Mali

Point de presse de la MINUSMA du 10 juin 2021

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published

Attachments

Porte-parole : Olivier Salgado

Bienvenus chers confrères, bienvenus à toutes et à tous au point presse de la MINUSMA et merci pour votre participation. Bonjour également aux auditeurs et auditrices de Mikado FM qui nous écoutent et merci pour votre fidélité. Aujourd’hui, notre invité est le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies et Chef de la MINUSMA, M. El-Ghassim WANE. Ils’adressera à la presse sur les actions qu’il a menées depuis sa prise de fonction en avril 2021.

Propos introductif du chef de la MINUSMA El-Ghassim Wane

Merci Olivier, merci infiniment à tous les amis du monde de la presse et des médias pour avoir répondu à cette invitation. Évidemment, j’aurais voulu les voir beaucoup plus tôt. J'ai rencontré quelques-uns d'entre vous, quelques-unes aussi, mais pas dans ce cadre et pas dans ce format.

Il se trouve que mon arrivée ici a coïncidé avec un certain nombre de défis auxquels j'ai dû m’atteler en coordination avec les différents partenaires qui sont impliqués dans le processus en cours au Mali. Mais je suis très ravi d’avoir cette opportunité de dialoguer avec nos amis de la presse. Cela fait cinq semaines que je suis au Mali. Cinq semaines, ce n’est pas beaucoup. Mais en même temps, c'est aussi une période relativement suffisante pour approfondir mon appréciation des choses.

J'ai consacré ces cinq semaines à une série de réunions, évidemment, avec les autorités nationales maliennes. Je me suis présenté à elles formellement, les ai écoutées sur les priorités qui sont les leurs et identifié avec elle ce que nous pouvons faire ensemble en mieux, davantage pour faire avancer la transition, accélérer la mise en œuvre de l'accord sur la paix et la réconciliation au Mali, qui est issu du processus d'Alger, mais aussi stabiliser le Centre. Ces rencontres avec les autorités se sont groupées avec des rencontres avec les mouvements signataires de l'Accord, mais aussi des rencontres avec nombre d'acteurs politiques et sociaux maliens impliqués dans le processus en cours.

Le deuxième volet de l’action que j’ai entreprise a consisté à me rendre sur le terrain. C'est extrêmement important parce que l'essentiel de notre action opérationnelle se passe sur le terrain au nord, la région de Kidal, au Centre dans les régions de Mopti et de Bandiagara, Douentza, San et Ségou, évidemment à Gao et à Ménaka où je me suis rendu la semaine passée. Ces visites ont été extrêmement instructives. Au dernier volet de l'action, je veillerai à porter mes efforts sur la coordination avec nos partenaires des Nations unies, et la MINUSMA est un acteur important au Mali avec une présence forte en différents domaines, présence qui correspond à la nature multidimensionnelle de notre Mandat. Mais la MINUSMA n’opère pas seule. Elle opère en collaboration avec beaucoup partenaires dont la CEDEAO, l’Union africaine et d’autres partenaires des agences des Nations unies appartenant à la même famille, mais aussi européens en coordination pour un certain nombre de partenaires bilatéraux et multilatéraux du Mali. Il était important que je garde le contact avec l'ensemble de ses partenaires et je voudrais souligner ici le fait que je me suis rendu, cela a été mon seul ce déplacement hors du Mali depuis que je suis arrivé, je me suis rendu à Accra pour assister au sommet de la CEDEAO consacré à la situation au Mali, le 31 mai.

Et enfin, élément important à garder en vue évidemment c’est le travail lié aux partenariats avec la CEDEAO et l’Union africaine pour faciliter l'aboutissement de la transition. Comme vous le savez, Goodluck Jonathan était ici hier. En fait, il est venu au Mali, depuis que je suis arrivé, il est venu au Mali trois fois. C'était sa troisième visite. En tant que membre du comité local de suivi de la transition, nous participons pleinement à ces visites conduites par la CEDEAO.

Quelles sont mes impressions, mes premières impressions sur la base des entretiens nombreux que j’ai eus ?

