Mali

Le MOC et la MINUSMA coordonnent leurs efforts pour sécuriser la population de Gao

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Des patrouilles coordonnées entre le MOC et la MINUSMA sont organisées de jour comme de nuit, pour renforcer la sécurité des personnes et de leurs biens dans la ville de Gao

Le mercredi 20 décembre 2017, les éléments du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) et les Casques bleus de la MINUSMA, se sont rassemblés au petit matin devant le Camp MOC pour commencer à coordonner une patrouille. Objectif : assurer la sécurité de la ville et rassurer ses habitants. « Nous allons coordonner nos efforts ensemble, avec le MOC, pour patrouiller dans trois quartiers de la ville, » a lancé l’adjudant Papa Malick Fall, du contingent sénégalais de la Mission onusienne après une brève consultation avec le lieutenant-colonel Oumar Abba Soumaré, chef du bureau régional du MOC-Gao.

Le MOC est une structure prévue par l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger dans son annexe II, consacrée aux questions de Défense et de Sécurité. Il relève de la Commission Technique de Sécurité (CTS), présidée par le Commandant des Forces de la MINUSMA. Il a été créé le 1er octobre 2015, suite à l’approbation des termes de référence par la Commission Technique de Sécurité composée des représentants des groupes armés et du gouvernement malien. Dès l’adoption de ses termes de référence, le MOC a débuté ses activités c’était le 7 octobre 2015.

Une réponse adéquate à une situation complexe…

A Gao, la situation sécuritaire est volatile. S’adressant à la presse pour la première fois depuis sa nomination au poste de Gouverneur de la Région, le colonel-major Sidiki Samaké, a déclaré que le rétablissement de la sécurité est sa priorité. Ce type de patrouilles coordonnées entre le MOC et les Casques bleus de la MINUSMA rassurent les populations et, de par leur régularité apparaissent comme un élément hautement dissuasif sur le terrain. Les patrouilles sont louées en de nombreuses occasions par les populations, elles sont un « pas important pour mettre fin à l’insécurité dans la ville,» a déclaré M. Mohamed Ben Maouloud Bouya, premier adjoint au Maire de la commune urbaine de Gao.

Ainsi, selon M. Abderhamane Cissé, Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports les habitants de la Cité des Askia ont souhaité « cette coordination pour qu’elles puissent dormir en paix et en sécurité ». « Le MOC c’est l’image de la paix, de la cohésion sociale et de l’unité, car il regroupe tous les mouvements signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, issu du processus d’Alger. Le succès de sa mission signifie la réussite de sa mise en œuvre, » selon M. Alassane Guiteye, président de l’Association des Volontaires contre la Violence Juvénile (AVCVJ), une organisation non-gouvernementale qui milite pour le rapprochement entre la population et le MOC.

Pour le Chef du bureau régional du MOC à Gao, afin que celui-ci soit plus efficace, « il serait plus souhaitable d’augmenter le volume de sections qui participent à cette mission de sécurisation ». « Ensemble, avec l’appui des autres partenaires, nous pouvons développer des mesures concrètes pour lutter contre l’insécurité, tant dans la ville, que dans toute la région de Gao, » a-t-il insisté.

En février 2017, le général Amadou Kane, adjoint au Commandant de la Force de la Mission onusienne, a officiellement lancé le démarrage des patrouilles mixtes du premier bataillon du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) dans la Cité des Askia. La cérémonie s’était déroulée dans l’enceinte du site de regroupement du MOC.