Mali

Tombouctou : Réduire les violences communautaires en appuyant 120 exploitants rizicoles et 100 femmes maraichères à Tintelout

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le 12 octobre dernier, le bureau de la MINUSMA à Tombouctou a remis un projet de réduction de la violence communautaire (RVC) aux bénéficiaires, dans le village de Tintelout. Ce projet de renforcement de la résilience des communautés, concerne la réhabilitation d’un périmètre irrigué rizicole de 40 hectares et l’aménagement d’un périmètre maraîcher d’un hectare. Ces réalisations, d’un coût global de 48.774.000 francs CFA, ont été financées par la Section de la Réforme du Secteur de la Sécurité, Désarmement, Démobilisation et Réintégration (RSS-DDR) de la MINUSMA.

Tintelout est situé entre Tombouctou et Acharane sur la route de Goundam, un village de la commune d’Alafia dans le Cercle de Tombouctou. Sa population est composée essentiellement d’éleveurs et d’agriculteurs. Autour du site, on dénombre plusieurs hameaux et villages voisins. L’insécurité créée par la crise de 2012 a entraîné, non seulement un déplacement des populations dans la sous-région et à l’intérieur du pays, mais aussi freiné les activités génératrices de revenus des populations.

Contribuer à la réinsertion socio-économique des communautés

L’exécution des travaux de réhabilitation et d’équipement du périmètre de 40 hectares qui a duré quatre mois concerne l’aménagent du canal principal, des canaux secondaires, la fourniture en équipement d’exploitation agricole (une motopompe de 45 chevaux avec accessoires, 8000 litres de gasoil, deux tonnes d’engrais, entre autres). Durant cette période, les membres du comité de gestion ont été formés aux techniques de culture du riz, à la gestion collective et à l’entretien des ouvrages.

La deuxième phase du projet a permis l’installation d’un forage équipé d’un château d’eau de 15 m3, de bassins de réception d’eau, ainsi que d’un robinet de bornes-fontaines et la clôture du jardin. Cette action a contribué à la réinsertion socio-économique des femmes et des jeunes maraîchères à travers l’attribution de parcelles cultivables pour chacune des 100 femmes maraîchères et la dotation en moyens de production (matériels et semences).

Le chef du village Mohamed Ag Mohamed AHMAD s’est réjoui de la perspective d’emploi pour ses communautés, notamment les jeunes et les femmes : « Depuis, le retour d’une partie des réfugiés et de tous les déplacés à Tintelout, ceux-ci sont laissés à eux-mêmes. Avec ce projet, un espoir nouveau commence à renaître, les femmes et les jeunes de différents groupes ethniques travaillent déjà ensemble. Ceci est une belle opportunité et un bel exemple de cohabitation pacifique. Pour les 120 exploitants du périmètre irrigué la campagne est prometteuse ».

Au-delà de cette perspective d’emploi permanent pour les communautés de Tintelout et environnants, c’est aussi 87 emplois temporaires générés pour les jeunes durant les quatre mois de la mise en œuvre du projet. « Pendant l’exécution de ces travaux, j’ai bénéficié d’un revenu mensuel sur quatre mois, chose qui m’a permis de subvenir à certains besoins quotidiens. Aujourd’hui, je suis exploitant du périmètre irrigué et j’ai l’espoir que ma situation financière changera, c’est pourquoi d’ailleurs, j’ai renoncé à l’idée d’aller à l’aventure à l’extérieur » a témoigné un bénéficiaire direct du projet.

Les projets RVC visent à contribuer à l'amélioration de la sécurité et au renforcement de la cohésion sociale, à la promotion du dialogue et à la réconciliation entre les différents membres de la communauté. Dans les régions de Tombouctou et Taoudéni, la MINUSMA a mené plusieurs projets de réduction de la violence communautaire dans le but de favoriser la paix et la cohésion sociale par le développement d’activités génératrices de revenus en faveur des femmes et des jeunes.

La cérémonie de réception a vu également la participation des bénéficiaires ainsi que du responsable régional de la Section RSS-DDR Jean NKAKA, accompagné de ses collaborateurs.