La MINUSMA à l’écoute des préoccupations des habitants de Rharous et Gossi, régions de Tombouctou

Une délégation de personnels des composantes civiles et de la Police des Nations Unies (UNPOL/ MINUSMA), conduite par Riccardo Maia, Chef du Bureau Régional de la MINUSMA à Tombouctou s’est rendue les 11 et 14 octobre dernier, dans les localités de Rharous et Gossi. L’étape de Gossi a vu la participation du Commandant du Secteur Ouest, Stefan Andersson, ainsi que des représentants du PAM (Programme Alimentaire Mondiale) et du HCR (Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies). Ces visites de terrain interviennent dans le cadre d’une opération de sécurisation dénommée waps, organisée par le Secteur Ouest de la Mission onusienne dans ces zones du 05 au 15 octobre.

Le Gourma reste secoué par des mouvements terroristes. Dans ces deux localités, particulièrement à Gossi, les populations ainsi que les représentants de l’Etat sont souvent victimes d’assassinats ciblés, d’enlèvements ainsi que d’actes de banditisme sur les axes routiers et la bande du fleuve Niger.

Rharous, chef-lieu du cercle de Gourma Rharous est vaste de 50 000 km2 et comprend plus de 100 000 milles habitants, dont les principales activités sont l’agriculture, l’élevage, la pêche, le commerce et l’artisanat. Cette ville fut fondée à l’époque coloniale en 1926 par le Commandant français Mourgue.

Situé entre le fleuve Niger, le Burkina Faso, et les Régions de Mopti et Gao, jadis, la capitale du Gourma était une ville assez prospère. Suite aux sécheresses successives et aux divers aléas climatiques, la ville est déshéritée et le cercle est classé parmi les moins avancés du pays.

Le Chef du Bureau régional de la MINUSMA à Tombouctou, Riccardo Maia, a rassuré les communautés de l’engagement continue de la Mission onusienne pour la mise en œuvre effective de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale. « Il faut que l’Etat malien établisse sa présence en force. La MINUSMA n’a jamais pour vocation de se substituer à cette autorité régalienne, » a-t-il indiqué.

La mission de Gossi a permis aux agences des Nations Unies HCR et PAM de visiter les sites de regroupement des réfugiés burkinabés et rapatriés. Ils ont aussi tenu des rencontres avec ces réfugiés et rapatriés ainsi que les personnes déplacées internes par rapport à leur problématique de protection et d’insertion socio-économique.

L’étape de Rharous s’est achevée par une donation de lampes solaires au profit d’une quinzaine d’élèves et enseignants de l’école Abdoulaue Ismaguel Maiga, en présence du Maire de la ville, du préfet ainsi que des leaders communautaires. « Cette lampe solaire va m’aider à apprendre mes leçons pour mieux me préparer à mon examen de fin d’études fondamentales » a déclaré Fatoumata Sidi Maiga, élève en classe de 9 Année.