Mali

Le Fonds Fiduciaire pour la Paix et la Sécurité au Mali en quelques chiffres

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

De juin 2013 à mars 2021 : 274 projets pour un budget total de 106 millions dollars américains…

Le Fonds Fiduciaire des Nations Unies pour la Paix et la Sécurité au Mali a été créé à la demande du Conseil de Sécurité (Résolution 2085 (2012)). Le Fonds vise à soutenir les efforts du Gouvernement du Mali à faire face à la crise et garantir les perspectives de développement à long-terme du pays. Il s’agit plus spécifiquement d’aider à faire en sorte que le Mali parvienne à la restauration de l’ordre constitutionnel, et à l’unité nationale. Le Fonds appui également les différents processus électoraux prévus ; le retour de l’autorité de l’Etat, l’Etat de Droit et la réforme du secteur de la sécurité ainsi que le processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion/réintégration des Ex-combattants (RSS/-DDR). Le Fonds Fiduciaire est également destiné à contribuer au renforcement des capacités techniques logistiques et matérielles des Forces de défense et de sécurité maliennes (FDSM). Enfin, il participe aux efforts immédiats et à long-terme pour résoudre la crise au Mali.

Pour atteindre ces objectifs, le Fonds est alimenté par des contributions volontaires de plusieurs pays, désignés comme étants bailleurs. L’on peut ainsi citer l’Allemagne, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suisse, la Suède, la Turquie et UN DOCO.

Depuis 2013 ces contributions s’élèvent à 106 millions de dollars soit plus de 58 milliards de francs CFA (exactement 58 283 824 400). Fin décembre 2020, 93,5 millions de dollars ont été alloués à 274 projets. Le Fonds Fiduciaire rend possibles des interventions qui répondent aux besoins à moyen terme des autorités et des communautés du Centre et du Nord du Mali, en contribuant aux efforts de stabilisation. Ces améliorations dans la vie quotidienne des Maliens visent à renforcer le soutien populaire envers le processus de paix en cours et à répondre aux aspirations de retour à l’ordre public des communautés.

Quelques réalisations en cours…

Aider à une meilleure gestion du pastoralisme dans la région de Mopti

La région de Mopti comprend deux zones géographiques aux caractéristiques physiques distinctes : une zone inondée et une zone exondée. Ces deux zones complémentaires et particulières ont fait de la région une zone d’élevage par excellence. Ainsi, le phénomène de transhumance s’est imposé comme système d’élevage le plus pratiqué dans la région. L’objectif global du projet est de contribuer à la stabilité et la cohésion sociale entre les différentes communautés d’éleveurs et d’agriculteurs du cercle de Djenné à travers la réalisation d’infrastructures pastorales et d’aménagement d’espaces pastoraux.

Le projet Intégré de gestion du pastoralisme dans le cercle de Djenné est réalisé par l’Organisation des Nations unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) pour un montant de de près de 500 millions de francs CFA (exactement 494.077.517 FCFA soit 899.491 USD) et financé grâce à la contribution du Royaume-Uni et de la Norvège. Il touchera directement 696 personnes et de façon indirecte, la population totale des communes concernées par le projet dans le cercle de Djenné soit 213 886 personnes dont 105 909 hommes et 107 976 femmes. À terme, le projet permettra de minimiser la dégradation des ressources naturelles, la régénération des pâturages, le maintien de l’équilibre écologique et la préservation de l’écosystème pastoral.

Troisième phase de grands travaux pour éviter les inondations à Gao.

La ville de Gao est constamment victime d’inondations. La MINUSMA a appuyé la ville à travers les travaux de haute intensité de main d'œuvre en 2016 et 2018, en construisant environ 2300 m de collecteurs et en curant près 3700 m de caniveaux en deux phases de projet à la demande des bénéficiaires. Ces actions ont permis d’atténuer fortement les effets des inondations et améliorer le cadre de vie des populations. Exécuté par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) pour un montant de 187,454,611 FCFA soit 316,236 dollars américains grâce à la contribution du Danemark, ce projet de **construction d’un collecteur/caniveaux dans la ville de Gao (Phase III), **vise à contribuer à la stabilisation et à la réconciliation nationale à travers la lutte contre les inondations dans la ville de Gao et l’amélioration des conditions de vie, de bien-être et de santé des habitants des quartiers les plus déshérités notamment Sosso-koïra. Le collecteur qui sera construit dans la ville de Gao sera travaillé en système maillé, ce qui implique une connexion à tout le système existant et sera bénéfique à tous les résidents de Sosso-koira, c’est-à-dire aux 109 075 personnes qui y vivent, dont 54 782, représentant les 50,22% sont des femmes.

