Mali

Point de presse de la MINUSMA du 2 avril 2020

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Porte-parole : Olivier Salgado

Bienvenus à tous au point presse de la MINUSMA. Bonjour aux auditeurs et auditrices de Mikado FM qui nous écoutent et merci pour votre fidélité.

Tout d’abord, quelques mises à jour sur la Mission de l’ONU au Mali.

Direction de la MINUSMA

Il y a quelques jours, le Chef de la MINUSMA, M. Annadif, a mené une série de consultations avec le gouvernement et les partis politiques à l’approche du premier tour des élections législatives. Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre de l’appui multiforme fourni par la MINUSMA au processus électoral. En effet, conformément à son Mandat, la MINUSMA doit « concourir, dans les limites de ses moyens et dans ses zones de déploiement, à l’organisation, dans des conditions pacifiques, d’élections ouvertes à tous, libres, régulières, transparentes et crédibles ».

M. Annadif a également été en contact avec le Gouvernement, l’URD et les autres parties prenantes suite à l’enlèvement du Chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé. A la suite de l’évènement, la MINUSMA a pris les dispositions nécessaires pour appuyer les autorités et organiser les évacuations médicales des blessés de la délégation. La MINUSMA demeure aux côtes du Gouvernement et espère que M. Cissé et ses compagnons seront retrouvés dans les meilleurs délais et assurons leurs proches et leur famille politique de notre pleine solidarité.

Par ailleurs, plusieurs rencontres ont également eu lieu avec le gouvernement malien et diverses ambassades en vue d’ajuster la riposte au Covid-19. Lors de ces entretiens, le Représentant spécial a beaucoup insisté sur l’harmonisation des efforts autour des décisions maliennes.

Le 25 mars, Joanne Adamson, Représentante spéciale adjointe de la MINUSMA a rencontré l’Ambassadeur Diarra, Secrétaire permanent du Cadre politique de la gestion de la crise au Centre. L’objectif était de s’assurer que les activités majeures en faveur de la stabilité et la réconciliation entre les communautés dans le Centre du pays se poursuivent malgré les mesures prises au Mali pour lutter contre la pandémie COVID-19.

Prévention et lutte contre le Covid-19

Des efforts importants ont été consentis au cours des dernières semaines afin de prendre des mesures préventives et de répondre à la pandémie du Covid-19. L’ensemble du système des Nations unies au Mali a pris une série de mesures ciblées non seulement pour protéger son personnel mais aussi pour appuyer le Gouvernement malien dans la recherche de solutions pour répondre à cette urgence sanitaire. A cet égard, le Chef de la MINUSMA, M. Annadif a pris des mesures supplémentaires spécifiques afin de faciliter les interventions de la MINUSMA en appui à la réponse gouvernementale. La MINUSMA maintient toujours les fonctions clés de son Mandat tout en veillant à la sécurité de son personnel et celle des autres.

Notre travail au Mali continue, notre engagement auprès des maliens demeure identique. En toute transparence, nous continuerons à vous informer régulièrement comme nous le faisons depuis le début de cette crise.

Le Gouvernement multiplie les contrôles sanitaires tout en limitant les vols commerciaux et les grands rassemblements. La plus récente mesure est la mise en place d’un couvre-feu entre 21h et 5h du matin. Tout le système des Nations unies, agences et MINUSMA, respectent ces directives.

Au-delà de la MINUSMA, le Représentant spécial du Secretaire général des Nations unies, Mahamat Saleh Annadif, appelle l’ensemble des collègues du système des Nations unies ainsi que tous les Maliens et Maliennes à faire preuve de responsabilité et à suivre scrupuleusement les règles d’hygiène et les comportements qui s’imposent en pareille circonstance. Par ailleurs, la MINUSMA collabore activement avec les radios URTEL en régions pour le partage et la diffusion des messages de sensibilisation de l’Organisation Mondiale de la Santé en langues locales, ainsi que sur la radio de la paix MIKADO FM.

A Tombouctou, la Police des Nations Unies poursuit ses patrouilles de sécurisation malgré la crise sanitaire. Ces patrouilles constituent une occasion pour interagir avec la population tout en gardant une distance et ainsi la sensibiliser sur le respect des mesures mises en place et les gestes-barrières.

