Mali

MALI Dossier de la Sécurité Alimentaire Février 2010

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Impacts du déficit de production agropastorale dans la région de Gao

Dans les zones pastorales de Tomboktou et Gao, particulièrement dans le Gourma, une zone de concentration de bétail pour les deux régions en saison sèche, la saison pastorale de 2008/09 était déficitaire, entrainant des baisses de l'embonpoint animale, de la reproduction, de la production du lait, et de la valeur marchande des animaux par rapport à la normale. Le retard des pluies de la saison 2009 a provoqué des pertes inhabituellement élevées de bétail en août. Les pluies de 2009 étant pires, les pasteurs subissent une deuxième médiocre saison consécutive. Malgré la production globale excédentaire du Mali, la soudure débutera tôt pour les ménages pasteurs et agropasteurs très pauvres et pauvres, qui seront en haute insécurité alimentaire à partir de février/mars. Il n'est pas encore sur si le gouvernement aura la capacité de répondre efficacement à la situation.

Une fois installées en août, les pluies de 2009 se sont brusquement arrêtées en septembre, particulièrement dans la région de Gao à travers les cercles d'Ansongo, de Ménaka et les communes de Tilemsi (Gao) et Tarkint (Bourem). Comme résultat, le niveau des pâturages était nettement inférieur à la normale, et même pire que l'année dernière, et la tendance de la production animale en dessous de la normale s'empirait. En novembre 2009 les pasteurs ont prononcé que leur sécurité alimentaire en 2009/10 serait le pire des derniers six ans, seconde seulement à l'année passée. Dans les zones pastorales du cercle de Ménaka, de la vallée du Tilemsi , et Tarkint, les pasteurs ont répondu aux déficits de pâturages en partant avec les troupeaux en novembre - au lieu d'en mars en année normale - vers les zones les plus fournies de la région (principalement à Anchawadj, Tin Hama, Inékar, et Andéramboukane). La forte concentration des animaux augmente le rythme de dégradation saisonnière des pâturages, le risque des épizooties, ainsi que le risque du conflit sur les ressources d'eau et pâturages. La production animale des pauvres et très pauvres couvre typiquement 10 pourcent de leur source d'alimentation et 15?30 pourcent de leurs sources de revenu. Cette production animale procure à ces ménages une diversification alimentaire. Avec deux saisons consécutives de mauvaise production pastorale, les pauvres vendront plus des animaux et de leur production animale que d'habitude afin d'acheter des céréales, diminuant la diversité alimentaire et le stock des biens productifs ménagers et se mettant à risque des niveaux de la malnutrition en dessous de la normale. La soudure pastorale surviendra dès février/mars cette année au lieu d'avril en année normale. Les ménages affectés auront besoin d'appui aux moyens d'existence et nutritionnel.

Les ménages agropasteurs de la zone ont souffert des pertes de production agricole jusqu'à 75 pour cent en 2009, notamment dans le cercle d'Ansongo, grenier de la région. Dans la zone de moyens d'existence mil-élevage transhumant au sud de Ménaka et d'Ansongo, la mauvaise production de mil et de riz pluviale, aliments de base dans la région, a affecté directement les ménages moyens et aisés. Cependant, ayant moins de production à récolter et moins de ressources pour engager de main d'oeuvre, la demande de main d'oeuvre locale (agricole et non?agricole) sur laquelle les ménages pauvres et très pauvres dépendent pour 40 à 70 pour cent de leur revenu, s'est réduit cette année. Ces ménages dépensent normalement plus de la moitié de leurs ressources sur l'achat des aliments de base. Ils auront besoin d'appui à l'accès aux aliments à travers des initiatives qui créent des opportunités de travail d'ici mai/juin (moment de préparations des sols), ainsi que des opportunités d'achat des aliments à des prix sociaux ou des distributions gratuites.

Une mission conjointe menée par le PAM se réalisera en février/mars dans la zone. Ces résultats approfondiront la compréhension des résultats de la sécurité alimentaire et de leur évolution probable jusqu'à septembre 2010.