Accompagner le retour de la justice à Tombouctou

Financé à hauteur de 178,919,616 FCFA soit 333,860 dollars américains à travers la contribution des Pays-Bas, ce de renforcement de la sécurisation du Tribunal de Grande Instance de Tombouctou et de la Justice de paix à Compétence Etendue de Diré a pour objet de contribuer à la restauration de l’autorité de l’Etat par l’amélioration des conditions de travail des magistrats, autres personnels judiciaires et pénitentiaires y compris des officiers et agents de police judiciaire et le retour/la présence de ce personnel à travers le renforcement des dispositifs de sécurité. Le projet s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre du mandat de la MINUSMA à travers sa résolution 2531 (2020), et aidera à l’amélioration de la chaine pénale de la région, au renforcement de l’Etat de droit, au retour des autorités étatiques en application à l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, pour le règlement durable du conflit.

Contribuer à éclairer et rendre Kidal plus accessible

La deuxième phase de ce projet de provision et d’installation de lampadaires solaires pour la Ville Phase IIa été initié pour améliorer la sécurité à travers l’éclairage par des lampadaires solaires, des rues principales, des places publiques, et services sociaux de base (centres de santé). Il doit aussi permettre une reprise des activités socio-économiques dans la ville de Kidal. Ce projet prévoit l’installation de 105 lampadaires solaires pour l’électrification des rues, places publiques (marchés) et les centres de santé. Ces lampadaires solaires fonctionnant par systèmes photovoltaïques autonomes bénéficieront indirectement à 21 000 habitants de la ville de Kidal. Financé à travers la contribution du Royaume-Uni, son coût s’élève à plus de 104 millions de francs CFA (exactement 104,881,193 FCFA/soit environ 190,713 USD) et sera mis en œuvre par l’organisation non-gouvernementale « Association sahélienne d’Appui au développement Décentralisé (ASSADDEC) ».

Réhabilitation de la piste d’atterrissage de Kidal

Dans le cadre de l’appui des gouvernements allemand, canadien et britannique à la paix et à la sécurité au Mali, la réhabilitation de la piste d’atterrissage de Kidal jouera un rôle majeur pour garantir l’utilisation durable de cette infrastructure, essentielle pour le déploiement des troupes onusienne et maliennes, ainsi que l’acheminement d’équipements au nord du pays. De ce fait, cette piste est essentielle et aura un impact déterminant sur la mise en œuvre du mandat de la MINUSMA et le désenclavement de la région. D’un montant total de plus d’1,5 milliard de francs CFA (exactement 1,519,131,377 FCFA soit 2,762,349 dollars américains), les travaux de réhabilitation poursuivent sa réalisation et une fois achevé cette nouvelle piste d’atterrissage permettra de concrétiser le désenclavement de la région de Kidal et au-delà, de renforcer la stratégie de défense du territoire national, d’assurer la sécurité et la régularité du trafic aérien dans les régions du Nord.

Initiative citoyenne pour la consolidation de la paix et le leadership politique des femmes

Le processus de consolidation de l’émergence politique des femmes aussi bien que le rôle de la femme dans la construction de la paix sont des problématiques liées et restent fondamentalement subordonnées à l’action de l’Etat. À la suite des élections législatives de 2020, sur 147 députés 41 étaient des femmes, soit un taux de 28,57% contre 9,52% pour la législature précédente (2013-2020). Le nombre de femmes élues avait triplé, et signifiait un énorme progrès vers une représentation égale. Ainsi, ce projet vise à contribuer au renforcement et à la promotion des initiatives de base pour impulser et produire le changement dans la représentation politique des femmes, la construction de la cohésion sociale et la paix. Afin de promouvoir la participation des femmes dans la gouvernance démocratique qui est une condition préalable et fondamentale à l'égalité entre les sexes et à la réalisation d'un développement socio-économique durable, le projet se propose de les accompagner, de les informer et de les sensibiliser, notamment celles qui militent au sein de partis politiques et les responsables politiques afin de leur faire connaitre leurs poids et leur valeur ajoutée dans la vie publique. Financé par la contribution de l’Allemagne à la hauteur de plus de 74 millions de francs CFA (exactement 74.186.335 FCFA soit 128,018 USD), ce projet contribuera à améliorer la participation efficace des femmes et des jeunes leaders à la gouvernance et aux processus de prise de décisions politiques à travers la prise en compte effective de leurs préoccupations et opinions dans la crise sécuritaire actuelle.

Tous ces projets mentionnés et d’autres bénéficieront principalement aux régions du Nord et du Centre et soutiendront les demandes provenant du gouvernement malien, des ONG internationales et nationales, des agences internationales et de la société civile. Tous les projets sont exécutés à travers des organisations non-gouvernementales nationales et internationales, des institutions et autorités locales maliennes et par certaines composantes de la MINUSMA.

Vous trouverez sur le site internet de la MINUSMA de nombreuses informations relatives aux projets de la MINUSMA et le travail de la Section Stabilisation et Relèvement. Le dernier bulletin d’information est disponible à l’adresse suivante : https://minusma.unmissions.org/bulletin-bimestriel