Mali

Saluant les progrès constatés au Mali, le chef des opérations de paix réaffirme le plein soutien de l’ONU

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, s'est rendu à Ménaka, au Mali, où il a rencontré divers acteurs locaux. © MINUSMA

Au terme d'une visite de cinq jours au Mali, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, s’est félicité des avancées concrètes qu'il a pu constater, tout en soulignant les tâches « importantes et prioritaires » qui demeurent dans le cadre de l’agenda « très chargé » de la transition.

M. Lacroix s’est rendu au Mali cette semaine pour s’enquérir notamment de la situation politique et sécuritaire dans le pays, de la mise en œuvre du mandat de la Mission de stabilisation de l’ONU dans le pays (MINUSMA), ainsi que de l’évolution de la transition à la suite du coup d’Etat survenu au mois d’août 2020, lorsque le Président malien Ibrahim Boubakar Keïta et son gouvernement ont été déposés par des militaires maliens.

Selon le chef des opérations de paix de l’ONU, le Mali se trouverait actuellement dans une « deuxième phase » de la transition.

« Les institutions de la transition ont été mises en place et maintenant tous les efforts vont porter sur la mise en œuvre de l'agenda très ambitieux qui est celui des prochains 14 mois », a déclaré Jean-Pierre Lacroix, lors d’un entretien avec Mikado-FM en fin de visite.

« Dans ce contexte, la réalisation de progrès dans la mise en œuvre de l'Accord de paix est très importante », a-t-il souligné, évoquant également les dossiers prioritaires que sont les réformes institutionnelles, la préparation des élections ainsi que les questions de sécurité, dont l’application de la Stratégie globale pour le Centre.

« Donc c'est un agenda chargé. C'est une liste de tâches prioritaires importantes dans un calendrier qui est très contraignant. En même temps, je constate qu'il y a une très bonne atmosphère de partenariat entre les autorités de la transition et la MINUSMA », a dit M. Lacroix.

Renforcer la collaboration entre l’ONU et les autorités

Au dernier jour de son périple, à Bamako, accompagné du Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali, Mahamat Saleh Annadif, M. Lacroix a rencontré des hauts responsables maliens, dont le Président et le Vice-président de la transition, ainsi que le Président du Conseil national de transition, dans le but de renforcer le partenariat entre les Nations Unies et les autorités de transition pendant cette période cruciale.

Lors de son audience avec le Président de la transition, Bah NDaw, M. Lacroix a pu aborder les progrès qu’il a constatés durant sa visite et les défis auxquels le pays est confronté, tant sur les plans sécuritaire que socio-politique ou de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation.

Il a réitéré l’accompagnement de l’ONU. « Je voudrais redire que la MINUSMA sera au côté de ces efforts, en soutien aux autorités de la transition mais aussi que nous nous réjouissons du partenariat qui s’est établi avec les autorités de la transition qui est un partenariat de confiance, qui reflète l’identité de nos objectifs, puisque nous sommes des partenaires. Nous voulons aider le Mali et les autorités de la transition à réaliser cet agenda ambitieux pour les 14 mois qui viennent », a-t-il dit.

« Ménaka sans armes » une initiative qui apporte une amélioration significative

Au cours de la visite, MM. Lacroix et Annadif se sont également rendus à Ménaka, dans l'est du pays, pour faire le point avec les autorités, les groupes signataires, la société civile et le personnel de la MINUSMA sur les efforts qu’ils ont entrepris pour ramener la paix et faire cesser la violence.

Les discussions ont surtout porté sur la mise en œuvre de l’accord de paix, la collaboration entre les différents acteurs et l’initiative « Ménaka sans armes », dont le succès est reconnu à l’unanimité.

« L’initiative "Ménaka sans armes" a été saluée par tous nos interlocuteurs. Ils nous ont tous dit qu’elle a apporté une amélioration significative. Ils ont souhaité que cela continue et qu’elle s’étende au-delà de la région », a dit M. Lacroix à l’issue de ses rencontres dans cette ville près de la frontière avec le Niger.

Lors de sa visite, M. Lacroix a également constaté une volonté « très forte » de partenariat avec l’ONU pour aider la population et le Mali à surmonter les défis sécuritaires.

« Tous nos interlocuteurs des forces politiques, de la société civile, aussi bien aux niveau local que national, nous disent qu'ils souhaitent que la MINUSMA continue de travailler, qu’ils souhaitent ce partenariat avec les Maliens, avec les autorités maliennes », a-t-il déclaré à l’issue de son étape à Tombouctou et Niafounké.

Selon lui, cette notion de partenariat est essentielle pour favoriser un retour de la paix durable, « qui passe par le rétablissement de la présence de l’Etat, de l’armée et des forces de police, puis de la justice et des autres services de l’Etat dont l’école et la santé ».

« La MINUSMA est déterminée à aider dans tous ces domaines sur la base des initiatives et des politiques impulsées par les Maliens eux-mêmes, les autorités de transition et aussi les partenaires au niveau local », a affirmé le chef des opérations de paix, ajoutant que le personnel de la MINUSMA était résolu à soutenir les efforts pour « rétablir la sécurité et prospérité ».

« Lorsqu'on va sur le terrain, comme je l'ai fait ces derniers jours, on écoute aussi la société civile et la population. On voit que l'action de la MINUSMA est appréciée et évidemment, on nous demande toujours de rester et de faire davantage », a salué M. Lacroix, affirmant avoir constaté des « effets concrets en matière de sécurisation, en matière de création des conditions pour que les conditions de vie des populations s’améliorent ».

Hommage aux Casques bleus et à ceux qui œuvrent au retour de la paix au Mali

En fin de visite, M. Lacroix a salué les dépouilles de quatre Casques bleus ivoiriens décédés au service de la paix, « quatre jeunes gens dans la force de l’âge, quatre braves qui s’ajoutent à la liste de nombreux autres (…) ayant fait le sacrifice ultime au nom de la paix ».

M. Lacroix a étendu cet hommage aux civils, aux policiers et aux soldats maliens ainsi qu’à ceux des forces partenaires qui sont « tous engagés dans la même entreprise avec les mêmes objectifs ».

« Ce ne sont pas seulement nos collègues Casques bleus qui sont durement touchés, c'est la population civile, les soldats maliens, les policiers maliens, les soldats des forces partenaires aussi, avec récemment les pertes de Barkhane », a-t-il poursuivi.

« Tous, les Maliens, les partenaires étrangers, sont à la fois touchés et en même temps unis par les mêmes objectifs, la même volonté de faire progresser le retour de la paix, de la stabilité au Mali », a conclu le chef des opérations de paix.