Nord du Mali : des mois de privation mènent à la faim

Report
from Oxfam
Published on 22 Mar 2013 View Original

La région de Gao, au nord du Mali, fait face à une grave insécurité alimentaire causée notamment par le manque de céréales sur les marchés, l’augmentation des prix et l’isolement, annonce l’organisation internationale Oxfam.

Dans une évaluation récente, menée en janvier-février 2013 à Bourem dans les alentours, qui constitue une des zones d’intervention d’Oxfam dans la région de Gao, l’ONG constate qu’à certains endroits, 80 pour cent des adultes, par manque de ressources, se privent afin de permettre aux enfants d’avoir au moins deux repas par jour. De surcroît, ils réduisent leur ration alimentaire quotidienne ou alors partagent les vivres qu’ils reçoivent avec les voisins et d’autres membres de la famille.

Une enquête distincte sur les marchés alentours indique qu’en janvier dernier, du fait de l’opération militaire, les prix des denrées de base ont augmenté jusqu’à 70 pour cent. Et 4 céréales : le mil, le sorgho, le maïs et le niébé ne sont pas disponibles sur les marchés.

Augmentation des prix entre octobre 2012 et février 2013 :

Produit Oct. 2012 Fév. 2013

Riz local 400 (FCFA) 625 (FCFA)

Riz importé 400 550

Pâtes alimentaires 250 500

Arachide graine 900 1.250

Huile 900 1.200

Sucre 600 700

Gasoil 500 900

Essence 750 1.000

(100 FCFA = 0,15 euros)

L’aide humanitaire par Oxfam

  • Gao se trouve à quelque 1 200 kilomètres de Bamako, la capitale malienne. Oxfam travaille à Gao depuis une trentaine d’années. Oxfam a besoin de 9 millions de dollars dans les 6 prochains mois pour mettre en place des projets dans 2 régions : Gao et Ségou.

  • En 2013, les programmes d’Oxfam ont pour objectif d’atteindre quelque 70.000 bénéficiaires à Gao par le renforcement des moyens d’existence et des distributions de vivres.

Trop peu d’argent pour les réfugiés

Au 15 mars 2013, les Nations Unies estimaient à 176.777 le nombre de réfugiés maliens dans les pays voisins et à 270.765 déplacés internes à Bamako, Ségou et Mopti. En tout, 447.542 personnes ont quitté leur foyer.

Le montant de l’appel d’urgence des Nations Unies pour le Mali (CAP 2013) s’élève à 386 millions de dollars. Au 15 mars 2013, il était financé à hauteur de 17%, soit un peu plus de 56 millions $. A ce jour, 4 grands bailleurs pour le CAP 2013 : Commission européenne (29 millions $), Japon (27,7 millions$), Royaume Uni (14 millions $), Canada (10 millions $).