Mali

Lancement du plan de 50 jours pour renforcer l’appui de la MINUSMA aux autorités maliennes pour la stabilisation du centre

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
© MINUSMA

Maintenir et renforcer une dynamique qui suscite un engagement plus fort, en vue de favoriser la cohésion sociale et la réconciliation entre les communautés, tel était l’objectif du Chef de la MINUSMA pour sa troisième visite au Centre du Mali, un mois après sa prise de fonction. Entre le 15 et le 17 juin dernier, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU au Mali (RSSG), El-Ghassim WANE a lancé son plan d’action des 50 jours pour le Centre « An ka baro kè » au Gouvernorat à Mopti et s’est également rendu dans la ville de Bandiagara.

Dans la Venise malienne, c’est accompagné du Représentant Pays de l’UNESCO, M. Edmond MOUKALA, du commandant adjoint de la Force, Général Paul NDIAYE et de la Cheffe du bureau régional de la MINUSMA à Mopti, Mme Fatou Dieng THIAM, que le RSSG a rendu une visite de courtoisie au Chef de l’exécutif régional, le Colonel Major Abass DEMBELE. Au cours de la rencontre, M. WANE a présenté son projet « An ka baro kè », (« parlons ensemble » dialoguons) dont la mise en œuvre a débuté le 15 juin dernier et qui prendra fin le 5 août prochain en collaboration avec les autorités locales des régions du Centre. « Le plan d’action est ambitieux, essentiel et n’a évidemment pas vocation à régler les problèmes complexes dans un délai si court mais plutôt à générer une dynamique sur la base de laquelle nous pouvons fonder nos actions futures », a déclaré le Chef de la MINUSMA. Un projet bien accueilli par le Gouverneur et qui répond également aux priorités régionales. « Ces différents projets, une fois à terme, permettrons de renforcer la cohésion sociale, d’initier des actions de respect des Droits de l’Homme et d’épanouissement des femmes et des jeunes. Il n’y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va », a-t-il déclaré avant de conclure : Nous vous félicitons pour cette initiative qui met en exergue une vision concrète de la mission qui est la vôtre ».

Le plan d’action des 50 jours pour le Centre traite de trois axes principaux notamment la favorisation de la cohésion sociale pour que les populations retrouvent leur cohabitation harmonieuse, le renforcement de la confiance entre les autorités et la population pour répondre aux besoins d’une présence forte de l’état et de ses services en appui aux autorités. Le dernier point phare est celui d’ouvrir les perspectives en termes de dividende de la paix pour mobiliser les énergies de la population en faveur de la paix et du développement.

Plus tard, El-Ghassim WANE, s’est également entretenu avec le Président du Conseil Régional puis, le Commandant de Zone de la 6ème région militaire de Sevaré. Il leur a présenté l’objet de sa visite et présenté de façon brève le plan d’action des 50 jours pour le Centre.

Redonner de l’espoir en soutenant un symbole malien du vivre ensemble

Le Chef de la MINUSMA a également procédé à la remise officielle dans les locaux du Gouvernorat, en présence des autorités locales, d’équipements de musique à l’orchestre Kanaga de Mopti financé par la MINUSMA dans le cadre des Projets à Impact Rapide. Cet appui à l’orchestre régional est un signe de paix et d’espoir à l’endroit de ce groupe qui, à travers ses œuvres, prône le vivre ensemble. « Quoi de plus normal pour une mission de la paix des Nations Unies, que de contribuer à équiper ce groupe musical, qui fait partie du patrimoine culturel de la région et qui, à travers ses mélodies, contribue à la paix, et au vivre ensemble » a expliqué M. WANE. Les bénéficiaires, à travers leur porte-parole, ont témoigné leur reconnaissance vis-à-vis de la MINUSMA. « Cet appui instrumental qui s’élève à plus de dix millions de francs CFA va permettre à l’orchestre Kanaga de Mopti, qui d’ailleurs est le seul fonctionnel au Mali, de continuer ses animations culturelles en faveur de la paix et du vivre ensemble », s’est réjoui Mamadou GUINDO dit Djembé.

Relais auprès des populations, la presse doit être un atout au service de la cohésion sociale et de la paix.

En début d’après-midi M. WANE et sa délégation ont rencontré 38 représentants des médias locaux venus des régions de Mopti, Bandiagara et Douentza parmi lesquels les responsables de l’ORTM et de l’URTEL. La rencontre avait pour objectifs de souligner l’importance des médias, notamment celle des radios de proximité qui jouent un rôle crucial dans l’information et la sensibilisation des populations vivant dans des zones reculées. Il s’agissait également pour lui de leur présenter son plan d’action des 50 jours pour le Centre. Au cours des échanges fructueux, le RSSG a appelé les médias à utiliser l’éthique et la déontologie comme des leviers pour prévenir et rectifier les fausses rumeurs et désinformations, de nature à entraver le processus de paix. Il a insisté en rappelant que cette tendance pourrait alimenter des tensions intercommunautaires déjà existantes. Il a également rappelé que les radios de proximité doivent contribuer à une culture du civisme pour faire renaitre les valeurs d’antan de cohésion sociale et de vivre-ensemble qui ont toujours fait la fierté du Mali. « Dans l’immédiat nous voudrions que les médias sensibilisent l’opinion publique à s’approprier du contenu de notre plan d’action », a plaidé le Chef de la MINUSMA.