Mali

Rapport mensuel de monitoring de protection N° 07 - Juillet 2018

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Analyse de la situation de protection du mois

La situation de protection des populations civiles courant ce mois n’a pas connu une amélioration majeure comparativement au mois précédent en raison de la situation sécuritaire qui ne cesse de se détériorer.

En outre, il a été constaté une recrudescence des conflits intercommunautaires principalement dans la Région de Mopti (Cercle de Koro), une augmentation de la criminalité et du banditisme. Les tensions entre groupes armés radicaux, milices et groupes d’autodéfenses ont demeuré dans le centre (Koro, Douentza, Djénné) et aussi dans la Région de Ménaka.

Tous ces évènements ont eu un impact sur l’environnement de protection des populations civiles dans ces régions du nord et centre. Il s’agit notamment des multiples violations des droits humains enregistrées assez couramment dans les centres urbains, en milieu rural et sur les axes routiers. Au total, 91 incidents de protection ont été documentés courant ce mois de juillet contre 83 en juin. Ce qui constitue une légère hausse du nombre de cas s’expliquant par les raisons ci-dessus expliquées. Les incidents majeurs enregistrés restent les cas d’extorsion, vol, meurtre, coups et blessures et enlèvements de personnes. Cependant, dans la région de Mopti, le nombre des cas de meurtre et d’assassinat rapporté courant ce mois de juillet (12 cas) est assez inquiétant et nécessite une attention particulière de la part des autorités nationales et aussi des partenaires pour une meilleure sécurisation des populations civiles dans la région (Koro, Douentza et Djénné). Ce qui permettra aux populations civiles de vaguer librement à leurs occupations et d’exercer leurs activités hivernales et économiques qui connaissent une perturbation, voir leur arrêt dans certaines zones des régions couvertes par le monitoring en raison des menaces des groupes extrémistes, les braquages suivies d’extorsion et autres actes de banditisme facilités par la libre circulation des armes légères et de guerre.

Par ailleurs, ces évènements ont aussi occasionné des déplacements de personnes à l’intérieur et à l’extérieur du pays. 12 724 personnes déplacées internes ont été enregistrées en juillet 2018 selon le rapport CMP dont 98% ont été enregistrées dans les Régions de Tombouctou (92%) et de Mopti (6%). 224 personnes du Cercle de Koro se sont déplacées à Dialakorobougou /Commune de Moutougoula, Cercle de Kati de la période de mai à juillet 2018.

Enfin, la problématique des EID/REG et attaques d’obus est entrain de prendre une dimension inquiétante principalement dans la Région de Kidal car pouvant occasionner des victimes dans le rang des civils. Aussi, il a été constaté pendant le mois, une intensification des règlements de compte de plus en plus entre la coalition MSA/GATIA et les groupes radicaux du côté sud-est de la Région de Ménaka.