Mali

Note relative à la recrudescence des tensions intercommunautaires dans la région de Mopti

Format
Manual and Guideline
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Préambule :

Cette note initiée par le cluster protection a pour vocation d’orienter les discussions en cours, suite aux récents développements du conflit intercommunautaire dans la région de Mopti.

Historique du Conflit :

Selon les informations collectées par le projet de médiation humanitaire NRC, de 1895 à 1960, dans la zone de Koro, des tensions dues à l’accès à la terre et au partage des ressources naturelles ont été signalées entre agriculteurs (Dogon) et éleveurs (Peuhl). Ces tensions étaient éphémères et disparaissaient après l’intervention des notables et autorités religieuses (mécanismes traditionnels de gestion locale.)

L’avènement de la sécheresse et la baisse de la pluviométrie entre 1960 et 1998 ont fortement contribué à une surexploitation des ressources encore disponibles et auraient conduit à l’apparition de nouvelles tensions entre Dogon et Peuhl. Pendant cette période, les mécanismes traditionnels de gestion de tensions ont été complétés par de nouveaux mécanismes modernes. Ces mécanismes modernes étaient essentiellement composés de commissions de gestion de conflits dirigés par les autorités administratives. Ces commissions se basaient sur les liens historiques et les négociations pour apaiser les tensions.

Après 1998, il y aurait eu encore une rupture de dialogue entre les Peuhls et les Dogons. L’avènement de la décentralisation auraient été l’un des facteurs déclencheurs.

A la date du 17 juin 2017, des affrontements ont été enregistrés dans la commune de Dioungani située à 52 km à l’est de Koro, à Gondogourou et dans la commune de Diankabou à 75km au nord de Koro.
Ce conflit intercommunautaire a opposé les communautés Peuhl et Dogon. Le bilan du rapport de la mission d’évaluation multisectorielle conduite du 20 au 22 Juillet dans la zone sous le lead d’UNOCHA a fait état de 33 morts et d’importantes pertes matérielles (maisons et greniers incendiés, champs de cultures détruits, bétails décimés, etc.)