Mali

Le renforcement de la concertation entre ONG et collectivités locales comme stratégie de reconstruction au Mali

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le Mali a connu l’avènement de sa crise le 17 janvier 2012 qui a conduit ensuite à l’occupation des deux tiers de son territoire par des groupes armés non étatiques. Cette situation entraîna la rupture totale de l’ordre constitutionnel et l’installation d’une crise institutionnelle et politique.

La déstabilisation de l’ordre socio-politique malien, aggravée par une crise alimentaire a créé en quelques mois une situation d’une extrême complexité et multi-facettes, se traduisant par l’augmentation exponentielle des besoins humanitaires à l’échelle nationale.

Coordination SUD, dans sa volonté de débattre autour des questions d’urgence et de développement, a participé aux débats concernant la stratégie à mettre en place pour favoriser la reconstruction malienne.

Pour un renforcement de la collaboration entre ONG et collectivités locales

Dans les réflexions de Coordination SUD sur la reconstruction au Mali, la question du rôle des Organisations de la solidarité internationale a souvent été posée au regard d’une analyse socio-politique des acteurs en présence. Les ONG et les collectivités locales sont alors considérées comme les deux acteurs majeurs. Pour les ONG se pose l’enjeu majeur d’appuyer les acteurs locaux dans la perspective d’une reconstruction d’un État de droit, en appuyant, sans détruire, les structures du pays.

Suite à la Conférence des donateurs pour la reconstruction du Mali qui a eu lieu à Bruxelles le 15 mai 2013 en présence de 13 chefs d’États et 107 délégations, des ONG françaises membres de Coordination SUD (Action contre la faim, Care, Équilibres & populations, Forim, Gret, Secours catholique, Secours islamique, Secours populaire et Solidarité laïque) se sont réunies pour partager leurs constats sur les conclusions de cette rencontre.

Les efforts des donateurs ont été salués mais Coordination SUD a surtout insisté sur la nécessité d’ancrer le court terme dans des perspectives plus longues. L’importance d’une approche pluri-acteurs est indispensable pour la reconstruction : le maillage d’actions concertées aiderait le pays à sortir de ses vulnérabilités et à se diriger vers un réel développement socio-économique. La concertation entre les associations locales, ONG, services de l’État, partenaires de la coopération décentralisée et acteurs de la diaspora malienne dans le monde est, en ce sens, l’élément le plus important.

Vers une proposition conjointe ONG/collectivités

Coordination SUD et Cités Unies France travaillent conjointement pour la proposition d’un dispositif concerté « développement local et territorial » au Mali.

L’objectif est de mettre la complémentarité entre ONG et collectivités au profit du renforcement de la gouvernance locale au Sahel. Ce dispositif se traduirait par la mise en œuvre de façon conjointe de programmes de développement local entre collectivités territoriales et ONG, favorisant ainsi une approche territoriale globale et pluri-acteurs et une gouvernance paritaire partagée.