Mali

MOPTI : Visite de courtoisie de la Cheffe de Bureau de la MINUSMA dans les régions de Ségou et San

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Les autorités régionales de Ségou et de San dans le Centre du Mali, ont accueilli la Cheffe du Bureau régional de la MINUSMA, Fatou THIAM, lors de ses visites de courtoisie, les 10 et 11 mai derniers. Objectif : s’enquérir de la situation politique, sécuritaire et sociale de ces régions afin de mieux comprendre les priorités des acteurs clés.

L’équipe intégrée de la MINUSMA, composée de huit personnes travaillant au sein de diverses Sections de la Mission onusienne, est arrivée au centre-ville de Ségou le 9 mai dernier, où elle entamé les séries de rencontres enrichissantes avec les forces vives de la cité des Balanzans.

Très tôt le matin du 10 mai, à la faveur de la ponctualité et du caractère matinal des Ségouviens, la série de visites a démarré par la participation de l’équipe à la cérémonie d’ouverture de la deuxième journée d’un atelier de formation. Celui-ci marque le début d’une campagne de sensibilisation de la MINUSMA au profit des organisations de bases issues de 10 localités de la région de Ségou.

C’est en partenariat avec l’association Diam-Naati que l’Unité Genre de la MINUSMA organise ces ateliers portant sur le tryptique du genre, des violences basées sur le genre (VBG) et de la participation des femmes au processus de paix et de réconciliation. Les 9 et 10 mai, ce premier atelier a réuni, chaque jour, une cinquantaine de personnes dans la salle de conférence du Centre de formation des filles et des femmes du réseau de groupements d’épargne de Ségou.

Saluant la présence et la participation active de 24 hommes aux côtés des 26 femmes à cette activité, Mme THIAM les a encouragés à s’engager davantage à la protection et la promotion des droits des filles et des femmes. En outre, la Cheffe du bureau régional de la MINUSMA dans le Centre a exhorté les participants à travailler ensemble, hommes et femmes, pour renforcer les actions et plaidoyer contre les violences basées sur le genre. « À la MINUSMA, nous allons continuer à vous accompagner, car notre objectif est de contribuer à la création des conditions véritables d’un environnement propice à la participation pleine et effective des femmes aux processus de paix et de réconciliation », a-t-elle indiqué.

Présent à l’activité, le Secrétaire général du Conseil régional de la société civile de Ségou, Modibo Oumar COULIBALY, a souligné l’importance de l’implication des femmes dans le processus de paix et de réconciliation.

Après avoir été au contact des femmes et des jeunes, Fatou THIAM s’est successivement entretenue avec le deuxième vice-président du Conseil régional du cercle de Ségou, Soumail DIARRA, le maire de la commune urbaine, Nouhoum DIARRA, le commandant de la deuxième région militaire, Colonel Didier DEMBELE, le Gouverneur de la région de Ségou, le Contrôleur général Alassane TRAORÉ, le Commandant de la légion de la Gendarmerie, André DEMBELE. En marge de la rencontre à la mairie de Ségou, la délégation de la MINUSMA a pu échanger avec des représentants de la société civile, en présence du maire et des conseillers communaux. « La MINUSMA, à travers sa section des affaires civiles et celle de la Réforme du secteur de la sécurité, du désarmement, démobilisation et réinsertion (RSS-DDR), nous apporte un appui considérable. Notamment, nous avons été outillés pour sensibiliser les jeunes sur la cohésion sociale et le dialogue et la réconciliation », a témoigné le président du Conseil régional de la Jeunesse de Ségou.

Au cours de ces différents échanges avec les autorités régionales et la société civile, l'insécurité et l’insuffisance de l’effectif de forces de sécurité, le manque d'opportunités d'emploi et d'infrastructures pour les organisations de la société civile, le soutien aux personnes déplacées, le renforcement de la cohésion sociale et la fourniture de services sociaux de base ont été soulignés comme des priorités clés par toutes les parties prenantes que la délégation a rencontré. « Notre principale préoccupation est de travailler à améliorer la sécurité et faciliter la libre circulation des populations, car sans la sécurité, les autres facettes de la vie dans la région sont paralysées », a insisté le Gouverneur de Ségou.

La dernière étape de cette tournée a conduit l’équipe de la MINUSMA dans la région de San, où elle a rencontré tour à tour, le président du Conseil régional, Souleymane TANGARA et ses collaborateurs, le Gouverneur de la région, Colonel Ousmane SANGARE et son directeur de cabinet, Karimou COULIBALY, et la maire de la commune urbaine, Mme Félicité DIARRA. Tout comme à Ségou, rassemblés dans la salle de conférence de la mairie de San, pas moins d’une trentaine de membres de la société civile de la commune ont fait part de leurs préoccupations à la délégation de la MINUSMA. « Nous avons besoin de l’aide de la MINUSMA pour nous aider à nous parler ouvertement et franchement et recoudre le tissu social entre nous », a insisté une représentante de la CAFO (Confédération des Association et ONG féminines) à San.

À San, les autorités régionales ont fait de l’amélioration de la situation sécuritaire leur priorité première, au regard de l’impact négatif de l'insécurité croissante sur divers aspects de la vie sociale dans la région. Tout comme à Ségou, après la sécurisation des personnes et de leurs biens, le maitre-mot a été la cohésion sociale que l’ensemble des interlocuteurs appellent à renforcer avec le concours de la MINUSMA.

Abordant les questions de l’autonomisation des femmes et des jeunes, les acteurs de la société civile ont sollicité l’appui de la MINUSMA pour mettre sur pied des initiatives à la fois génératrices de revenus et fédératrices des communautés en proie à de profondes divisions sociales et politiques.

En outre, ils ont demandé que la Mission finance un certain nombre de projets humanitaires et de développement. La cheffe du bureau régional a encouragé les interlocuteurs à soumettre des demandes de projets et a déclaré que la MINUSMA s'efforcerait de se rendre plus fréquemment dans la région. Au sortir de ces rencontres, Fatou THIAM a reçu un certain nombre de demandes de projet de réduction de la violence communautaire et de projets à impact rapide. Il faut noter que dans chacune de ses, la cheffe du bureau a aussi encouragé les autorités locales à continuer ces échanges avec la MINUSMA, ce qui lui permettra de renforcer son appui à l’endroit de ces régions.