Mali

La MINUSMA continue de soutenir la jeunesse malienne pour la réussite du processus de paix

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

La MINUSMA en collaboration avec la Coalition Dettes et Développement et la Jeune Chambre International du Mali ont lancé ce 24 août la deuxième phase du projet : « Campagne de sensibilisation pour la pleine participation de la société civile au renforcement de la gouvernance locale, à la citoyenneté responsable et à l'engagement dans la consolidation de la paix ». Le coup d'envoi officiel a été donné par le Secrétaire général du ministère de la Refondation de l'Etat chargé des relations avec les institutions, M. Abraham BENGALY et la Directrice des Affaires Civiles de la MINUSMA, Madame Soraya ADOUANE. Ce lancement a été suivi de deux journées de formations intensives.

Ce projet dont la première phase a été lancée le 11 février 2020 a pour objectif de renforcer les capacités des organisations de la société civile y compris les femmes et les jeunes sur leurs rôles de contrôle du pouvoir public afin de favoriser le progrès vers une meilleure gouvernance démocratique et une implication effective dans la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Quarante-cinq (45) jeunes dont 12 femmes venues de différentes associations des six communes de Bamako, ont pris part à cette formation. Les alternatives non violentes ayant rapport avec les prochaines élections, la gestion axée sur les résultats, la redevabilité sociale, la planification, la gestion du développement local à travers la participation citoyenne, la citoyenneté, le civisme, l'Accord pour la paix et la réconciliation : mise en œuvre-relecture et attentes des jeunes et le mandat de la MINUSMA, figuraient parmi les différents modules qui ont été présentées aux jeunes.

Le ministère de la Refondation a profité de cette tribune pour présenter à la jeunesse les grandes lignes du programme du département. A cet effet, le Secrétaire général du ministère de la Refondation de l'Etat chargé des relations avec les institutions a affirmé que « L'amélioration de la gouvernance et la consolidation de la paix reste une préoccupation importante des autorités de la Transition. C'est pourquoi le renforcement de la sécurité sur l'ensemble du territoire national, la promotion de la bonne gouvernance et les réformes politiques et institutionnelles sont parmi les actions prioritaires de la Feuille de route de la Transition et du Plan d'action gouvernemental (PAG) ».

Rétablir la confiance entre l'Etat et la population pour une paix durable

Pour sa part, Issiaka Fofana, l'un des participants à l'atelier a déclaré : « Ce projet permet aux jeunes de s'intégrer au niveau local et de contribuer à briser les barrières culturelles qui les empêchaient de participer activement dans le processus de paix et du développement en créant un cadre de dialogue constructif avec les autorités ». La cheffe des Affaires Civiles, Madame ADOUANE a quant à elle déclaré : « Le rétablissement de la confiance entre l'Etat et les populations en particulier les jeunes, constituent un pas très important dans la recherche d'une paix durable et de la stabilité. ». Pour Maître Kadidia Sangare, la Présidente de la commission de la femme, de la famille, de l'enfant, de l'emploi, de la jeunesse et des sports au sein du Conseil national de Transition, « le Mali ne peut se développer, ni avoir la paix sans l'implication de la majorité de sa population que sont les femmes et les jeunes ».

Cette initiative vise à soutenir les organisations de la société civile surtout au niveau local pour susciter leur implication dans le processus de gouvernance et de prise de décision au niveau des autorités locales. Une précédente session a été déjà réalisée dans les régions et localités suivantes, Mopti, Djenné, Ménaka, Gao, Tessalit, Ségou, Taoudéni et Bandiagara. Des séances de reddition de compte par les autorités sont aussi réalisées dans les localités précitées ou elles ont rendu compte de leurs gestions. Cinq cent cinquante jeunes et plus de 200 organisations ont bénéficié de ces formations qui ont été financées par la MINUSMA sur les fonds programmatiques à travers sa Division des Affaires Civiles. Des discussions franches ont eu lieu autour des prochaines élections à venir afin que les jeunes puissent jouer pleinement leur rôle d'acteurs pour la réussite des prochaines échéances électorales qui sont cruciales pour l'avenir du pays.

Les jeunes interpellent les partenaires étatiques et internationaux tout en s'engageant pour la réussite de la transition

Durant les travaux d'atelier réalisés dans les régions précitées et à Bamako, les jeunes ont fait des recommandations pertinentes comme l'intensification des campagnes de sensibilisation pour une meilleure appropriation de l'Accord pour la paix et la réconciliation et du mandat de la MINUSMA par la jeunesse, la représentation de la jeunesse dans le Comité de suivi de l'Accord pour la paix, la multiplication des bases de la MINUSMA sur tout le territoire pour l'amélioration de la sécurité afin de garantir la tenue d'élections libres, transparentes et démocratiques, l'accompagnement technique et financier de la société civile pour une campagne de sensibilisation citoyenne visant l'éveil des consciences des citoyens pour augmenter le taux de participation aux élections, la mise en place d'un cadre de concertation permanent avec la jeunesse pour établir un climat de confiance avec les autorités locales et nationales, renforcer les mécanismes de lutte contre la corruption tout en rendant les élus redevables.

Ils ont promis de jouer un rôle proactif dans la gestion de leur pays et d'être des ambassadeurs de la paix au sein de leurs communautés respectives. En ce sens, ils ont une fait une déclaration à travers les médias pour réaffirmer leur volonté de promouvoir la paix, renouvelé leur détermination à œuvrer pour la tenue des élections apaisées et la réussite de la transition. Les activités ont été couronnées par des matchs de football pour encourager la cohésion sociale entre les jeunes.