Je dirais tout d'abord en me rendant en particulier sur le terrain, trois éléments ressortent assez forts. D'abord, je pense au travail remarquable accompli par nos équipes sur le terrain, par notre composante militaire, composante de police, composante civile. C’est un travail remarquable parce qu'il faut comprendre les conditions dans lesquelles ces équipes travaillent, conditions sécuritaires extrêmement difficiles, conditions logistiques. Le Mali est un territoire assez vaste, les infrastructures sont limitées et donc on opère dans des conditions extrêmement difficiles mais malgré tout, les équipes font preuve de beaucoup de dévouement et d'efficacité et je pense que cela mérite d'être souligné. Ce n'est pas très souvent qu’on leur rend hommage pour le travail qui est fait.

Le deuxième élément que j’ai noté, c’est l'appréciation que les populations maliennes ellesmêmes, partout où j’ai été à l'intérieur du pays portent sur l'action de la MINUSMA. Évidemment, les populations souhaitent une présence plus forte, davantage de projets, davantage d'appui…et forment le vœu d’un effort plus soutenu en matière de sécurisation. Un élément est sorti de façon unanime de tous les entretiens et discussions que j'ai eus, c'est celui de la confiance accordée à la MINUSMA et l'appréciation très positive de son action. Et si les populations demandent davantage de MINUSMA, davantage de projets, c'est bien parce que ce que nous le faisons déjà, même si cela est jugé insuffisant par les populations, ce que nous faisons déjà est apprécié, et apprécié positivement.

Et je comprends également parfaitement les critiques formulées que nous les prenons très au sérieux. Elles sont importantes pour nous aider à améliorer notre action. Mais très souvent, on entend très fréquemment ceux qui critiquent, beaucoup plus que ceux portent une appréciation positive, tous les bénéficiaires réels du travail que nous faisons sur le terrain. Cela me semble important de le souligner auprès des représentants des médias.

Le deuxième élément que je voudrais relever, c'est qu’il y a une profonde prise de conscience de l'ampleur de la crise que connaît le Mali. Il a une grande lucidité quant à sa complexité. Des efforts soutenus sont requis de la part de tous les Maliens pour surmonter les défis actuels, mais l'élément le plus encourageant, c'est cette énergie, cette détermination. J’ai également senti de la part des femmes, de la part des jeunes une détermination à surmonter les difficultés, à renouer avec une histoire malienne, à retrouver la paix et la réconciliation, à retrouver un Mali dans lequel tous, toutes se sentent heureux de vivre. Et je pense que les Maliens doivent puiser dans cette détermination, dans cette énergie, pour surmonter les épreuves, pour surmonter les défis présents.

Je dirais que je suis optimiste. Je pense qu'il est possible, qu'il est parfaitement possible que cette crise soit surmontée, même si les efforts soutenus sont ceux des Maliens, avec un accompagnement plus fort de notre part.

En conclusion, je dirais que j'ai eu cinq semaines extrêmement chargées, par la hauteur et l'ampleur des défis auxquels le Mali confronté, et auxquels la MINUSMA est aussi confrontée. Mais au final, je ressors encouragé quant aux perspectives de règlement des crises multiples que connaît le Mali.

Je n’en minimise pas la portée, je n’en minimise pas la complexité, mais je pense qu'il y a une énergie forte, qu’il y a une volonté forte qui existe dans différents secteurs, dans les différents segments de la population malienne qui peuvent servir de levier pour une sortie de crise rapide.

Encore une fois, merci beaucoup à vous tous et toutes d’avoir répondu à cette invitation et évidemment je reste à votre disposition pour les questions que vous auriez. Merci.

Activités de la haute direction de la MINUSMA

Briefing aux pays contributeurs de troupes et de police

Le 7 juin, le Chef de la MINUSMA, M. El-Ghassim WANE a donné un briefing virtuel aux représentants permanents auprès des Nations Unies des pays contributeurs de troupes et de police. Cette mise à jour annuelle a porté sur les récents développements politiques et sécuritaires. Les pays contributeurs de troupes et de police ont rendu hommage aux Casques bleus qui ont été tués ou blessés dans l’exercice de leurs fonctions.

