Mali + 1 more

Le HCR au Mali célèbre la Journée mondiale du réfugié : Appel à une inclusion plus forte, pour rayonner ensemble !

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Au Mali, le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a célébré le 20 juin, la Journée mondiale du réfugié, pour honorer les millions de réfugiés dans le monde entier et célébrer leur courage face à la situation difficile qu’ils vivent. Ces personnes forcées de fuir les conflits, tenaces face aux épreuves, décidées à reconstruire leur vie.

Le thème officiel de cette année, « Ensemble on peut tout réussir », est un appel à affermir les valeurs que sont, entre autres, l’inclusion et l’accès universel aux droits humains.

Au Mali, la commémoration de cette journée, s’est étendue sur trois jours. Ainsi, les 18, 19 et 20 juin, le HCR au Mali a organisé une suite d’activités, notamment des conférences, des débats, des événements liés au domaine de la santé, ainsi que des activités sportives, avec la participation active des réfugiés, du Gouvernement du Mali et de l’ensemble des partenaires, et ce, dans toutes les régions couvertes par le HCR, notamment Bamako, Gao, Kayes, Ménaka, Mopti et Tombouctou. Au fil de ces activités, le HCR et ses partenaires ont veillé au respect des mesures barrières, en ce temps de pandémie de COVID-19.

Car c’est ensemble qu’on se soigne, qu’on apprend, qu’on rayonne. Il s’agit ici d’une traduction du thème de cette année, qui appelle, entre autres, à l’inclusion des réfugiés dans les services de soins. La santé étant l’affaire de tous et de toutes, comme l’a démontré la crise sanitaire mondiale, il est primordial de s’assurer que les personnes contraintes de fuir leur foyer reçoivent les soins requis. Pour cette journée, le HCR au Mali a organisé une conférence sur des thèmes liés à la santé, mais également une séance de vaccination volontaire contre la COVID-19, et encore d’autres activités, à Bamako et dans les régions, dans le domaine de la santé.

Le thème met également en avant la contribution sans faille des réfugiés pour lutter contre les crises et servir leur communauté, mais aussi pour se bâtir un avenir meilleur, en mettant leurs talents, leurs efforts, leur volonté et tout leur cœur pour se reconstruire.

Ceci est reflété à travers l’organisation d’une conférence-débat sur l’inclusion socioéconomique des réfugiés en milieu urbain. En effet, l’éducation, les formations professionnelles, la mise en place d’Activités Génératrices de Revenus, avec l’accompagnement que cela requiert, sont des activités phares, que le HCR et ses partenaires mettent en place, en vue de soutenir les réfugiés et ouvrir de nouvelles perspectives pour un avenir meilleur.

Ensemble on rayonne, c’est aussi à travers le sport qui ouvre les portes d’une vie sociale épanouie et active aux réfugiés. Cela est aussi un moyen de stimuler leur santé mentale et booster leur confiance en eux-mêmes. Les événements sportifs permettent ainsi de créer des environnements sûrs et protecteurs. Les réfugiés peuvent donc découvrir ou exercer une passion. À cet effet, le HCR au Mali avec ses partenaires, notamment ses premiers partenaires qui sont les réfugiés, a organisé des matchs de foot, où hommes et femmes, à Bamako et dans les régions, se sont mis à l’épreuve. Un moment de relâche qui s’est avéré indispensable.

« Tout ce que souhaitent les réfugiés, c'est de se reconstruire et à la fois servir leur communauté », a souligné M. Buti Kale, Représentant du HCR au Mali. « Pour cela, on parle, entre autres, de l'éducation pour les enfants et les jeunes, d’opportunités professionnelles pour les moins jeunes, de soins de santé pour tous et toutes, de la chance d’exercer ses talents et ses passions, pour plus de perspectives. Il s’agit là de droits humains fondamentaux, en effet. Le soutien de tous et de toutes pour ces réfugiés est d’une valeur inestimable ».

Au Mali, les réfugiés cohabitent avec les communautés hôtes, dans les villes et dans les zones rurales, à Bamako, mais aussi dans les régions du Nord et du Centre, principalement, Gao, Mopti et Tombouctou. La crise sécuritaire et humanitaire par laquelle le Mali passe ne cesse de se détériorer, depuis 2012, avec l’accroissement des violences, des persécutions, du fait du changement climatique et du manque de ressources. Ceci continue d’engendrer des mouvements massifs de populations, aussi bien transfrontaliers qu’à l’intérieur du pays. La pandémie de COVID-19 a rajouté une couche à cette crise dès le début de l’année 2020, et cela continue alors qu’on s’approche de la fin du premier semestre de 2021.

À cet effet, le HCR continue ses efforts de sensibilisation, de réponse et d’appui auprès des personnes déplacées et leurs communautés hôtes, ainsi qu’auprès des institutions gouvernementales. À l’occasion de cette journée, le HCR, à Bamako et dans les régions a procédé à la distribution de kits, mais aussi à l’animation de débats à la radio et la diffusion de messages de sensibilisation.

Aussi, il est bon de rappeler qu’au Mali, le HCR collabore étroitement et de manière fructueuse avec le Gouvernement, qui maintient une politique de porte ouverte. Le Mali accueille ainsi, au 30 avril, plus de 48 500 réfugiés de différentes nationalités. À la même date, plus de 155 000 Maliens et Maliennes sont réfugiés dans les pays d’asile, principalement le Burkina Faso, la Mauritanie et le Niger.

Le thème de cette année est donc pour appeler à une plus grande et plus forte inclusion des réfugiés dans les soins de santé, dans l’éducation, le marché de travail, ainsi que dans les domaines du sport et de l’Art. Par ailleurs, le but est d’aussi attirer l’attention du monde entier sur le sort que subissent ces personnes, qui ont besoin du soutien de toutes les parties, de tous les acteurs, de toutes les communautés.

Les chiffres de déplacements ne cessent d’augmenter, avec la détérioration de la situation sécuritaire, mais aussi climatique. Ceux qui ont dû fuir leur foyer, tout laisser derrière eux sont les personnes les plus vulnérables face à toute situation de crise. Le soutien des partenaires financiers est indispensable pour mener les actions durables pour la protection des milliers de femmes, hommes et enfants réfugiés au Mali et la réponse à leurs besoins fondamentaux.

CONTACTS MEDIAS

  • Chadi Ouanes ; +223 75 99 72 47 ; ouanes@unhcr.org
  • Aissata Konate ; +223 71 16 63 24 ; konate@unhcr.org
  • Ayda Labassi ; +223 75 27 85 45 ; labassi@unhcr.org
  • Mahamadou Diallo ; +223 94 94 52 68 ; diallmah@unhcr.org