Mali

Mali : l'ONU condamne des affrontements entre groupes armés à Kidal

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Un Casque bleu sénégalais patrouille avec un soldat malien à Kidal en juillet 2013. © Photo MINUSMA/Marco Dormino (archives)

22 juillet 2016 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné vendredi les récents combats survenus les 21 et 22 juillet à Kidal, au Mali, qui ont opposé deux groupes armés signataires de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Dans un communiqué de presse, rendu public par son porte-parole, M. Ban a déploré cette « première violation du cessez-le-feu depuis septembre 2015, qui a eu lieu au moment où les parties signataires progressaient vers l'établissement d'une autorité intérimaire dans les régions du nord ».

Il a appelé les responsables des deux groupes armés signataires à restaurer le calme et leur a rappelé leurs engagements et obligations concernant la protection des civils, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité et du droit international.

A ce moment crucial pour le processus de paix, le Secrétaire général a encouragé les parties signataires à « prendre les mesures nécessaires à la rapide et complète mise en œuvre de l'accord de paix », y compris la mise en place des autorités intérimaires et des arrangements sécuritaires.

La veille, jeudi 21 juillet, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a également condamné ces affrontements entre les mouvements dits de la Plateforme et ceux de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA).

« Des combats violents ont éclaté dans la ville de Kidal aujourd'hui vers 16h30 entre des éléments des deux mouvements signataires de l'Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali », a déclaré la Mission dans un communiqué de presse, précisant que des armes lourdes, y compris des mortiers, avaient été utilisées lors des confrontations.

La MINUSMA a appelé les responsables de ces confrontations à mettre fin immédiatement aux hostilités et à tenir leurs engagements, conformément à tous les accords que leurs mouvements ont signé.

La Mission a en outre déploré vivement le fait que ces combats aient mis en danger la population civile, indiquant qu'elle avait pris des dispositions pour assurer la protection de la population civile et la défense de son mandat.