Mali

Point de presse de la MINUSMA du 30 novembre 2017

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Porte-parole: Mme Myriam Dessables

Bonjour et bienvenue à toutes et à tous, chers confrères journalistes, chers auditrices et auditeurs de la radio de la Paix, MIKADO FM, merci de nous être fidèles. Notre invitée de cette semaine est Mme Loubna Benhayoune, Directrice de la section Stabilisation et Relèvement, qui va nous parler des projets communautaires mis en place en 2017, qui ont pour objectif d’améliorer les conditions de vie de la population dans le Mali, à Bamako et en régions. Mais avant tout, voici les points saillants dans l’actualité de la MINUSMA des dernières semaines.

ACTIVITES DE LA DIRECTION

  • La MINUSMA prend note du report des élections du 17 décembre 2017 en avril 2018. Ce report permettra de consacrer du temps pour trouver des réponses aux préoccupations exprimées par les acteurs politiques maliens et relatives au processus de paix. Le Représentant spécial du Secrétaire-général au Mali et Chef de la MINUSMA, M. Mahamat Saleh Annadif « encourage l’ensemble des parties maliennes à saisir cette opportunité pour créer les conditions propices à l’accélération de la mise en œuvre de l’accord de paix, notamment le retour de l’administration et la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire, ainsi que la mise en œuvre des arrangements sécuritaires tels que la mise en place du MOC et le lancement de patrouilles conjointes. » Il estime que le report des élections à avril 2018 est de nature à favoriser la poursuite du dialogue avec l’ensemble des acteurs maliens sur la tenue d’élections inclusives dans un environnement apaisé. Tel que stipulé dans son mandat, la MINUSMA apportera son appui au déroulement de ces élections dans le pays.
  • Ce matin, le 30 novembre, le chef de la MINUSMA M. Annadif a participé à une cérémonie d’adieux aux Casques bleus nigériens, burkinabè et au soldat malien tués en mission commandée, suite à des attaques perpétrées vendredi dernier contre des détachements de la MINUSMA positionnés à Indelimane, dans le cadre de l’opération FITIRI pour les nigériens et le malien, et aux environs de Banbara Moundé pour le frère du Burkina Faso. M. Annadif a adressé ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes est a rendu hommage à ces « vaillants soldats tués parce qu’ils ont osé affronter le péril des criminels terroristes ‘prétendus djihadistes’. » Le Représentant spécial a appuyé le caractère particulier de l’opération FITIRI qui avait eu lieu dans la région de Ménaka et qui était une opération conjointe entre les Forces armées et de sécurité du Mali (FAMa) et la MINUSMA.
  • Le 29 novembre, Le Représentant spécial du Secrétaire général M. Annadif a signé avec l’Ambassadeure de la Suède au Mali, Mme Eva Emnéus, une contribution suédoise de 4.1 million de dollars américains au Fonds Fiduciaire administré par la MINUSMA. Ces fonds seront consacrés à renforcer les mécanismes de paix et de réconciliation au niveau national et local, et surtout à encourager une plus grande influence et participation des femmes au processus de paix, aux processus politiques et à la consolidation de la paix.
  • Le 24 novembre, le Représentant spécial a ouvert la campagne globale des "16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles" en appelant aussi bien les employés des Nations Unies que la population  malienne à s’engager pour éradiquer les violences sexuelles basées sur le genre, les abus et l’exploitation sexuelle sous toutes ses formes. « Je m’engage et je vous invite vous aussi à vous engager et à le dire de façon claire : non aux violences faites aux femmes et aux filles, aux abus et à l’exploitation sexuelle. » a déclaré le chef de la MINUSMA. Voir l’article : https://minusma.unmissions.org/16-jours-pour-ne-laisser-personne-de-c%C3%B4t%C3%A9
  • Le 25 novembre, aux côtés de la Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille et de Madame le maire de la Commune III de Bamako, Mme Mbaranga Gasarabwe, la Représentante spéciale adjointe, Coordonnatrice résidente des Nations Unies et de l’action humanitaire, a ouvert les travaux des premières Assises des femmes pour la paix. Cette initiative permet aux femmes du Mali de contribuer à la promotion de l’Accord et de prendre part au dialogue social pour établir une paix définitive au Mali. Mme Mbaranga a souligné le rôle à jouer par les femmes au niveau local et national, notamment lors des prochaines élections, auxquelles il faudra que les femmes puissent remporter un nombre suffisant de sièges pour pouvoir peser sur les décisions et législations qui pourraient améliorer les conditions des femmes et des filles.
  • Le 21 novembre, M. Koen Davidse, Adjoint du Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, en charge des Affaires Politique de la MINUSMA, a ouvert le troisième volet d’un atelier de formation sur l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali organisé par le Centre pour le Dialogue Humanitaire et en présence des représentants du gouvernement malien et des mouvements signataires. Durant cinq jours à Bamako, 50 participants venus des régions du Nord du Mali ont été sensibilisés aux termes de l’Accord. Avec l’appui du Centre pour le Dialogue Humanitaire et des Nations Unies, Ils seront amenés à former des équipes conjointes pour diffuser dans leurs communautés les messages identifiés lors de cet atelier. M. Koen Davidse a salué les efforts consentis par le Gouvernement du Mali et les mouvements signataires et a invité les bénéficiaires à jouer leur rôle de dissémination de l’accord et ce, partout où besoin sera. L’article complet ici : https://minusma.unmissions.org/les-nations-unies-soutiennent-le-centre-hd-dans-la-diffusion-et-d%E2%80%99explication-de-l%E2%80%99accord-de-paix

