Mali: Perspectives sur la sécurité alimentaire - octobre 2019 à mai 2020

Report
from Famine Early Warning System Network
Published on 30 Oct 2019 View Original

Insécurité alimentaire persistante dans les zones de conflit du Liptako Gourma

MESSAGES CLÉS

  • La hausse de la production de céréales d’environ 17 pour cent par rapport à la moyenne est favorable à une disponibilité alimentaire globalement satisfaisante dans le pays durant l’année alimentaire 2019-20. Les récoltes moyennes à bonne en cours et le prix des céréales inférieur à similaire à la moyenne permettent à la majorité des ménages d’être en insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC).

  • Les conditions d’élevage moyennes à bonnes dans le pays augurent d’une soudure pastorale normale pour le bétail à partir d’avril exceptée dans le sahel occidental de Kayes où elle sera précoce à cause de la dégradation rapide des conditions d’élevage liée au déficit de pâturage. Les productions animales moyennes attendues et le maintien d’un embonpoint moyen procureront des revenus moyens favorables à une amélioration du pouvoir d’achat des ménages éleveurs.

  • L’accès des ménages aux céréales est moyen dans l’ensemble grâce à la disponibilité moyenne à supérieure à la moyenne de la propre production bien que faibles par endroits, des paiements en nature et des prix des denrées inférieurs à similaires à la moyenne. L’amélioration des termes de l’échange chèvre/céréales à des niveaux similaires à supérieurs à la moyenne est favorable à un accès adéquat des ménages éleveurs aux marchés.

  • L’épuisement précoce des stocks à cause de la baisse des productions agricoles dans le sahel occidental, le Liptako Gourma en plus de la dégradation des moyens d’existence liée aux conflits et aux inondations amènent les ménages pauvres touchés à recourir de façon atypique à la main d’œuvre, la migration, la réduction des dépenses non alimentaires, et à la dépendance à l’aide humanitaire ou des parents pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Par conséquent, ils seront en insécurité alimentaire de Stress (Phase 2 de l’IPC) de mars avec nécessité d’assistance à partir d’avril pour éviter une dégradation en pire.