Mali

Point de presse - jeudi 18 février 2016

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Porte-parole Radhia Achouri

Attaque contre la MINUSMA à Kidal

Comme vous le savez, le Camp de la MINUSMA à Kidal a été l’objet d’une attaque complexe le 12 février. Le vendredi matin vers 7h, entre 10 et 15 obus ont touché le camp blessant plusieurs employés de la MINUSMA.

Quelques minutes après, un véhicule piégé est entré dans le camp et a explosé dans la section hébergeant le continent guinéen. Six soldats guinéens sont morts et une trentaine de personnes ont été blessées, dont cinq lourdement qui ont été évacuées à Bamako dans l’après-midi. Le bilan s’est alourdi depuis la semaine dernière et on déplore maintenant 7 morts, tous du contingent guinéen de la Force. Une femme compte pour la première fois parmi les victimes. Le camp guinéen a été complètement dévasté.

Le Représentant Spécial du Secrétaire Général et Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh Annadif, s’est dit révolté par l’attaque meurtrière. Il s’est rendu à Kidal le lendemain de l’attaque, soit le 13 février, pour constater les dégâts causés et soutenir le personnel. Il était accompagné du Commandant de la Force de la MINUSMA, le Général de division Michael Lollesgaard. Une visite du camp Guinéen dévasté, une réunion avec les personnels civils et police et une réunion de sécurité avec les autorités locales ont été organisées, et ce afin d’évaluer et d’améliorer la sécurité du camp.

Le 17 février, une cérémonie en hommage aux soldats tombés a été organisée au quartier général de la MINUSMA à Bamako, en présence du RSSG, du Commandant de la Force, de l’Ambassadeur de Guinée au Mali et des employés de la MINUSMA. Au cours de la cérémonie, un hommage a été rendu aux victimes ; le Commandant de la Force a décoré à titre posthume les 7 soldats de la paix.

Une délégation de la MINUSMA incluant le RSSG et le Commandant de la Force, a par la suite pris la direction de la Guinée pour accompagner les dépouilles et les rendre aux familles. Monsieur Annadif a également rencontré les plus hautes autorités du pays.

Activités de la direction de la MINUSMA

-Auparavant la semaine dernière, le 12 février, le RSSG Annadif a terminé sa tournée des régions du nord du Mali en compagnie du Chef de la Force et du Commissaire de Police intérimaire, avec une visite dans la région de Tombouctou.

Ils ont notamment rencontré les leaders politiques et militaires de Ber et ont présidé les événements organisés dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre l’utilisation des enfants dans les conflits armés. Les activités visaient à sensibiliser la population et les groupes armés sur les effets dévastateurs de l’utilisation des enfants dans les conflits armés.

-Vendredi, le Représentant spécial rencontrera le Premier Ministre français, Manuel Valls à la MINUSMA. Le Premier Ministre a entamé hier une visite au Mali.

-Après s’être rendu hier mercredi à Conakry, le RSSG se rendra dans les jours qui viennent au Burkina Faso et au Chad dans le cadre des visites aux pays contributeurs de troupes de la MINUSMA.

-La DRSSG/CR-CH Mme Gasarabwe, en compagnie des Directeurs de Bureau du PAM et de l’UNICEF, ont accompagné le RSSG M. Annadif à Mopti le Jeudi dernier. Ils ont rencontré les agences des Nations Unies et les acteurs humanitaires, y compris les ONGs qui opèrent à Mopti. Cette visite met l’accent sur les défis humanitaires, compte tenu de l’importance stratégique de Mopti en tant que centre névralgique.

Sécurité

-La Force de la MINUSMA a maintenu ses opérations de stabilisation dans les secteurs Est et Ouest et renforcé ses mesures de contrôle et de sécurité dans le secteur Nord, notamment les patrouilles, escortes, check-points et reconnaissances aériennes.

Durant la période écoulée, la Force a effectué un total de 234 Patrouilles, tenu 188 check point et opéré 72 escortes.

-Pour ce qui est de la Police des Nations Unies (UNPOL), elle a effectué 167 patrouilles, dont 28 patrouilles conjointes avec les forces de sécurité maliennes.

-La Force a conclu le 16 février l’opération Yanky en vue de la sécurisation de la zone de Goundam et de Likrakar ; l’opération visait notamment à empêcher la liberté de mouvements des groupes terroristes et à rassurer la population.

Processus de paix

-La CTS se réunit à la MINUSMA aujourd’hui et demain sous la présidence du Commandant de la Force. Il s’agit de faire le point sur le processus de mise en œuvre des accords de paix et de poursuivre sa réalisation à travers les thématiques de pré-cantonnement et de patrouilles mixtes.

-Le 15 février, le chef de bureau de la MINUSMA à Kidal a rencontré les représentants de la communauté Idnane Touareg. Au menu des discussions, les efforts en cours pour consolider l’accord entre les communautés Idnane et Arabe.