PAIX ET SECURITE

  • Dans la période du 22 au 29 novembre, la Force de la MINUSMA a effectué 378 patrouilles donc 89 escortes. La Police Onusienne a, quant à elle, conduit un total de 632 patrouilles dont 33 escortes durant ces deux dernières semaines.

La Force

  • Le 23 novembre, une  unité de force de réaction rapide Sénégalaise ou QRF de la MINUSMA a effectué une patrouille dans le Cercle de Bandiagara, dans la région de Mopti pour aller vers les populations et les rassurer mais aussi leur fournir une aide médicale. Les habitants de Songobia-Bodio et Parou restent très isolés et avec un accès très limité aux services de base depuis le début de la crise au Mali. Voir : https://www.facebook.com/minusma/posts/1454481958002599
  • La Force de la MINUSMA a organisé le 23 novembre une session de sensibilisation à Yirimadijo, en Commune VI de Bamako, à l’adresse de l’association de femmes “Djigui Mafouba”. Plus de 60 femmes ont pu être ainsi informées du rôle des Casques bleus au Mali et discuter du mandat de la mission avec les intervenants ainsi que du rôle important que les mères, femmes et filles jouent dans la société pour assurer un climat de sécurité et une paix durable au Mali.   

Voir la vidéo ici : https://www.facebook.com/minusma/videos/1451739961610132/

La Police Onusienne (UNPOL)

  • Le 28 novembre, 23 combattants (12 de la Plateforme, 10 de la CMA et 01 de la CPA) ont été enregistrés avec leurs armes fonctionnelles au compte du mécanisme opérationnel de coordination (MOC) à Gao, sous la couverture sécuritaire d’UNPOL, de la Force de la MINUSMA et des FAMa. L’enregistrement des ex-combattants s’est déroulé sans incidents.
  • Le Réseau des Femmes de la Police de la MINUSMA s’est réuni le 17 novembre dernier pour une Assemblée Générale Annuelle avec la participation de 60 policières onusiennes en provenance de Bamako et des régions. La marraine du réseau, Mme Mbaranga Gasarabwe, la Représentante spéciale adjointe, Coordonnatrice résidente des Nations Unies et Coordonnatrice de l’action humanitaire, a félicité toutes les participantes pour leur lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles et a encouragé les femmes de la Police Onusienne à soutenir activement les femmes maliennes dans leur lutte contre les violences basées sur le genre.

Appui au processus politique et électoral

  • La section Médiation de la MINUSMA poursuit son appui  aux parties signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Elle participera à la 22ème session ordinaire du Comité de Suivi de l’Accord qui se tiendra les 4 et 5 décembre prochains à Bamako.
  • Les 23 et 24 novembre, la Division des Affaires Electorales de la MINUSMA a organisé un atelier de deux jours sur « la prévention et la mitigation des conflits et violences liés aux élections » à Bamako avec des participants de l’Association malienne pour le relèvement du taux de participation aux élections (AMRTPE). Cet atelier a eu lieu dans le cadre d’un projet de la MINUSMA et du Canada pour renforcer les capacités de 540 acteurs nationaux sur la prévention des conflits et violences liés aux élections ainsi que  la mise en place d’un mécanisme de veille et de prévention des conflits. Au total, 1,424 médiateurs communautaires seront formés et outillés pour prévenir et résoudre d’éventuelles tensions pouvant survenir en période électorale et ainsi renforcer la consolidation de la démocratie  et de la gouvernance participative.

