Mali

Mobilisation des acteurs de protection des droits de l’homme au Mali - Un groupe de travail se réunit tous les mois pour la promotion de l’accès à la justice et l’Etat de droit

Format
News and Press Release
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Promouvoir l’accès à la justice et lutter contre l’impunité est un défi et une priorité au Mali. Les victimes de violations des droits de l’homme sont confrontées à des difficultés d’accès aux droits en général et d’accès à la justice en particulier, du fait notamment du faible retour des autorités judiciaires dans les régions du Nord et de l’absence de structures adéquates de protection des victimes et des témoins.

Mis en place en janvier dernier à l’initiative de la Division Droits de l’homme de la MINUSMA - représentant le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme au Mali – dans le cadre de la réponse humanitaire pour faciliter l’accès à la justice pour les victimes de violations graves des droits humains et lutter contre l’impunité au Mali, le Groupe de Travail « Accès à la Justice et Etat de droit » (GT-AJED) a tenu Mercredi 9 avril sa 4ème réunion à Bamako.

Une mission Conjointe d’évaluation de Protection effectuée au Mali en Aout 2013 avait identifié une lacune dans le domaine de l’accès à la justice, l’assistance juridique offerte aux victimes et recommandé la mise en place de ce Groupe de Travail au sein du Cluster Protection.

Le groupe de travail entend répondre aux lacunes identifiées dans le domaine de l’assistance légale et de la protection juridique des victimes en fournissant une réponse cohérente et coordonnée par les acteurs de protection au Mali dans le cadre du groupe sectoriel Protection. Il sert aussi de mécanisme d’échange d’informations entre les acteurs de protection devant permettre une meilleure coordination des réponses opérationnelles au soutien des victimes. Il a notamment vocation à accompagner les victimes de violations graves dans les procédures nationales, fournir et informer les victimes sur les instruments et mécanismes de plaintes nationaux, régionaux et internationaux. D’après la Division Droits de l’Homme qui anime ce groupe de travail, « il s’agit d’identifier des réponses allant au-delà de l’accès à la justice, comme la prise en charge des besoins permettant un meilleur accès aux droits et libertés fondamentales, afin de couvrir notamment les besoins de soutien psychosocial des victimes de violations graves ». Le groupe entend enfin organiser et soutenir des activités d’information, de sensibilisation et de plaidoyer en faveur des victimes au Mali.

La création du Groupe de Travail s’inscrit dans la stratégie globale du Cluster Protection (ou groupe sectoriel protection) sous la direction du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) tendant notamment à « renforcer la prévention et la réponse aux problématiques de protection identifiées, y compris les cas de violations des droits humains […] » dont est victime la population affectée par la crise politique, sécuritaire et humanitaire au Mali.

Le groupe vise également à contribuer au développement d’une compréhension mutuelle des enjeux et défis de protection des droits de l’homme dans le domaine de l’accès à la justice entre les acteurs humanitaires et les composantes de la MINUSMA propre à renforcer une réponse coordonnée et cohérente. La participation active d’agences du système des Nations Unies, d’ONG internationales, d’ONG maliennes de défense des droits de l’Homme, de composantes civiles et Police de la MINUSMA au sein de ce groupe offre en effet les garanties d’une dynamique orientée vers l’action en faveur des victimes.

Le groupe de travail Accès à la Justice et Etat de droit (GT – AJED) se réunit une fois par mois à Bamako depuis sa création.

Bamako, le 28 Avril 2014