groupe comprenne principalement des soldats de l'ancienne Armée de la Sierra Leone (ex-SLA), fidèles à la junte qui avait dirigé la Sierra Leone de mai 1997 à février 1998. Cependant, la source médiatique qualifie les "West Side Boys" de "rejets de la société", ne jouissant d'aucune crédibilité pour négocier. La source a ajouté que les soldats de l'ancienne SLA étaient actuellement réintégrés au sein de l'armée dans le cadre d'un programme d'entraînement excécuté par les britanniques et intitulé "haïr les West Side Boys".

La même source a souligné que des proches parents des "West Side Boys" avaient quitté la capitale, vendredi, à destination des collines d'Occra, base du groupe à l'est de Freetown, pour se joindre aux officiers britanniques, au gouvernement de la Sierra Leone et à la Mission des Nations unies en Sierra Leone (MINUSIL) dans les négociations pour la libération des otages.

SIERRA LEONE: Les agences humanitaires continuent d'aider les personnes affectées par la guerre, en dépit de l'insécurité

Les agences humanitaires continuent d'aider des dizaines de milliers de personnes affectées par la guerre civile et ce, en dépit de "l'extraordinaire tension" qui prévaut et d'un "climat de sécurité hautement précaire", a indiqué le Bureau de coordination humanitaire de l'ONU (OCHA), dans son rapport pour la période du 8 au 27 août.

OCHA a précisé que les combats et le harcèlement des civils par des groupes armés dans les régions du nord et de l'est du pays, avaient occasionné un flot continu de déplacement de personnes, dont certaines avaient trouvé refuge dans les pays voisins. Le nombre des personnes déplacées à l'intérieur dépasse à présent 300 000, alors que le HCR a enregistré environ 15 000 nouveaux arrivants en Guinée durant la même période.

OCHA a précisé que les organisations humanitaires continuent de consolider les méthodes d'amélioration de réponse d'urgence dans des domaines de préoccupation majeure, notamment la fourniture de l'assistance alimentaire et des abris. Parmi les nouveaux mécanismes: l'établissement d'une équipe d'évaluation de la sécurité et d'une équipe intersectorielle de réponse rapide. Ces deux équipes procéderont à des examens rapides et formuleront des recommandations d'action.

Pour la même période, les conditions humanitaires à Kabala et à Bumbuna (province du nord), ainsi qu'à Daru (province orientale), se sont détériorées en raison de la pression d'une population croissante, de l'insécurité alimentaire et des mauvaises structures sanitaires. Par ailleurs, les conditions en matière des droits de l'homme ont approfondi la crise humanitaire, a informé OCHA. Dans les districts de Port Loko et de Kambia, les séquestrations et le recrutement forcé de civils se sont poursuivis.

"Des nouveaux cas de marquage de civils avec les initiales du RUF ont été signalés à Port Loko et à Kabala", a révélé OCHA.

Le Bureau a ajouté que le RUF et les "West Side Boys", anti-gouvernementaux, de même que les Forces de Défense Civile, avaient pillé des villages.

SENEGAL: Des centaines de passagers aériens bloqués devraient pouvoir voyager aujourd'hui

La compagnie multinationale Air Afrique a informé ses 400 passagers bloqués qu'ils voyageraient vers leur destination la France un peu plus tard dans la journée, mettant ainsi fin à un drame d'une semaine pour de nombreux passagers.

Ceux d'entre eux qui avaient été bloqués à Dakar pendant huit jours, étaient si furieux qu'ils ont bloqué le comptoir d'enregistrement à l'aéroport, selon des informations diffusées par la presse. Ils ont été logés dans un hôtel de Dakar, mais certains craignaient que ce retard leur coûte leur emploi à leur retour en France.

"Un avion a été loué et il y a suffisamment de place pour transporter les 400 passagers, a indiqué vendredi à IRIN la porte-parole d'Air Afrique, Awa Kone. Elle a précisé que l'avion était attendu à Dakar dans la soirée du vendredi.

NIGERIA: La banque Export-Import envisage un prêt de 250 millions de dollars en vue de l'achat de services médicaux

La banque Export-Import (Ex-Im) envisage un prêt au Nigéria d'un montant annuel de 250 millions de dollars en vue de l'achat de services et d'équipements médicaux américains, a-t-on informé à la banque le 26 août.

