Mali

Mali : Situation des personnes déplacées (février - mai 2021) | Juin 2021

Format
Infographic
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Les attaques contre les populations civiles continuent dans les régions du centre et du nord. Ces violences provoquent déplacements de populations tant à l’intérieur du territoire malien que vers les pays limitrophes. En dépit de la persistance des contraintes d’accès liées principalement à l’insécurité, la majorité des alertes aux déplacements a été évaluée. Dans de nombreux cas, les humanitaires ont dû développer des stratégies d’adaptation ou négocier l’accès aux zones concernées. Il subsiste néanmoins des zones où le suivi des mouvements de population et le déploiement de l’assistance aux personnes affectées demeure difficile. C’est le cas de certaines parties de la commune de N’Tillit et du cercle d'Ansongo, dans la région de Gao où l’accès aux zones de déplacement n’a pas été possible. Il en est de même pour Gossi (cercle de Rharous) et Dianké (cercle de Niafunke) dans la région de Tombouctou où les évaluations ont été retardées à cause de l’insécurité et de l’hostilité des groupes armés non étatiques.

Concernant les nouveaux déplacements enregistrés dans la commune d’Aguelhok (Kidal), la première réponse d’urgence (en Santé-Nutrition, Wash, NFI et Vivres) a pu être rapidement assurée (entre mi-avril et mi-mai) grâce à deux acteurs humanitaires. La mobilisation d’autres partenaires a été faite à Kidal et à Gao, principalement pour des interventions complémentaires. Cependant, la survenue de cette crise soudaine a mis en exergue l’impérieuse nécessité de renforcer (et de maintenir) une capacité de réponse aux urgences (contingence) adéquate. Cette capacité s’est fortement amenuisée au cours des dernières années dans la région.

Au cours de la période en revue, certains acteurs de mise en œuvre du RRM ont vu leur capacité de réponse fortement réduite, suite à des contraintes de financement (liée au processus administratif avec leur bailleur). Si la situation a commencé à se normaliser en avril, des gaps importants découlant de cette situation restent à combler, particulière- ment dans la réponse en non vivres. Des contraintes similaires ont également affecté les activités de certains intervenants dans la réponse d’urgence en Santé et Nutrition.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.