AFFAIRES CIVILES

  • Le 25 novembre, la MINUSMA a participé à la première session ordinaire des Autorités Intérimaires de Kidal, en présence de membres de la CMA,  de la Plateforme et du gouvernement et de représentants communautaires de la région. Le Chef de la Section des Affaires Civiles de la MINUSMA a félicité les membres des autorités intérimaires pour assister ensemble à cet évènement important, geste qui témoigne d’un réel progrès dans le processus de paix et dans le renforcement de la stabilité à Kidal. Cette première session de quatre jours a porté essentiellement sur le budget 2017-2018, l’adoption des statuts et règlements ainsi que du plan d’actions proposé par les partenaires avec l’appui des services techniques.  En parallèle de cette session, un atelier d’échanges sur la mise en place d’un cadre de concertation régional et d’une stratégie de communication en appui aux Autorités Intérimaires de Kidal a débuté le 27 novembre.

DROITS DE L’HOMME/ DE LA FEMME

  • Décembre est le mois des Droits de l’Homme. Et cette année est particulièrement importante car le 10 décembre 2017, qui est la Journée des Droits de l’Homme, sonnera le lancement tout a long de l’année de la célébration du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1948. Pour rappeler les droits inaliénables que chaque individu possède en tant qu’être humain, la MINUSMA organise de nombreuses manifestations tout au long du mois de décembre, en commençant avec la campagne des 16 jours d’activisme que j’ai évoquée en début de ce point de presse. En coordination avec le Ministère des droits de l’homme et de la réforme de l’État, des conférences sur les droits de l’homme dans un contexte de crise sécuritaire, des ateliers de formation, des visites dans les écoles et des rencontres avec la presse locale vont être organisés tout au long du mois de décembre.

INCIDENTS

Nous terminons ce point de presse avec une série d’incidents ces derniers jours.

  • Le 28 novembre, trois attaques au mortier ont été perpétrées contre les camps de la MINUSMA d’Aguelhok, de Tessalit et de Kidal. Malgré des dégâts matériels importants, notamment sur l’hôpital du contingent Togolais, aucune victime n’est à déplorer.  Une unité de force de réaction rapide a immédiatement été déployée pour sécuriser les environs. Le même jour, une patrouille de la Force a été attaquée par deux hommes armés non loin du MOC de Kidal. La patrouille a riposté avec des tirs. Aucun dégât n’a été causé par les assaillants.
  • Comme annoncé en début de point de presse, le 24 novembre dernier, la Force de la MINUSMA a repoussé une attaque lors d’une opération coordonnée avec les FAMas dans la région de Ménaka. Plusieurs assaillants ont été tués et blessés lors de la riposte des Casques bleus et des FAMas. Le même jour, un convoi de la Force de la MINUSMA a été également victime d’une attaque complexe au nord de Douentza, dans la région de Mopti. Au total, quatre casques bleus et un membre des forces armées maliennes ont été tués et 21 autres blessés. Voir les communiqués de la MINUSMA : https://minusma.unmissions.org/la-minusma-repousse-une-attaque-lors-d%E2%80%99une-op%C3%A9ration-coordonn%C3%A9e-avec-les-famas-dans-la-r%C3%A9gion-de et https://minusma.unmissions.org/nouvelle-attaque-contre-un-convoi-de-la-minusma-dans-la-r%C3%A9gion-de-mopti

  • Le 25 novembre, dans le cadre d'une mission régulière de reconnaissance dans le secteur d’Ansongho, un drone de la MINUSMA a été obligé de faire un atterrissage forcé de sécurité suite à un problème technique. Deux jours plus tard, des habitants ont signalé l’appareil à la MINUSMA  qui s’est rapidement rendue sur les lieux pour récupérer le drone, qui s’était posé sans occasionner de dommages ni sur les populations ni sur leurs biens. Ces aéronefs sans personnel à bord, télécommandé à distance et munis d’une caméra, sont non armés et sont utilisés, en complément de l'action des unités au sol, pour améliorer les capacités d'observation et de surveillance de la Force dans les zones à risques et difficiles d’accès. Ces aéronefs sont d'une importance primordiale pour MINUSMA au regard du caractère asymétrique de la menace à laquelle elle fait face.

Je vous souhaite à tous de réjouissantes fêtes du Maouloud et vous donne rendez-vous très prochainement pour un nouveau point de presse.

Je laisse maintenant la parole à Mme Loubna Benhayoune, Directrice de la section Stabilisation et Relèvement de la MINUSMA.