Les services et les équipements seront acquis par des acheteurs potentiels du secteur privé du Nigéria, dans le cadre d'un contrat avec le Ministère de la santé. L'Hôpital national Abuja et le Centre médical fédéral Gombe en bénéficieront grâce à un contrat à long terme pour la gestion des deux hôpitaux.

La banque Ex-Im a également annoncé qu'elle appuierait le gouvernement de l'Etat de Jigawa, dans le nord du Nigéria, en vue de l'achat pour 6 millions de dollars d'un équipement d'accès à l'internet sans fil fabriqué par les Etats-Unis et qui sera en partie utilisé pour des services de soins de santé. L'équipement servira aussi à l'éducation, à la formation et au commerce. Il s'agit de la première garantie à moyen-terme de la banque Ex-Im approuvée au Nigéria depuis au moins dix années.

"Ce projet de télécommunication apportera des services vitaux à Jigawa, ce qui ouvrira davantage d'opportunités économiques", a commenté le président de la banque, James Harmon.

MAURITANIE: Interdiction de la pêche au chalut

Une suspension annuelle de la pêche au chalut sur les côtes de la Mauritanie, débutée en 1993 pour permettre la reconstitution des espèces trop exploitées, est entrée en vigueur jeudi, a indiqué la PANA qui citait une source officielle à Nouakchott. Chaque année, la suspension coïncide avec la saison de frai, de septembre-octobre. Les eaux mauritaniennes sont comptées parmi les plus riches en poisson au monde.

MAURITANIE: Saisie de quatre hebdomadaires en une semaine, selon RSF

Cette année, les autorités mauritaniennes ont saisi sept hebdomadaires, y compris quatre pour la seule semaine écoulée, a indiqué Reporters Sans Frontières (RSF), dans un communiqué diffusé le 31 août. L'organisation, qui veille sur les droits des journalistes, a demandé au gouvernement du Colonel Ould Sid'Ahmed Taya l'abrogation de l'article selon les termes duquel les journaux ont été saisis.

Si le gouvernement continue d'utiliser l'Article 11 du 25 juillet 1991 de la loi sur la liberté de la presse comme il l'a fait durant les semaines écoulées, l'avenir de la presse privée semble incertain en Mauritanie, a souligné RSF. En 1998-1999, les journaux mauritaniens ont été saisis à douze reprises et ont fait l'objet de sept suspensions allant d'un à trois mois.

L'Article 11 permet au Ministère de l'intérieur "d'interdire la circulation, la distribution ou la vente de journaux qui portent atteinte aux préceptes de l'Islam ou à la crédibilité de l'Etat, qui nuisent à l'intérêt général ou qui troublent l'ordre public et la sécurité", a rappelé RSF. Les thèmes qui ont conduit à la suspension comprennent la corruption, la drogue, l'esclavage, la situation au Sahara occidental, les droits de l'homme, ainsi que les relations vec Israël et avec les réseaux militants islamistes, a ajouté RSF.

AFRIQUE DE L'OUEST: Don japonais de 100 000 dollars en faveur de la paix

Le Japon a fait un don d'un montant de 100 000 dollars à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) au profit de ses initiatives de promotion de la paix en Afrique de l'Ouest, a informé jeudi la radio "Voice of Nigeria".

L'ambassadeur du Japon, Takahesa Sasaki a déclaré que le don reflétait l'appréciation de son pays des succès de la CEDEAO dans le domaine de la résolution des conflits régionaux. Il a expliqué que, comme les conflits militaires sont improductifs et entravent le développement, il était donc nécessaire d'épauler des organisations telles que la CEDEAO, qui se sont consacrées à la prévention et à la résolution des conflits, a souligné la radio.

Abidjan, 1er septembre 2000 [fin]

[IRIN-WA: Tel: +225 22-40-4440; Fax: (Admin): +225 22-40-4435: Fax: (Rédaction): +225 22-41-9339; email: irin-wa@irin.ci]

[Les informations contenues dans ce bulletin vous sont parvenues via IRIN, un département d'informations humanitaires des Nations Unies, mais ne reflètent pas nécessairement les vues des Nations Unies ou de ses agenc es. Si vous réimprimez, copiez, archivez ou renvoyez ce bulletin, merci de tenir compte de cette réserve. Toute citation ou extrait devrait inclure une référence aux sources originales. Les rapports d'IRIN sont archiv és sur internet sous : http://www.reliefweb.int/IRIN. Toute utilisation par des sites web commerciaux nécessite l'autorisation écrite d'IRIN. ]