-Tel qu’indiqué dans l’invitation au point de presse, mon collègue chef de la section Réforme du Secteur de la Securité/ Désarmement, Démobilisation et Réintegration s’adressera à vous à la fin de ce point de presse pour vous exposer les derniers développements entourant le processus de cantonnement.

Relèvement

-La section Stabilisation et Relèvement tiendra par ailleurs une rencontre d’échanges avec les autorités et services techniques régionaux de Kidal, actuellement basés à Gao, pour les informer sur les projets à impact rapide exécutés ou en cours d’exécution dans la région et discuter de la préparation des projets à soumettre au financement du fonds fiduciaire en appui à la paix et la sécurité à Kidal.

-Au cours de la semaine écoulée, la Division Affaires Civiles de la MINUSMA a effectué une mission d’évaluation dans le cercle de Djenné. La mission visait à faire le suivi sur la présence de l’autorité de l’Etat, les services sociaux de base, la situation socio-sécuritaire et sensibiliser les représentants de la Société Civile sur le mandat de la MINUSMA et le contenu de l’Accord pour la Paix.

-D’autres rencontres de sensibilisation sur le contenu de l’Accord de Paix et le mandat de la MINUSMA ont eu lieu notamment : le 11 février à Samaloye, dans la région de Mopti ; le 15 février à Barize, dans la région de Tombouctou, au profit des jeunes des camps de réfugiés ; le 15 février également dans le village de Makamou près de Sévaré au profit de communautés impliquées dans des conflits intercommunautaires liés à la gestion des ressources naturelles.

-Une rencontre a également eu lieu avec la jeunesse d’Aguelhok et la coordination civilo-militaire tchadienne au profit de 100 jeunes de la région pour prévenir les conflits intercommunautaires.

Droits de l’Homme

-Le 12 février, le directeur de la Division des droits de l’homme de la MINUSMA, a tenu une rencontre à Ber, région de Tombouctou, avec les leaders politiques et militaires de la CMA pour discuter d’enjeux de droits de l’homme.

À l’occasion, le leader de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), M. Sidi brahim Ould Sidatt, a lu et signé une Déclaration dans laquelle la CMA a pris l’engagement ferme et solennel de « respecter l’interdiction internationale faite aux forces et groupes armés de recruter et d’associer à leurs troupes des enfants, conformément au Protocole Facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant concernant l’implication d’enfants dans les conflits armés ».

Cette Déclaration fait écho à la Directive militaire déjà adoptée par le MAA et le MNLA à Tombouctou en septembre 2014.

-Ce 15 février 2016, la 3ème session de formation sur le Droit international pénal, les droits de l’Homme et le Droit des réfugiés organisée à l'Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye a été organisée par la Division des droits de l’Homme de la MINUSMA, en collaboration avec la Fondation Friedrich Naumann et la Fondation Réné Cassin, Institut International des droits de l’Homme.
Plus de 150 participants venant de plusieurs pays d’Afrique et travaillant dans les secteurs de l’administration de la justice, de la sécurité et de la défense, de la communication, ou représentant des organisations internationales et non gouvernementales ont pris part à cet évènement, ainsi que plusieurs personnalités représentants des Missions diplomatiques accréditées au Mali, des membres du Gouvernement du Mali ainsi que des représentants d’organisations internationales et d’institutions partenaires présentes au Mali.

ant dans les secteurs de l’administration de la justice, de la sécurité et de la défense, de la communication, ou représentant des organisations internationales et non gouvernementales. Presence effective de plusieurs personnalités representant des Missions diplomatiques accréditées au Mali, des membres du Gouvernement du Mali ainsi que des représentants d’organisations internationales et d’institutions partenaires présentes au Mali.ant dans les secteurs de l’administration de la justice, de la sécurité et de la défense, de la communication, ou représentant des organisations internationales et non gouvernementales. Presence effective de plusieurs personnalités representant des Missions diplomatiques accréditées au Mali, des membres du Gouvernement du Mali ainsi que des représentants d’organisations internationales et d’institutions partenaires présentes au Mali.

Elections

Les 10 et 11 février, au lendemain de la proclamation des résultats définitifs par la Cour Constitutionnelle du second tour des législatives partielles dans la circonscription électorale d’Ansongo tenu le 31 janvier, la Division Electorale a initié des séries de rencontres et d’échanges avec les Organes de Gestion des Elections sur les défis rencontrés dans la tenue du scrutin d’Ansongo et les implications légales de la non-tenue du scrutin dans la commune de Talataye.

Par ailleurs, les questions sur l’avant-projet de la loi électorale élaborée par le Comité Technique mis en place pour la relecture des textes en lien avec l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger ont été abordées dans le but de mieux préparer le cadre légal des scrutins avenir.

Affaires judiciaires

La section des affaires judiciaires et pénitentiaires de la MINUSMA a tenu un atelier de formation pour 23 greffiers pénitentiaires à Mopti en collaboration avec la Direction nationale de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée les 10 et 11 février 2016.