Mali

Soutenons les migrants et les migrantes du Mali dans leur mobilisation contre l’excision

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Il y a plusieurs mois, Equilibres & Populations lançait avec succès son premier projet de financement collaboratif sur la plateforme Catapult. Ce projet avait pour but de promouvoir l’abandon des mutilations sexuelles féminines (MSF), plus communément appelées excision, dans la région de Kayes au Mali, où près de 98% des femmes ont été victimes de cette pratique. Nous lançons un tout nouveau projet sur Catapult pour soutenir les migrantes maliennes de France dans leur mobilisation en faveur de l’abandon des mutilations sexuelles féminines. A travers ce nouveau projet nous souhaitons mettre en place un large programme de sensibilisation et de mobilisation dans lequel les migrants pourront s’engager et améliorer la santé des femmes et des filles en refusant l’excision.

Promouvoir l’abandon de l’excision par la combinaison de plusieurs approches

Parce que l’excision a des conséquences sociales, psychologiques, sanitaires dramatiques et irréversibles, nous poursuivons nos actions pour son abandon durable. Il n’y a pas une seule réponse pour mettre fin à la pratique de l’excision, mais une combinaison de plusieurs approches que nous mettons en œuvre dans nos actions.

Equilibres & Populations et L’Association malienne pour le suivi et l’orientation des pratiques traditionnelles (AMSOPT) développent depuis 2006 au Mali le projet « Protéger la Prochaine Génération ». Ce projet pilote a pour but de promouvoir l’abandon des MSF dans le district sanitaire de Kayes. Il vise à formaliser une démarche intégrée alliant prévention, prise en charge médicale et plaidoyer afin d’accompagner les communautés dans le processus d’abandon de l’excision. A cela s’intègre l’implication et l’adhésion des migrants et des migrantes issues des communautés du projet.

L’excision, un problème qui dépasse les frontières

La problématique des mutilations sexuelles féminines n’a pas de frontière. Norme sociale fortement ancrée dans les pays où elle est pratiquée, l’excision existe aussi dans les zones vers lesquelles émigrent les populations de ces pays. En France, où les migrations en provenance de l’Afrique de l’Ouest sont nombreuses, la problématique de l’excision est présente. En effet, malgré des actions fortes de prévention et de sensibilisation ainsi qu’une loi en vigueur, des fillettes courent encore le risque d’être excisées sur le territoire français ou dans leurs pays d’origine.

Les migrantes, acteurs et actrices du processus d’abandon de l’excision

L’objectif du projet est de faire des migrants et migrantes des relais positifs de l’abandon des MSF et, a minima, de neutraliser leur éventuelle opposition qui remettrait en cause les avancées dans les villages du projet. Le projet se base sur un tissu associatif dynamique pour développer ses activités et lier les associations et les villages dans le processus d’abandon. L’association des migrants et migrantes a un réel impact sur le processus d’abandon dans les communautés des villages du district de Kayes et sur l’amélioration de la santé et des droits des femmes issues de la diaspora. Le dialogue est renforcé et les changements en cours sont mieux compris de part et d’autre.

Découvrez notre projet sur Catapult et créons ensemble un vrai changement pour les femmes et les jeunes filles maliennes !