Mali

Rapport du Secrétaire général sur la situation au Mali (S/2018/866)

Format
UN Document
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Introduction

  1. Par sa résolution 2423 (2018), le Conseil de sécurité a prorogé jusqu’au 30 juin 2019 le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et m’a prié de lui faire rapport tous les trois mois sur la suite donnée à cette résolution, en particulier sur les progrès accomplis dans l’application de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali (voir S/2015/364 et S/2015/364/Add.1) et l’action menée par la Mission pour l’appuyer. On trouvera dans le présent rapport les principaux faits survenus au Mali depuis la publication de mon rapport précédent (S/2018/541).

II. Faits politiques importants

  1. L’événement majeur de la période à l’examen a été l’élection présidentielle, qui a donné lieu à la réélection du Président Ibrahim Boubacar Keïta. Les parties signataires ont réalisé des progrès dans l’application de l’Accord, qui se sont notamment traduits par la nomination d’autorités intérimaires au niveau des cercles, la création de communes dans les régions de Ménaka et Taoudenni et l’adoption d’une stratégie de réforme de l’appareil de sécurité.

A. Application de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali

  1. Le 25 juin 2018, le Comité de suivi de l’Accord a tenu sa vingt-sixième session, lors de laquelle il a notamment évalué les progrès accomplis dans l’application de la feuille de route adoptée le 22 mars. Les participants ont exprimé leurs préoccupations quant à l’absence de progrès dans l’établissement d’autorités intérimaires au niveau des cercles et dans la mise en service d’unités mixtes du Mécanisme opérationnel de coordination à Kidal et Tombouctou en amont de l’élection présidentielle du 29 juillet, et ils ont demandé aux parties de créer des conditions propices à la tenue d’opérations électorales crédibles.

  2. Le 5 juillet, la Mission a conclu une manifestation de trois jours sur l’application de la résolution 1325 (2000) sur les femmes et la paix et la sécurité, au cours de laquelle des femmes provenant de toutes les régions du pays se sont entretenues avec des hauts fonctionnaires du Gouvernement et des Nations Unies. Au nombre des priorités fixées par les participants figuraient en particulier la sécurité des populations, notamment des femmes et des enfants, et la facilitation de la participation des femmes aux activités de consolidation de la paix. Également en juillet, 45 femmes représentant des parties signataires et la société civile ont participé à un atelier organisé par le Haut-Représentant du Président de la République pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, la MINUSMA et l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes), au cours duquel un forum consultatif indépendant de femmes a été créé aux fins du suivi de l’application de l’Accord.