Ils ont ensuite posé des questions sur l’impact de l’instabilité politique et de l’insécurité sur les capacités de la Mission à mettre en œuvre son Mandat, celles spécifiques nécessaires à la MINUSMA pour mieux protéger les civils, ainsi que le personnel et les installations. Le chef de la MINUSMA a remercié les pays contributeurs de troupes et de police pour leur contribution.

La MINUSMA accompagnera le processus de transition

Après la prestation de serment du colonel Assimi Goïta lundi, le Chef de la MINUSMA a réitéré l'engagement de la Mission à soutenir le Mali. Il a souligné qu’elle travaillera en étroite collaboration avec le Président de la Transition et le Premier ministre pour faciliter une transition réussie, accélérer la mise en œuvre de l'Accord de paix et stabiliser le centre du Mali.

Visite du Chef de la MINUSMA dans les régions

Depuis sa prise de fonction en avril 2021, le Chef de la MINUSMA a tenu à visiter toutes les régions où la MINUSMA est déployée. Le Commandant de la Force et la Commissaire de la Police des Nations unies, ainsi que le porte-parole de la Mission ont également pris part à ces visites de terrain.

Gao et Ménaka

Du 4 au 6 juin, la délégation du RSSG s’est donc rendue à Gao et à Ménaka, pour rencontrer les autorités locales et les autres parties prenantes. A Ménaka, les discussions ont notamment porté sur la nécessité d'une présence plus substantielle de la MINUSMA et d'un soutien de la MINUSMA dans des domaines clés tels que l’eau et le transport. M. WANE et le chef du bureau de la MINUSMA à Ménaka ont également rencontré le commandement de la Force Takuba. A Gao, les jeunes ont salué le rôle crucial joué par la MINUSMA dans le retour progressif de l'autorité de l'Etat, mais ont également exprimé leur inquiétude concernant la dégradation de la situation sécuritaire.

Tombouctou

Tournée des régions également le 2 juin à Tombouctou où le RSSG a également rencontré les autorités administratives régionales et les acteurs locaux. Interviewé par la radio Mikado Fm depuis Tombouctou, il a salué la décision rapide CEDEAO de se réunir pour discuter de la situation au Mali. Il a pris note du communiqué final de la CEDEAO du 30 mai et en a approuvé le contenu, soulignant l'importance du respect du calendrier de la transition, qui doit conduire à des élections crédibles et transparentes ainsi qu’à la formation urgente d’un nouveau gouvernement inclusif. Il a appelé tous les acteurs politiques à œuvrer pour une reprise rapide du processus de transition. Il a souligné que la MINUSMA continuerait à travailler avec la CEDEAO et l’Union africaine (UA) et à assurer le suivi de leurs décisions, par le biais du Comité local de suivi de la transition. Rappelons que le 30 mai, il avait participé au Sommet de la CEDEAO à Accra, afin de faire le point sur la crise sociopolitique qui prévaut au Mali et de déterminer la prochaine ligne d'action pour la transition.

Douentza

Le 1er juin, M. WANE était également dans la ville de Douentza où il a rencontré le Gouverneur et la société civile.

Visite du Commandant Adjoint de la Force dans les régions du Nord

Le Commandant Adjoint de la Force MINUSMA, le Général de Division Paul NDIAYE, a effectué une visite Kidal, Tessalit et Aguelhok du 24 au 31 mai 2021. Il y a accompagné une importante délégation tchadienne conduite par le Général de Brigade Amane DJEDION. Cette visite avait pour objectifs d’évaluer les capacités opérationnelles des unités tchadiennes ainsi que la situation sécuritaire à Aguelhok en particulier.

Point de situation sur la pandémie du Covid-19

Point de situation de la MINUSMA

Comme nous le faisons chaque semaine en toute transparence, voici un point sur la situation du Covid-19 au sein de la MINUSMA, qui nous préoccupe, tout comme l’évolution dans le pays. A ce jour, la MINUSMA compte 1 cas actif dans le pays, isolé et qui reçoit les soins appropriés. Nous restons vigilants et poursuivons nos efforts pour empêcher la propagation du virus dans le pays.

