Le nombre de déplacés internes chute au Mali passant à 283 000 individus

Report
from International Organization for Migration
Published on 05 Nov 2013 View Original

Mali - D’après le dernier rapport de la Matrice de suivi des déplacements (DTM) publié par l’OIM au Mali, 45 526 familles, soit 283 726 personnes, sont toujours déplacés à l’intérieur du pays en raison de la crise qui a éclaté au nord du pays en 2012.

Le nombre de déplacés internes s’élevait à 334 550 il y a trois mois, il s’agit donc d’une baisse de 50 824 déplacés.

Le rapport indique que Bamako, la capitale, accueille la plus grande proportion de déplacés internes (67 250), suivie des régions de Gao (47 562), Tombouctou (45 082) et Kidal (36 800), au nord du pays.

En plus de Bamako, d’autres régions du sud continuent d’accueillir des déplacés internes en plus petits nombres : Mopti en accueille 29 722, Ségou 24 442, Koulikoro 23 500, Sikasso 7 257 et Kayes 2 111.

La grande majorité des déplacés internes enregistrés dans les régions du sud sont originaires de Tombouctou (49%) et de Gao (38%), les deux régions les plus touchées par la crise dans le nord.

Les données montrent que cette baisse est due au retour des habitants chez eux. Des opérations de vérification menées sur le terrain par l’OIM, en coordination avec le Directorat général pour la protection civile (DGPC) et le Directorat national pour le développement social, ont permis de l’établir.

Afin de mieux comprendre les intentions de retour des déplacés internes, l’OIM a récemment réalisé un sondage sur les intentions de retour dans les régions de Ségou, Koulikouro et Bamako, au sud du pays. Sur les 1 486 familles interrogées, 84% ont déclaré vouloir retourner chez elles.

Cette tendance de retour a également été confirmée par des données recueillies par des points de suivi des mouvements de populations (FMP en anglais) installés en janvier dernier aux principaux carrefours des villes de Bamako, de Mopti, de Gao et de Tombouctou.

Les FMP montrent que les personnes se déplacent surtout du nord vers le sud. Entre janvier et septembre, 78 012 déplacés internes se sont dirigés vers le sud, alors que 39 309 ont rejoint le nord.

D’après 78% des familles interrogées, l’amélioration des conditions de sécurité au nord du pays est la principale raison des retours. En outre, le rapport indique que la plupart des déplacés ont déclaré avoir besoin d’aide financière (47%) et d’aide alimentaire (33%).

Bien que les déplacés internes soient moins nombreux à se déplacer vers le sud du pays, certains continuent de le faire en raison de la violence dans leurs régions (25% des familles interrogées) ou de la situation économique précaire due à la crise (25% des familles interrogées).

Les prochains résultats de l’évaluation de besoins, réalisée par l’OIM en coordination avec le gouvernement et des ONG locales, permettront de mieux comprendre les besoins des déplacés, des rapatriés (déplacés internes et réfugiés) et des communautés d’accueil dans les régions du nord du Mali.

Pour plus d’informations, veuillez contacter

Dominique Vagery
OIM Mali
Tel +223 70 39 77 98
Email: mvagery@iom.int

ou

Juliana Quintero
Tel. + 223 90 50 00 13
Email: juquintero@iom.int

International Organization for Migration:

Copyright © IOM. All rights reserved.