Mali + 1 more

Urgence alimentaire au Mali et au Niger : Action contre la Faim renforce son dispositif d'urgence

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Au Mali et au Niger, Action contre la Faim va distribuer plus de 4000 tonnes de nourriture afin de pallier les effets de la sécheresse. Les populations affectées se déplacent en masse afin de chercher de l'eau et des pâturages pour le bétail. L'intervention d'urgence devrait durer 6 mois.

Présente dans la région depuis 1996, l'association renforce ses équipes d'urgence (nutritionnistes, logisticiens, coordinateurs médicaux, experts en sécurité alimentaire...) afin de répondre aux besoins urgents des plus vulnérables, notamment des enfants. Dans la région de Kidal, au Mali, un enfant de moins de 5 ans sur trois souffre de malnutrition aiguë.

Au Mali, l'association lance des distributions de riz, d'huile et de farine pour plus de 15 000 personnes. L'association construit et réhabilite des points d'eau pour permettre l'accès à l'eau des personnes et du bétail. Elle met également en place des centres de nutrition supplémentaire (distribution de lait thérapeutique, de compléments nutritionnels) pour soigner la malnutrition des enfants de moins de 5 ans, et soutient des centres de santé qui soignent la malnutrition infantile sévère.

Au Niger, l'association renforce sa présence afin d'éviter une famine éventuelle, qui menace 2,5 millions de personnes dont 800 000 enfants selon l'ONU. L'intervention débutera fin juillet afin de réduire la mortalité infantile dans les zones de Dakoro, Mayayi, Keita et Tahoua et fournir de la nourriture à plus de 20 000 familles. Action contre la Faim va également intervenir auprès de plus de 27 000 enfants de moins de 5 ans afin de soigner la malnutrition infantile. L'association soutient le renforcement des structures de santé publique afin de leur permettre de faire face à l'augmentation des cas de malnutrition.

La région du Sahel dans son ensemble a connu une production agricole très faible et une pénurie de pâturages, sous l'effet conjugué du manque de pluies et l'invasion de criquets pèlerins en fin d'année, ce qui a conduit à une crise alimentaire très grave. Selon Nuria Salse, nutritionniste d'Action contre la Faim/ Espagne, « les pâturages, déjà très peu nombreux à cause de la sécheresse, se régénèrent très lentement et seulement dans certaines zones. De plus, les récoltes ne pourront se faire avant octobre, ce qui plonge des millions de personnes dans un état de vulnérabilité extrême. La communauté internationale doit se mobiliser le plus vite possible pour venir en aide à ces pays et éviter une ainsi une éventuelle famine. »