Par ces temps difficiles, nous sommes tous appelés à ne pas céder à la panique et à exercer la plus grande vigilance concernant les informations non vérifiées qui circulent sur les réseaux sociaux. Certaines participent plus à la désinformation qu’à la prise de décision raisonnée et bien informée.

La MINUSMA et le système des Nations unies ainsi que leurs partenaires restent engagés aux côtés du Gouvernement et du peuple malien pour renforcer la prévention sur le Covid-19. Ils restent à l’écoute des autorités pour toute aide qui serait nécessaire afin de préserver le Mali.

A titre d’exemple, la MINUSMA appuyé les établissements pénitentiaires en prodiguant des conseils techniques inspirés des normes internationales pour renforcer l’hygiène dans les prisons et assurer l’efficacité des mesures prescrites par le gouvernement, en milieu carcéral. Ainsi à Bamako, la Direction nationale de l’administration pénitentiaire a informé de la mise en place des mesures préventives dans les prisons qui seront complétées par la provision de matériels d’hygiène.

La MINUSMA fera preuve d’une grande capacité d’adaptation face à l’évolution imprévisible et rapide de cette pandémie.

L’appui aux processus de paix et la protection des civils demeurent pendant la crise les deux grandes priorités de la MINUSMA, auxquelles s’ajoutera l’appui aux efforts maliens dans la riposte au COVID-19.

Enfin, il est important de signaler qu’à ce jour, il n’y a aucun cas confirmé au sein de la MINUSMA et du système des Nations unies au Mali.

Comme vous le savez déjà, le Mali compte à ce jour 31 cas positifs de la maladie à coronavirus (COVID-19). Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires au Mali vient de produire un premier rapport sur la situation de cette maladie dans le pays. De nombreux détails sont à votre disposition dans ce rapport, et notamment la demande du Gouvernement pour un soutien des partenaires dans le renforcement des structures sanitaires opérationnelles et le comblement des lacunes existantes dans la disponibilité des tests, des équipements de protection et des fonds pour continuer à assurer les activités de prévention et de réponse. Le rapport publié ce matin est disponible en ligne et sur les réseaux sociaux.

Appui de la MINUSMA au processus électoral

Appui aux opérations de vote

Le 28 mars, la MINUSMA a offert 1 000 litres de carburant pour soutenir le déploiement de matériel électoral dans les communes éloignées du cercle de Kidal.

Le 24 mars, le chef de la composante police de la MINUSMA a remis officiellement au ministre de la Sécurité et de la Protection civile 18 000 exemplaires du guide pour la sécurisation des prochaines élections législatives. A Bamako comme dans les régions, UNPOL et la FORCE de la MINUSMA ont appuyé la sécurisation des élections législatives en procédant à la sécurisation des bureaux de votes et en menant des patrouilles de monitoring et de sécurisation dans les endroits où notre appui était demandé.

Dans la région de Mopti, la force de la MINUSMA a effectué des patrouilles à Sévaré et dans les environs de Madougou, Bandiagara Bankass ainsi que Douentza. Les patrouilles ont également sillonné les villages de Gourty et de Niagassagou.

Il convient de noter que pour le premier tour du scrutin, la MINUSMA a transporté 17 tonnes de matériels vers les régions du Centre et du Nord du pays.

SSR-DDR

Réhabilitation du Camp du MOC à Gao

Le 31 mars, la MINUSMA a remis au bureau de coordination du Mécanisme opérationnelle de coordination (MOC) les travaux de réhabilitation à l'intérieur du camp. Ces travaux ont également pris en compte la réhabilitation des ouvrages électriques internes ainsi qu’un nouveau câblage électrique et installation de dix projecteurs et lampes de sécurité. Cet appui de la MINUSMA permet d’améliorer les conditions de vie et de sécurité du camp du MOC à Gao. Conformément aux mesures de prévention contre le Covid-19, la cérémonie de remise du projet a été très restreinte.

Appui aux institutions

Enquête sur des exécutions extrajudiciaires et des disparitions forcées

Le 31 mars à Mopti, une mission conjointe de la MINUSMA et d'éléments de la gendarmerie malienne s'est rendue dans le village de Malemana, dans le cercle de Ténenkou, pour donner suite aux allégations d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées dans le village. Au cours de la visite, la délégation a cartographié les puits où plusieurs corps ont été trouvés et a utilisé des drones pour rechercher des restes humains dans la région. Il s'agit de la deuxième mission d'enquête entreprise par la MINUSMA pour donner suite à ces allégations après la première effectuée les 6 et 7 janvier 2020. La force de la MINUSMA, par le biais de l'opération « Malobali », a soutenu et sécurisé l'équipe intégrée avec des moyens terrestres et aériens.

