Mali + 2 more

Termes de Référence de la Recherche : Suivi de la situation humanitaire dans la zone frontalière entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso (Janvier 2020, Version 2)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

2. Justification

Depuis la crise sécuritaire au Mali en 2012, la zone frontalière entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger est minée par un climat d’insécurité du fait de la présence de groupes armés, la criminalité et la montée des tensions entre les communautés. Cette situation sécuritaire critique a causé le déplacement de plus de 470 000 personnes déplacées internes (PDI) et environ 73000 réfugiés selon les chiffres de juillet 2019. De plus, les populations subissent les répercussions d’une crise socioéconomique déclenchée par l’état d’urgence déclaré dans certaines communes ; cet état d’urgence interdit des activités essentielles à l’économie locale et impose des restrictions de mouvements dans de nombreuses zones. La situation sécuritaire, les mesures de l’état d’urgence et les facteurs de vulnérabilité préexistants dans cette région ont entraîné une crise humanitaire avec des besoins dans plusieurs secteurs d’intervention tels que la protection, les abris, l’éducation, la sécurité alimentaire, l’eau l’hygiène et l’assainissement, la nutrition, la santé.

La fourniture de l’assistance humanitaire est soumise à de multiple aléas et l’accessibilité aux populations affectées reste limité dans certaines localités en raison de la situation sécuritaire délétère, le mauvais état des infrastructures et les conditions géographiques/physiques difficiles. Cet accès humanitaire limité est en partie à l’origine d’importantes lacunes d’information sur l’étendue, la nature et la sévérité des besoins, affectant la capacité des acteurs humanitaires à répondre adéquatement à la crise humanitaire qui affecte la région. Les localités ayant plus de lacunes d’information sont les localités d’origine des déplacés dont l’accès humanitaire est très difficile en raison de l’insécurité qui est à l’origine de déplacements massifs de population ; par conséquent, il apparaît pertinent de fournir des informations sur les besoins des populations qui y résident et qui bénéficient peu des interventions du fait de la méconnaissance de leurs besoins. En outre, dans les localités qui accueillent les populations déplacées, des systèmes de collecte d’information menés par divers acteurs rendent comptent de besoins humanitaires multisectoriels. Pour autant, des lacunes d’information persistent dans ces localités et les besoins humanitaires évoluent de façon perpétuelle compte-tenu de la volatilité du contexte.

Dans l’optique de soutenir la réponse humanitaire dans la région, REACH a publié un Aperçu préliminaire de la situation humanitaire dans la zone frontalière entre le Niger, Mali et Burkina Faso en s’appuyant sur une revue des données secondaires disponibles ainsi que sur des entretiens avec des informateurs clés issus de la communauté humanitaire. Cette évaluation a servi de base à la conception méthodologique d’un suivi pilote de la situation humanitaire entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso que REACH a effectué entre octobre et décembre 2019. Sur la base de l’expérience et des leçons apprises au cours du pilote, un suivi régulier de la situation humanitaire sera mené à une fréquence mensuelle au cours du premier semestre 2019 avec une couverture géographique plus large que la phase pilote et une méthodologie plus affinée. Ce suivi est réalisé dans l’optique de rendre compte des dynamiques de déplacement et des besoins humanitaires multisectoriels afin d’aider les acteurs humanitaires à fournir une réponse humanitaire adaptée aux besoins et à l’évolution du contexte.