Mali

Point de presse de la MINUSMA du 18 octobre 2018

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Porte-parole : M. Olivier Salgado

Bonjour et bienvenue à toutes et à tous, chers confrères journalistes, chers auditrices et auditeurs de la radio de la Paix, MIKADO FM, merci de nous être fidèles. Sans plus tarder, je vais commencer par vous présenter l’actualité de la direction ainsi que celles des différentes composantes de la Mission à Bamako et dans nos zones de déploiement pour ces deux dernières semaines.

Activités de la direction à Bamako

  • Plusieurs visites officielles dans nos locaux ces derniers jours avec le Chef de la MINUSMA qui a rencontré le 5 octobre, le Premier Ministre de la République d'Estonie Jüri Ratas. Le 8 octobre, M. Annadif a reçu en visite de courtoisie M. Birame Mbagnick Diagne, nouvel Ambassadeur du Sénégal au Mali. Lors de l’entretien, Monsieur Ambassadeur a remercié le Représentant spécial Annadif pour la qualité des rapports entretenus avec le gouvernement de la République du Sénégal, dans le cadre de la contribution de son pays à la MINUSMA. Le 9 octobre, les Ambassadeurs de la Côte d’Ivoire, de la République du Ghana, ainsi que celui de l’Egypte. Les discussions ont porté sur l’état d’avancement du processus de paix et de réconciliation, sur le Mandat de la MINUSMA et sur les défis sécuritaires. M. Annadif a remercié les Ambassadeurs pour les contributions respectives de leurs pays à la MINUSMA.

  • Le 9 octobre dernier, c’est la nouvelle Ambassadrice de Suède au Mali, Jessica Svardstrom qui était parmi nous. M. Annadif a remercié l’Ambassadrice pour la contribution de la Suède à la MINUSMA et pour la détermination du Gouvernement suédois à poursuivre son engagement aux côtés de la MINUSMA pour la cause de la paix au Mali.

  • Le 12 octobre, la Représentante spéciale adjointe et coordinatrice humanitaire, Mme Mbaranga Gasarabwe, s’est entretenue avec le ministère de la Réconciliation et de la Cohésion sociale à propos du processus de paix au Mali. Plus précisément, sur les actions à prendre pour rétablir les services sociaux de base dans les différentes régions. Le ministère s’est engagé à suivre et coordonner cela avec les groupes armés signataires. Un atelier sera organisé prochainement, il réunira les acteurs humanitaires et du développement présents dans le pays.

  • Le 12 octobre, au sein de la Base Aérienne 101 de Sénou, la MINUSMA a officiellement remis au Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air les clés d’un centre de formation équipé, pour l’Association des Femmes de la Base 101. Un projet entièrement financé par la MINUSMA pour un montant de plus de 25 millions de FCFA

  • La section SSR - DDR a achevé toute la planification du processus d'intégration accélérée du DDR dans les camps du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) à Kidal, Gao et Tombouctou qui se déroulera du 5 au 30 novembre. Ce processus concerne uniquement les combattants CMA et Plateforme, soit environ 1600 combattants. Il s’agit d’un pas important, le processus consistera en une base de référence pour la première armée reconstituée qui sera utilisée pour assurer la sécurité des différents sites de cantonnement, entre autres responsabilités.

Le 15 octobre, s’est tenu la 28ème session du Comité de suivi de l’Accord à Bamako. A cette occasion, les groupes signataires Plateforme et CMA ont signé le Pacte pour la paix avec le Gouvernement malien, un document prévu par la résolution du Conseil de sécurité 2423 (2018) et qui a pour but de réaffirmer l’engagement des différentes parties à la résolution du conflit. Acte fort symbolisant le renouvellement de l’engagement des acteurs à mettre en œuvre l’Accord signé en 2015, le Pacte pour la paix prévoit également de nouvelles dispositions. Le Chef de la MINUSMA s’est exprimé dans un entretien vidéo à retrouver sur nos réseaux. Bien plus de détails à suivre avec notre invité aujourd’hui dans un instant.

Protection des femmes

  • Les 9 et 10 octobre, la MINUSMA a organisé un atelier de renforcement des capacités des officiers de police malienne à l’Ecole de maintien de la paix de Bamako. La formation, intitulée « Accueil et orientation des victimes de violences sexuelles », a rassemblé 40 officiers de police venant de tout le Mali. Depuis le début du conflit au Mali, le sous-groupe « violences basées sur le genre » a dénombré plus de 700 cas de violences sexuelles liées au conflit, rapportés par les différents acteurs travaillant sur cette thématique. Cependant, la peur des représailles, la stigmatisation des victimes et le poids de la culture sont les principaux éléments qui empêchent les survivantes de dénoncer ces crimes dont elles sont victimes. Dans ce combat pour mettre un terme à l’impunité des coupables, le renforcement des capacités des Forces de défense et de sécurité maliennes (FDSM) sur ces questions joue un rôle clé dans l’accès des victimes à la justice et dans l’instauration d’une paix durable au Mali.

ACTIVITÉS DE LA FORCE ET DE LA POLICE ONUSIENNE

Du 15 au 17 octobre, le Commandant adjoint de la Force de la MINUSMA, le Général de Division Amadou Kane, s’est rendu à Gao pour visiter les troupes des contingents allemands, néerlandais et canadiens. Au total, ces trois pays contribuent à la Mission des Nations Unies avec plus de 800 soldats de la paix.

