Mali

Rapport de Synthese: Enquête Nationale sur la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle, Février 2017 (ENSAN Mali)

Sources
Published
Origin
View original

Attachments

1.1. Contexte

Le Mali est un pays sahélien, enclavé, et structurellement vulnérable à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition. Les deux tiers du pays1 sont désertiques. Sa population est estimée à 18.343.002 d’habitants selon les projections de la Direction Nationale de la Population (DNP)2 . Il est classé au 182ème rang sur 186 pays selon l’indice de développement humain (IDH) de 20133 .

L’économie est fortement dépendante du secteur primaire : l’agriculture, l’élevage, la pêche et la sylviculture occupant 68.0% de la population active4 . Ce secteur est lui-même tributaire de facteurs exogènes, principalement d’ordre climatique, telles les sécheresses récurrentes.

Les conditions de vie dans le pays continuent de subir l’impact négatif de la situation sécuritaire instable et des effets des aléas climatiques principalement dans les régions nord et centre du pays. Les ménages maliens, ont connu une série de crises5 qui ont affecté négativement les moyens de subsistance (bétail, récoltes, sources de revenus, emploi, réduction des activités économiques, etc.) particulièrement dans le septentrion et le centre du pays. La mise en œuvre de diverses interventions dans le cadre du Plan National de Réponse du Gouvernement en collaboration avec les agences humanitaires principalement dans le nord du pays a contribué à une stabilisation voire une amélioration de la sécurité alimentaire selon les résultats de l’ENSAN réalisée en septembre 2016 par le SAP, le PAM et leurs partenaires. Il n’en demeure pas moins que les ménages demeurent globalement vulnérables et peu résilients face aux chocs particulièrement dans le nord et le centre du pays qui trainent encore les séquelles de la crise sécuritaire et des aléas climatiques.

Dans ce contexte, un suivi régulier de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, de l’évolution des moyens de subsistance et des stratégies de survie des ménages est indispensable pour une meilleure (re-)définition et planification des interventions ou activités à mener en vue d’améliorer les conditions de vie des groupes plus vulnérables et/ou prévenir d’éventuels catastrophes/crises.
Cependant, les nouvelles régions de Ménaka et Taoudéni restent dans la base comme elles étaient lors des passages précédents. Les données de l’ex-cercle de Ménaka serviront pour la région du même nom.

1.2. Justification

Les résultats des enquêtes ENSAN ont montré que l’insécurité alimentaire touche chroniquement près d’un quart (24%) des ménages maliens. Il s’agit principalement d’une insécurité alimentaire de type modéré qui touche la plupart de ces ménages (20%).

Les résultats du Cadre Harmonisé de l’analyse de l’insécurité alimentaire pour le Mali en novembre 2016 ont donné 9 cercles en phase 2 (sous pression) et 40 cercles en phase 1 (minimale) pour la situation projetée allant de juin à août 2017.

La dégradation attendue de la situation sécuritaire dans les régions du nord ainsi que par endroits dans la bande sahélienne à cause des pertes de production agricole et du faible niveau de pâturage, un suivi de près s’avère nécessaire pour appréhender le niveau des difficultés et son impact sur les conditions de vie des ménages.

Le cadre harmonisé qui constitue l’outil consensuel d’analyse de la sécurité alimentaire dans la sous-région ouest africain est prévu en mars 2017 et nécessite la disponibilité de données à jour en février 2017. Ces données actualisées, validées de manière consensuelle puis diffusées alimenteront la base de données de la prochaine analyse nationale du Cadre Harmonisé de mars 2017 qui, au sortir de la campagne agropastorale 2016/17 réévaluera la situation alimentaire, le nombre de personnes en insécurité alimentaire et nutritionnelle tant pour la période courante (mars – mai 2017) que pour celle projetée (juin - août 2017).