Mali + 2 more

Rapport mensuel de monitoring de protection n°4 - avril 2020

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Aperçu de l’environnement sécuritaire et de protection

Le mois d’avril reste marqué par l’insécurité dans toutes les régions couvertes par le monitoring. Un nombre élevé d’incidents (352 violations) a été enregistré, même si cela représente une baisse de 71 violations par rapport au mois précèdent. Les atteintes au droit à la propriété représentent toujours la catégorie de violations la plus fréquente. Une augmentation des atteintes à la liberté et à la sécurité de la personne a été recensée, qui pourrait être attribuée aux incidents liés au deuxième tour des élections législatives qui a eu lieu le 14 avril, et qui a été perturbé par une série d’incidents dans le centre et le nord du pays, notamment des enlèvements, des menaces et des incidents liés aux engins explosifs de nature improvisée (EENI).

Alors que le mois dernier, une augmentation alarmante du nombre et de l'intensité des attaques a été enregistrée, en particulier à Koro, Bandiagara et Bankass, deux détachements militaires ont été déployés par le gouvernement dans la zone de Bandiagara et Bankass pour ramener le calme et renforcer la protection des populations et des biens. Si des violations des droits humains ont encore été enregistrées à Bandiagara et Bankass à un niveau critique (> 21), elles ont été moins fréquentes à Bandiagara (28 en avril comparé à 97 en mars) et de nature moins intense que le mois précédent.

Avec 43% de toutes les violations ayant eu lieu dans la région de Mopti, le Centre reste l’épicentre de la violence.

Mouvement de population : Avec le mécanisme de rapports flash, 15 alertes d’attaques de village ont été reçues et 8 mouvements de population ont été enregistrés sur le territoire du Mali (y inclus un mouvement transfrontalier). Le nombre de mouvements de population est sensiblement inférieur à celui du mois précédent, où 22 mouvements de population avaient été enregistrés. Il est également important de constater que ce mois-ci, il n'y a eu aucun mouvement de population suite à des attaques de village. Des menaces d'attaques de village ont cependant déclenché des mouvements de population dans 5 cas ce mois-ci. Le mois précédent, une attaque ou menace d’attaque de village avait déclenché des mouvements de population dans 12 cas.

Au mois d’avril, un seul mouvement de population transfrontalier a été observé, concernant des réfugiés et autres personnes déplacées en provenance du Niger suite à des opérations militaires menées par l’armée nigérienne sur la bande frontalière. 78 ménages de nationalité nigérienne, majoritairement des Peulhs et des Zarma de la commune d’Inates (région de Tillabéry), et 37 ménages de PDI maliens installés sur la bande Mali-Niger (soit 115 ménages représentant 690 personnes au total) sont arrivés sur trois sites dans la commune de Tin-Hama (cercle d’Ansongo, région de Gao) entre le 14 et le 19 avril.