Appui aux autorités et aux institutions

Renforcer le rôle de la société civile dans la région de Ménaka

Les 28 et 29 mai, la MINUSMA a soutenu l'organisation d'un atelier de sensibilisation sur le rôle de la société civile. 30 participants en ont bénéficié dans les quatre cercles de la région de Ménaka, dont des autorités administratives, des chefs de fractions et de villages, des leaders d'opinion, des délégués des jeunes et des femmes. Les participants ont discuté de la situation socio-sécuritaire et de la mise en œuvre de l'accord d’Alger et ont identifié une série de recommandations pour que la société civile joue un rôle plus actif.

Renforcement des capacités des Comités Communaux d'Orientation, de Coordination et de Suivi des Actions de Développement

Le Fonds fiduciaire pour la paix et la sécurité au Mali dans le cadre du projet Commissions Foncières (COFO) a appuyé cette activité tenue le 2 juin à Mopti. Plus de 50 participants ont été sensibilisés sur les attributions et les modalités du mécanisme de référencement de la COFO et les droits et obligations des membres de la COFO ainsi que les procédures de transaction foncière. L'objectif de l'atelier était d'inclure l'utilité des commissions foncières pour la résolution des problèmes liés au domaine et aux ressources naturelles dans les actions de développement des communes de Bankass afin de mieux les impliquer dans la prévention et la gestion des conflits fonciers.

RSS – DDR

Lutte contre la cybercriminalité

Un atelier a eu lieu à Ségou le 5 juin dernier, pour renforcer les capacités de trente jeunes leaders pour prévenir et combattre la cybercriminalité sur les réseaux sociaux. Organisé par la MINUSMA, cette activité, s’inscrit dans son Mandat d’appui à la protection des civils et la prévention et de lutte contre l’extrémisme violent.

Initiation à la RSS et au DDR

Du 27 au 29 mai et du 2 au 4 juin, la MINUSMA a organisé en partenariat avec l’Ecole de maintien de la Paix (EMP) de Bamako, deux ateliers de formation au profit de 100 personnels féminins de la Direction générale des services de protection civile. Les ateliers visaient à améliorer les connaissances des participants dans le domaine de la RSS-DDR, de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies et de l’Accord de paix.

Lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme

Du 31 mai au 1er juin à Koulikoro, la MINUSMA a soutenu l’organisation d’un atelier pour appuyer les efforts du gouvernement dans la mise en œuvre de la politique nationale de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme. L'atelier visait à engager les acteurs locaux, notamment la société civile, les femmes et les jeunes, les chefs religieux, les forces de défense et de sécurité, dans un dialogue sur les meilleures options pour soutenir la stratégie et le plan d'action du gouvernement pour répondre aux groupes djihadistes qui menacent la population de la région.

Appui à la formation

Le 28 mai, la MINUSMA a officiellement remis 20 blocs sanitaires aux 4 centres de formation de la gendarmerie à Koulikoro, Banankoro (Ségou), Kati, et Faladié. Ces installations devraient notamment améliorer les conditions de vie du personnel féminin. Ceci entre dans le cadre du soutien et de la coopération de la MINUSMA avec l'armée et les services de sécurité maliens.

Le 1er juin à Kidal, la MINUSMA a lancé un projet à impact rapide qui prévoit le forage d'un château d'eau à Tinchamarane. Un projet similaire a été lancé le 4 juin à Abatol. Ces projets visent à améliorer l’accès à l'eau potable pour la population locale, soit plus de 1 000 personnes.

Appui au processus électoral

Renforcement des capacités de la Cour Constitutionnelle du Mali

Le 1er juin, une session de travail s’est tenue sur la « Fonction régulatrice de la Constitution ». Ce fut l’occasion pour les membres de la Cour constitutionnelle d'échanger avec des consultants venus de la sous-région sur les théories, les études de cas réussies sur la régulation et le fonctionnement des institutions, ainsi que sur l'activité des pouvoirs publics. Au cours de la session, les membres de la Cour constitutionnelle ont souligné le rôle et l'impact de l'expérience du pays en matière de démocratie et de politique, sur le processus de décision des juges et sur la consolidation de la paix et de la cohésion sociale.

