Mali

Mali: Analyse des conflits liés à l’exploitation des ressources naturelles, Note de synthèse

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Introduction

La présente note découle de l’étude, réalisée au Mali, dans le cadre de la mise en œuvre du projet régional intitulé «Renforcer la résilience des populations pastorales et agropastorales transfrontalières dans les zones prioritaires du Sahel». Initié par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), ce projet vise à «contribuer à la résilience des populations pastorales et agropastorales transfrontalières dans les zones prioritaires du Sahel (définies par le G5 Sahel) pour prévenir et atténuer l’impact des risques agroclimatiques et sécuritaires sur la sécurité alimentaire, à travers des actions innovantes et structurantes».

De manière générale, la recherche menée par l’équipe au niveau local avait pour objectif de fournir des éléments permettant de comprendre la dynamique des conflits autour des ressources naturelles et d’évaluer la légitimité et l’efficacité des différents types de mécanismes de gestion de ces conflits au Mali, principalement dans les trois régions de la zone d’intervention du projet (Mopti, Gao et Ménaka).

Le Mali est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique de l’Ouest. Son produit national brut par habitant est évalué à 671 USD, ce qui plaçait ce pays en 2018 au 182e rang selon l’indice de développement humain du Programme des Nations Unies pour le développement. En 2015, sa population était estimée à 18,14 millions, avec une densité de 12,8 habitants au km². Sa population est jeune, avec une large proportion (54,9 pour cent) établie en zone rurale. Le secteur agricole est le principal pourvoyeur d’emplois dans la mesure où il occupe 72,9 pour cent de la population active.

En raison de la prépondérance économique du secteur primaire, le Mali reste extrêmement dépendant des ressources naturelles et tout aussi vulnérable face aux effets néfastes du changement climatique. En outre, la détérioration des écosystèmes affecte durement les populations rurales, avec pour conséquences de très faibles performances en matière de gouvernance environnementale. Sur le plan social, les inégalités entre les sexes sont présentes à tous les niveaux et contribuent à créer ou à exacerber les tensions entre les différents groupes sociaux. En plus des tensions marquées sur le plan social, l'insécurité au Mali est liée à la présence de groupes armés non étatiques qui paralysent depuis 2012 les activités économiques au nord du pays. On constate également que l’insécurité a gagné du terrain dans le Delta intérieur (région de Mopti).

En partant de cette situation complexe, l’étude a permis de dresser un état des lieux des conflits liés aux ressources naturelles dans la zone d’intervention du projet. Elle a également servi à établir un diagnostic précis de la situation des conflits, permettant d’aboutir à un cadre d’action intégrant à la fois des propositions pour améliorer l’efficacité des mécanismes de prévention des conflits, des recommandations pour la conception et la mise en œuvre de projets intégrant cette problématique, ainsi que des propositions portant sur la structuration et le contenu d’un module d’animation et de formation consacré à la prévention des conflits.

Cette note propose une synthèse des principaux résultats de l’étude menée au Mali. Après un rappel des orientations méthodologiques qui ont guidé la démarche de recherche, cette synthèse met l’accent sur les éléments saillants de l’analyse. Il s’agit notamment de l’état des lieux des conflits, de la typologie, des causes et moteurs de conflits, de la cartographie des parties prenantes, des impacts et stratégies de gestion des conflits. Enfin, les recommandations issues de l’étude seront présentées, ainsi que celles destinées à améliorer la prise en compte des situations de conflit dans le cadre de résultats du projet.