Mali

Projet ERRM/USAID – Kisili 4 : Rapport d’analyse rapide genre ; Mali - Region de Segou, Mopti, Tombouctou et Gao (Novembre 2020)

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé Exécutif

Cette analyse rapide genre s’inscrit dans le cadre de la phase 4 du projet ERRM-Kisili mise en œuvre par CRS en partenariat avec des ONGs locales et les Directions Régionales du Développement Social et de l’Economie Solidaire grâce au financement de l’USAID/BHA. Réalisée en septembre 2020 dans les régions de Ségou, Mopti, Tombouctou et Gao, elle contribue à comprendre les défis mais aussi à développer les stratégies qui garantiront à tous les bénéficiaires l’accès équitable aux services offerts par le projet, et la participation active aux processus de prise de décision à tous les niveaux, sans porter préjudice (do no harm) aux mœurs et culture des bénéficiaires.
L’étude a été réalisée à travers une approche qualitative (entretien individuel semi directif et focus group) inclusive des groupes ethniques que composent les personnes déplacées internes (PDIs) au Mali. Elle a touché les couches sociolinguistiques appartenant principalement aux groupes ethniques peulh, dogon, sonrhaï, tamasheq blanc et noir. La collecte des données a concerné 146 personnes dont 95 PDIs, 15 retournés et 36 hôtes (60% de femmes/filles et 40% d’hommes/garçon). Tous les participants aux groupes de discussion et aux entretiens étaient des membres de ménages polygames et monogames affectées directement ou indirectement par le mouvement de population et bénéficiaires du projet Kisili. Une discussion de groupe avec les femmes, une avec les hommes et une avec les filles âgées de 13 à 17 ans ont été menées dans chaque région.

PRINCIPALES RECOMMANDATIONS

Des recommandations en vue d’assurer les réponses les plus appropriées aux besoins des femmes sont également émises.

Le projet Kisili met déjà en œuvre certaines des recommandations suivantes dans la mise en œuvre de ses activités d’assistance aux personnes déplacées affectées par la crise au Mali.

▪ Rencontrer les leaders féminins ou les conseillères des villages lors des évaluations des besoins et discuter avec elles des besoins spécifiques des femmes, filles.

▪ Réduire autant que possible les assistances en espèce pour réduire les tensions familiales liées à l’utilisation de l’argent notamment dans les ménages polygames.

▪ Sensibiliser les ménages sur l’utilisation de l’assistance en cash avec un focus sur les ménages polygames.

▪ Dans les ménages polygames, enregistrer l’homme comme chef de ménage mais chaque épouse comme récipiendaire de l’assistance pour chaque ménage.