Mali

Rapport mensuel de monitoring de protection N° 4 - Avril 2021

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé des tendances en 2021

Au premier trimestre un total de 1,783 violations a été enregistré par le système de monitoring de protection. Les atteintes au droit à la propriété et les atteintes à l’intégrité physique et/ou psychique ont été les deux catégories les plus fréquentes recensées chaque mois, sauf au mois d'avril au cours duquel les mouvements de populations ont connu une très nette augmentation, particulierement dans la région de Mopti. Les atteintes à la liberté et à la sécurité de la personne ont nettement augmenté depuis le début de l'année. Aussi les atteintes au droit à la vie sont restées élevées chaque mois, par rapport au dernier trimestre de 2020. 45 mouvements de population de grande ampleur et deux mouvements de retour, 29 attaques de villages (91% documenté dans la région de Mopti), 21 menaces d’attaques de villages (67% documenté dans la région de Gao), neuf attaques d’infrastructures et trois autres violations graves ont été recensés par le mécanisme flash depuis janvier 2021.

Assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati: Président en exercice de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), Sidi Brahim Ould Sidati, a été assassiné par balles le mardi 13 avril à Bamako. L’attaque a eu lieu en plein jour devant son domicile de Bamako, la capitale du Mali. Les deux individus soupçonnés de l’avoir abattu n’ont pas encore été formellement identifiés. Un suspect a néanmoins été arrêté. Sidi Brahim Ould Sidati était l’un des signataires de l’accord de paix d’Alger, en 2015. Il avait représenté la CMA lors de la signature de l’accord de paix dit d’Alger avec l’Etat et la Plateforme. Selon les analystes politiques, l’assassinat de M. Ould Sidati est un coup dur pour le gouvernement de transition. Il était l’une des pièces maîtresses du processus de paix. Sa disparition pourrait retarder encore la mise en œuvre de l’accord de paix, qui peine à se concrétiser.

Mort du Président Tchadien, Idriss Deby: Le président tchadien Idriss Déby Itno est décédé le 20 avril 2021. Il a succombé à ses blessures reçues au front suite à des combats contre des rebelles dans le nord de son pays. Les conséquences de la mort du président tchadien sur le conflit au Mali sont encore méconnues ; mais pourrait résulter en un ralentissement des opérations en cours des forces du G5 et d’autres forces internationales dans la zone des trois frontières et autour du Lac Tchad.

Mouvement de population: Le Cluster Protection a enregistré ce mois-ci 14 mouvements de population rapporté par neuf rapports flash. Il s’agit de cinq déplacements qui ont été déclenché par une attaque de village, six par des menaces d’attaques et un par une insécurité généralisée. On note que six déplacements étaient préventifs et que la totalité des 14 déplacements étaient internes. Dans le cercle de Bankass, suite aux différents dialogues tenus sur la cohésion sociale, il a été constaté plusieurs vagues de retours volontaires. Deux mouvements de retour de population a été rapporté dans la commune de Segué et Ouenkoro. Ces personnes retournées ont besoin d’assistance en abris, vivres et non vivres, en eau potable et en activités génératrices de revenus (AGRs) pour faciliter leur intégration. Dans la région de Kidal, l'attaque de la base de la MINUSMA à Aguelhoc a entrainé de nombreuses violations contre les civils et provoqué un grand mouvement de population de plus de 193 ménages le 04 avril vers les villes Tissakadawen Ibinkar, Tetarmate, Assikad et Talabit (les périphéries de Aguelhoc). Les organisations ayant menées des évaluations multisectorielles des besoins apres des populations affectées ont recensé plus de 700 ménages affectés. La ville d’Aguelhoc est en partie vidée de sa population. Les populations civiles dans leurs revendications exigent le départ de la MINUSMA ou la délocalisation des postes et check-points jugés trop proches de la ville.