Mali

Mutilations génitales féminines au Mali : Bilan d’une étude statistique

Attachments

extrait

Riposte programmatique du Mali face aux MGF

Le programme malien d’élimination des MGF s’attache à travailler sur les différents niveaux des facteurs et conséquences de la pratique. Les données indiquent que la persistance de hauts niveaux de MGF dans le pays découle de l’absence d’interdiction légale de la pratique, des pressions exercées par les chefs religieux attentifs au maintien du statu quo, et des sanctions sociales subies par les personnes qui s’opposent aux MGF. L’UNICEF et ses partenaires ont élaboré un nouveau programme de pays innovant pour le Mali (2020-2024) qui inclut, parmi ses objectifs, un changement des normes sociales et des normes de genre relatives aux MGF. La réussite de cette approche sera mesurée à l’aune de l’augmentation de la proportion de femmes et d’hommes qui se disent favorables à l’élimination des MGF. Le Ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille dirige cette initiative, avec l’aide des ministères de tutelle, d’organisations communautaires, d’organisations de la société civile, d’organisations non gouvernementales et d’autres organismes des Nations Unies.

Le programme repose sur six stratégies fondées sur des données probantes :

  1. Adaptation des approches aux contextes locaux : La pratique des MGF et les facteurs qui y contribuent varient selon les localités. La prévalence des MGF dépend aussi fortement des groupes ethniques, des croyances religieuses, des rites traditionnels et des stéréotypes de genre. Les programmes s’appuient donc sur une connaissance approfondie des dynamiques locales afin de définir des points d’entrée efficaces et pertinents en faveur du changement social.

  2. Leadership et coordination : Une volonté politique et une collaboration étroite à l’échelle nationale, régionale et locale sont indispensables pour mettre fin aux MGF. Le Programme national pour l’abandon des violences basées sur le genre, dont font partie les MGF, encadre la coordination des parties prenantes, le leadership et l’obligation de redevabilité des partenaires. Des efforts de plaidoyer sont déployés en faveur de l’adoption d’un projet de loi relatif aux violences basées sur le genre rédigé en 2017 dans le but d’ériger les MGF et d’autres types de violences en infraction pénale. Ce plaidoyer veille aussi à ce que le Mali honore ses engagements internationaux en la matière.

  3. Participation active de la communauté : Les perspectives, les opinions et les connaissances locales des enfants et des jeunes, ainsi que des autres membres de la communauté, font partie intégrante de tous les efforts d’élimination des MGF. Une première étape cruciale consiste à maintenir un dialogue constant avec les filles, les femmes, les garçons et les hommes afin de s’interroger sur les pratiques, de rechercher des solutions et d’identifier les possibles difficultés. Ces dialogues menés selon une approche participative et sensible au genre sont consolidés par des campagnes de communication relayées dans les médias et sur les réseaux sociaux. À l’échelle communautaire, cette démarche se prolonge par des comités locaux d’« alerte », qui se mobilisent lorsque des mutilations sont planifiées ou réalisées.

  4. Émancipation des filles : Une attention particulière est portée à l’autonomisation des adolescentes, afin de leur donner les moyens de promouvoir le changement des normes comportementales et sociales. Les activités proposées visent à développer les compétences psychosociales telles que l’estime de soi et l’empathie, et à donner aux jeunes les clés pour communiquer de façon constructive et efficace, et pour exprimer leur potentiel de contribution au changement. Par ailleurs, les filles et les garçons sont encouragés à participer activement aux activités de mobilisation sociale, aux dialogues intergénérationnels et aux clubs d’élèves axés sur le partage d’informations autour des dangers des MGF.

  5. Communication pour le développement et transformation de la conception des genres : Des efforts sont déployés pour favoriser la remise en question des normes de genre et des stéréotypes sexistes dans les familles, les communautés, les établissements scolaires et les médias. Ces initiatives entendent combattre les croyances traditionnelles qui prônent le contrôle sur les filles et les femmes, et mettre fin à l’impunité sociale qui entoure la violence commise à leur égard.

  6. Qualité des services : Les services liés aux MGF doivent répondre efficacement aux besoins des filles et se trouver à proximité immédiate des publics qui en ont besoin. Les filles et les familles sont encouragées à signaler les cas de MGF et à solliciter un soutien professionnel de qualité afin de mieux supporter et guérir les traumatismes physiques ou émotionnels.