Dialogue intercommunautaire et réconciliation

Prévention et la résolution des conflits dans la région de Mopti

Le 31 mai, la MINUSMA a achevé la deuxième et dernière session de deux ateliers de formation sur les techniques de médiation, de prévention et de gestion des conflits, destinés aux leaders communautaires, membres de l'Equipe Régionale d'Appui à la Réconciliation (ERAR) de Mopti et de sept Comités Communaux de Réconciliation (CCR). Organisé en deux étapes du 25 au 27 mai et du 29 au 31 mai à Mopti, 70 participants ont été instruits des différentes sources de conflit et se sont livrés à un exercice de négociation pour identifier les impacts potentiels d'un conflit.

Appui au secteur de la justice

Renforcement de l’état de droit et la lutte contre l’impunité

La MINUSMA, le Barreau du Mali et l’USAID ont conjointement organisé les 10-11 juin une conférence sur « Le rôle du Barreau dans le renforcement de l’état de droit et la lutte contre l’impunité ». Le but de la conférence était de mettre en exergue le rôle du Barreau dans le renforcement de l’état de droit et la lutte contre l’impunité, tout en réaffirmant l’effectivité de l’assistance judiciaire comme garantie importante du procès équitable, et en favorisant un rôle plus actif du Barreau dans ces domaines. L’impact escompté est de mettre en exergue le rôle des avocats dans le système judiciaire, notamment en termes de renforcement de l’état de droit, de l’accès à la justice et contribution à la lutte contre l’impunité. L’activité s’inscrit dans le cadre des efforts de plaidoyer et d’appui technique que la MINUSMA mène avec les acteurs nationaux du secteur de la justice au Mali, en vue de favoriser le renforcement de l’état de droit et la lutte contre l’impunité.

Droits de l’Homme et Protection

Mission des droits de l’homme dans le village de Boni

Le 3 juin, une équipe de six fonctionnaires de la MINUSMA chargés des droits de l'homme a effectué une mission spéciale d’établissement des faits dans le village de Boni (Cercle de Douentza). L'objectif de la mission était de corroborer une série d'allégations de violations graves des droits de l'homme perpétrées contre la population civile de la localité. Ces allégations ont été documentées depuis janvier 2021 et portent sur des cas d'exécutions sommaires et arbitraires, de disparitions forcées, de torture, de mauvais traitements, d'extorsion et de destruction de propriétés privées.

Briefing des « Amis des Droits de l’Homme »

Le 3 juin, la MINUSMA a rencontré au siège de la MINUSMA à Bamako le groupe des « Amis des Droits de l'Homme » composé de représentants du corps diplomatique. L'objectif de la réunion était de discuter des développements récents et de leur impact sur la situation des droits de l'homme au Mali, ainsi que de mettre à jour les membres sur la situation générale des droits de l'homme. Il était également question de la lutte contre l'impunité, l'état de droit et de fournir un aperçu des enquêtes en cours sur les violations graves des droits de l'homme et les abus au Mali. Des discussions ont également eu lieu sur le rapport de la Commission internationale d'enquête de juin 2021, et sur la nécessité de soutenir le Mali dans la mise en œuvre des recommandations faites par la commission.

Formation sur la surveillance des droits de l'homme

Le 31 mai, la MINUSMA a organisé un atelier de renforcement des capacités de quatre jours pour 55 membres des quatre organisations faîtières et Cadres de Concertation, des régions de Mopti, Ségou, Sikasso et du District de Bamako. L'objectif de la formation était de fournir aux participants des connaissances approfondies et des outils pratiques afin de renforcer leurs capacités en matière de surveillance des droits de l'homme et d'enquête sur les violations et abus présumés des droits de l'homme, de rédaction de rapports sur les droits de l'homme et de gestion de projets.