Activités de la Police de la MINUSMA

Protection des Civils

Du 25 mars au 1er avril 2020, 95 patrouilles conjointes avec les Forces de sécurité maliennes (FSM) ont été conduites dont 131 patrouilles pédestres et 24 patrouilles de longue portée dans le District de Bamako et dans toutes les autres régions du Centre et du Nord. Durant cette période UNPOL a effectué conjointement avec les FSM, des patrouilles nocturnes dans les régions de Bamako, Gao, Ménaka, Ansongo, Tombouctou, Mopti et leurs périphéries.

Dans la région de Mopti, une patrouille de la Police des Nations unies et de la Force a intégré des composantes civiles de la Mission dans le village de Souforoulaye. Cette patrouille a permis de renforcer les liens entre le personnel de la MINUSMA et la population locale tout en s’informant du niveau de préparation de l’administration locale dans l’organisation du premier tour des élections législatives. La MINUSMA fait de plus en plus recours à ce type de patrouille afin de permettre une plus grande interaction avec les populations.

Activités de la Force de la MINUSMA

Protection des civils

Le 30 mars à Mopti, la MINUSMA a été informé d’attaques en cours dans les villages de Pourali et de Naye, respectivement situés à environ 5 km de sa base opérationnelle temporaire (TOB) à Madougou. La force MINUSMA de Madougou a envoyé une patrouille dans la région afin de dissuader les assaillants qui ont pris la fuite sans faire de victimes.

Opérations militaires

L’Opération Kalafili 2 dont le but était d’apporter le soutien nécessaire aux élections législatives s’est accrue cette dernière semaine avec des patrouilles beaucoup plus nombreuses dans toutes les localités de déploiement de la Force. Commencée le 8 mars, elle se terminera à la fin du mois d'avril 2020.

Opération Buffalo. Elle se poursuit au centre du Mali. Ces bataillons ont patrouillé ces derniers jours dans plusieurs les localités pour montrer la présence de la Force et rassurer les populations malgré la dégradation de la situation sécuritaire ces dernières semaines.

Opération Seka. Dans la région de Gao, la Force de la MINUSMA consolide l’opération Seka dont l’objectif est de sécuriser l’axe Ansongo- Labezanga et permettre la libre circulation des populations et de leurs biens sur cet itinéraire très emprunté. Dans ce cadre, du 26 mars au 1er avril 2020, 7 patrouilles de longue portée ont été effectuées et 6 postes de contrôle ont été installés et occupés par la Force. Les chefs des différentes patrouilles menées ont pu visiter les villages situés le long de l’axe afin d’échanger avec les responsables communautaires sur leurs préoccupations d’ordre sécuritaire.

Au total, la Force a mené au cours de la semaine écoulée sur l’ensemble de sa zone d’opération, 782 patrouilles (patrouilles de jour et de nuit, de longue et de courte portées) érigé des dizaines de check points. Ces patrouilles aussi bien terrestres qu’aériennes, ont contribué à réduire les violences sur les populations et à créer les conditions sécuritaires pour des élections législatives apaisées.

Evacuations médicales au profit des FAMa

Le 30 mars à Tombouctou, les FAMa ont eu un accident de voiture qui s'était produit dans des circonstances inconnues à Saraféré, dans la région de Tombouctou. Les blessés ont été évacués par la MINUSMA.

De même, après l’attaque du poste des FAMa le 30 mars, à environ 175 kilomètres à l'est de Douentza, les blessés ont été évacués par la MINUSMA. Le même jour, une autre évacuation sanitaire de FAMA a eu lieu après qu’un véhiculé des FAMa a heurte un engin explosif improvise au village de Kaihadarer, dans la région de Tombouctou.

De même, elle a procédé le 29 mars, à l’évacuation de 8 autres blessés FAMa dont le véhicule a sauté sur une mine à 27 km de Mopti au cours d’une de leurs patrouilles de routine.