  • Le 3 octobre, une équipe d’UNPOL a organisé une séance de sensibilisation axée sur les pratiques coutumières préjudiciables, notamment les mariages précoces et forcés, les grossesses précoces et l'éducation des enfants dans le 2ème quartier à Gao. Ils ont également discuté des principes de la police de proximité.

  • Le 7 octobre, une équipe conjointe de la MINUSMA dont la Police des Nations Unies s’est rendue dans le village de Tin-Hama, dans le cercle d'Ansongo, à la suite des attaques terroristes qui ont fait une vingtaine de morts dans cette localité. L’objectif était non seulement d’évaluer la situation sécuritaire, mais aussi et surtout d’apporter le soutien de la Mission aux populations des villages d’Amalaoulaou et de Karan et plus particulièrement aux parents des victimes et aux survivants.

  • Du 08 au 12 octobre, UNPOL a organisé dans la Région de Mopti une session de formation sur le « Droit international humanitaire » au profit des Forces de Sécurité Maliennes. L’objectif était de faire connaître l’ensemble des règles applicables dans les conflits armés et les sanctions en cas de leur non-respect.

  • Au cours des deux dernières semaines, UNPOL a effectué un total de 558 patrouilles, dont 152 patrouilles d’officiers de Police des Nations Unies, 119 patrouilles conjointes avec les Forces de Sécurité maliennes, 257 patrouilles pédestres, 23 patrouilles mixtes et 7 patrouilles de longue portée. D’autres activités de soutien ont été réalisées notamment 18 opérations de maintien d’ordre et 45 escortes.

Maintenant, je vais passer à quelques activités conduites en régions.

EN RÉGIONS

  • Les 2 et 3 octobre derniers à Gao, la MINUSMA a organisé un atelier de formation sur le rôle des femmes dans la cohésion sociale. Cette session a regroupé 40 femmes leaders de diverses expériences en matière de cohésion communautaire et de réconciliation. L’atelier organisé s’inscrit dans le cadre du projet "femme, de la victime à l’actrice", financé à travers le Fonds de consolidation de la paix au Mali, et organisé conjointement par la MINUSMA, ONU Femmes et le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP).

  • Le 04 octobre à Gao, la MINUSMA, à travers sa section des Affaires judiciaires et pénitentiaires, a organisé une journée de sensibilisation sur le thème de « la justice au service du citoyen ». Cette journée, organisée en partenariat avec le "Cadre de coordination pour l’accès à la justice" avait pour objectif principal, de favoriser les échanges entre les autorités judiciaires et les ONG, et de renforcer la connaissance du système judiciaire. Cette activité répondait aussi à une demande des ONG œuvrant dans les régions de Gao et Ménaka pour l’accès à la justice.

Mission de terrain à Anefis

  • Le 08 octobre, la Division des Affaires Civiles (DAC) de la MINUSMA a effectué une mission de terrain à Anefis afin de rencontrer les membres de l’Equipe locale de personnes ressources qui ont été préalablement formés sur la gestion des conflits avec l’Aide de l’Eglise Norvégienne (AEN). Les échanges ont porté sur le maintien de l’équilibre social et la paix entre les communautés. Les participants se sont réjouis du climat apaisé qui règne dans la localité et qui facilite les interactions communautaires, grâce au soutien des partenaires et notamment de la MINUSMA.

Table de concertation mensuelle de la société civile de Kidal

  • Le 15 octobre, la session mensuelle de la table de concertation de la société civile a été organisée en présence de la Division des Affaires Civiles de la Mission et la participation de chefs de quartiers, les représentants des jeunes et des femmes. Au cours de la rencontre, les questions liées à l’assainissement de Kidal et à la gestion de l’orpaillage au niveau régional ont été discutées. La présentation du projet d’assainissement de la ville par l’ONG AZHAR et les chefs de quartiers a permis aux participants d’ajuster les besoins pour la formation des Comités de gestion et pour les séances de sensibilisation des populations sur les activités de nettoyage. En ce qui concerne l’orpaillage, il a été constaté le retour de certains exploitants sur les sites non recommandés pour des raisons environnementales. Une désinformation au sujet des dangers du mercure semble être à la base de ces retours. La Division des Affaires Civiles a exhorté les participants à s’investir davantage afin de sensibiliser les populations locales sur les dangers de l’orpaillage anarchique dans la région de Kidal.

TESSALIT

  • Le 11 octobre, la coopération civilo-militaire de la MINUSMA à Tessalit a procédé au don de kits d’école et d’équipements de sport aux élèves du quartier d’Amachach, dans le but d’améliorer l’assiduité des enfants à l’école.

INCIDENTS

  • Le 4 octobre dernier, un Casque bleu a été impliqué dans un accident de voiture à 150m de la base opérationnelle de la MINUSMA, près de l’aéroport. Une citoyenne malienne a malheureusement été tuée et son enfant grièvement blessé. Une enquête permettra de déterminer les responsabilités. J’en profite pour adresser nos condoléances à la famille de la victime et un prompt rétablissement au blessé.