Activités de la Police de la MINUSMA - UNPOL

Lancement de la Police proximité à Gao

Il a eu lieu le 8 juin. Dans ce cadre, les activités suivantes ont été réalisées par: (i) 3 séances de sensibilisation des populations des 9 quartiers de Gao ; (ii) une séance de sensibilisation des femmes de Gao sur le concept de la police de proximité; (iii) 135 membres du comité consultatif de sécurité de la commune urbaine de Gao ont été formés sur leurs rôles dans la mise en œuvre du projet et 43 agents des Forces de sécurité ont été formés comme points focaux de la police de proximité dans les villes de Gao et Ansongo.

Renforcement des capacités des forces de sécurité

Du 1er juillet 2020 au 26 mai 2021, UNPOL a dépassé le cap des 2000 éléments des Forces de sécurité maliennes formés dans divers domaines à Bamako et dans les régions de Mopti, Gao, Tombouctou et Kidal.

Activités opérationnelles

Du 20 au 31 mai 2021, 41 escortes et 393 patrouilles ont été exécutées afin de permettre aux populations de vaquer à leurs occupations en toute sécurité.

Activités de la Force de la MINUSMA

22ème session extraordinaire de la Commission technique de sécurité (CTS)

Elle s’est tenue le 7 juin à Gao. Présidée par le Commandant de la force MINUSMA, le général Dennis Gyllensporre, la réunion s'est concentrée sur le déploiement du reste du bataillon de l'armée reconstituée (BAR) de Kidal (la dernière des trois compagnies composant le BAR). Actuellement stationné à Gao, son déploiement est prévu dans les jours qui viennent.

Soutien aux FAMa et à la population civile

Dans le cadre du soutien de la MINUSMA aux FAMa en matière de formation, le programme d’entrainement établi au profit des militaires du bataillon des Forces armées reconstituées se poursuit.

La Force a effectué des reconnaissances spécialisées en vue d’aider la population de Ménaka à faire les travaux nécessaires pour préparer la saison des pluies.

Opérationnel

Les opérations de sécurisation de la MINUSMA se poursuivent dans toutes les régions où les Casques bleus sont déployés. Les opération Seka, Ménaka sans armes, Buffalo et Mongoose 3 phase 2 se déroulent bien dans leurs zones respectives.

Au cours des trois dernières semaines et sur l’ensemble de sa zone d’opération, la Force a mené près de 1200 patrouilles et érigé plus d’une centaine de checks points. Ces patrouilles, aussi bien terrestres qu’aériennes, contribuent à réduire les violences et rassurer les populations dans les zones où les tensions communautaires et des attaques armées sont signalées.

Incidents

  • Le 7 juin, un véhicule blindé de transport de troupes faisant partie d’une patrouille a heurté un engin explosif improvisé à proximité du camp de la MINUSMA à Ber. Deux Casques bleus ont été légèrement blessés et le véhicule a été endommagé. Une équipe de neutralisation des explosifs et munitions a été déployée pour enquêter sur l’incident.

  • Le même jour, alors qu’il se rendait de Gao à Douentza, un convoi de la MINUSMA a découvert un engin explosif improvisé, à environ 160 km au nord-est de la ville de Douentza. L'équipe équipe de neutralisation des explosifs et munitions du convoi a neutralisé l'engin. Un deuxième engin explosif improvisé a ensuite été désamorcé dans la même zone où le premier avait été trouvé, avant de reprendre son trajet.

  • Le 1er juin, une attaque complexe a visé les positions de la MINUSMA à Aguelhok. Les assaillants ont été repoussés par les Casques bleus et aucune victime ou dommage matériel n'a été signalé.

  • Le même jour, le camp de Tombouctou a été attaqué au mortier. Aucune victime ou blessé n’est à déplorer. Les hélicoptères de la MINUSMA ont effectué une reconnaissance aérienne et une force de réaction rapide a été déployé au point d'origine de l’attaque pour investigation.

  • Le 27 mai, un blindé a été touché par un engin explosif improvisé à Ber. Quatre Casques bleus ont été blessés et ont immédiatement été évacués à l’hôpital de la MINUSMA à Tombouctou. La force de la MINUSMA a déployé une équipe de neutralisation des explosifs et munitions sur le site de l'incident et a sécurisé la zone.