Mali

La MINUSCA satisfaite du bon déroulement des élections législatives du 14 mars 2021

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) se félicite du déroulement sans incidents majeurs du second tour des élections législatives et du premier tour des élections législatives partielles, organisés le 14 mars 2021 sur l’ensemble du territoire national.

« La MINUSCA a joué son rôle dans la mise en œuvre du plan intégré de sécurisation des élections. Toutes les ressources et réserves des forces de la Mission ont été mobilisées pour appuyer le Gouvernement centrafricain dans la sécurisation des scrutins », a indiqué son porte-parole, Vladimir Monteiro. De son côté, le Lieutenant-Colonel Abdoul-Aziz Fall, porte-parole de la Force, a mis en avant « la coordination entre la MINUSCA et les FACA et Forces de Sécurité Intérieure (FSI) dans l’exécution des tâches prévues dans plan intégré de sécurisation, ce qui a contribué au bon déroulement des récentes échéances électorales ».

En plus du volet sécuritaire, la Mission a apporté un soutien opérationnel et logistique au Gouvernement et à l’Autorité Nationale des Elections (ANE), conformément au mandat : « Entre le 26 février et le 13 mars, 72 vols ont été organisés pour le déploiement du matériel, en amont du scrutin, de Bangui vers les 16 chefs-lieux de préfectures. De même, entre le 15 et 18 mars, la MINUSCA a transporté au moyen de 19 vols, la quasi-totalité des procès-verbaux et feuilles de résultats en provenance des préfectures, à l’exception de quelques procès-verbaux transportés par la route, notamment ceux de la Kemo et certains de l’Ombella-Mpoko », a ajouté le porte-parole de la Mission.

La MINUSCA souligne le besoin de poursuivre le processus électoral en RCA, notamment les élections locales de novembre 2021, et réaffirme son appui à l’ensemble du processus. “Lors du second tour des partielles, la mission va de nouveau engager son dispositif pour soutenir la sécurisation des scrutins », a-t-il ajouté.

D’autre part, le porte-parole a indiqué que la mission se félicite du lancement, le 18 mars dernier, de l’ouverture des consultations préalables du dialogue républicain par le Président de la République. « Les Nations unies restent disposées à accompagner le processus de dialogue en RCA », a précisé le porte-parole. Concernant le processus de paix, la Représentant spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations unies en RCA, Denise Brown, participe ce mercredi à une réunion du Comité Exécutif de Suivi de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA (APPR-RCA), présidée par le Premier ministre. Le porte-parole rappelle que la résolution 2552 du Conseil de sécurité demande à la MINUSCA d’apporter un appui politique, technique et opérationnel à la mise en œuvre de l’Accord de paix, notamment en soutenant les autorités centrafricaines « dans la création de conditions propices à la pleine mise en œuvre de l’Accord de paix ». « La MINUSCA continue à travailler pour redynamiser l’accord de paix, qui reste le seul cadre pour une solution à la crise dans le pays, a -t-il dit.

Au chapitre des droits de l’homme, la MINUSCA a documenté 30 violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ayant affecté au moins 57 victimes, entre le 16 et le 22 mars 2021, et dont les auteurs présumés sont les anti-Balaka, le 3R, l’UPC, le MPC et des agents de l’Etat. La mission a également documenté, entre le 12 et le 18 mars, 11 violations graves des droits des enfants, dont sept cas de recrutement et utilisation des enfants par les groupes armés. Dans le cadre de la campagne « Agir pour protéger » destinée à prévenir et mettre fin aux graves violations des droits de l’enfants et améliorer les mécanismes de rapport, 12 sessions de sensibilisation ont été organisées par la Mission à l’intention de 224 participants, dont des autorités et des membres des communautés locales, des religieux, des défenseures des droits de l’homme et des droits des enfants.

Pour sa part, le Lieutenant-Colonel Abdoul-Aziz Fall, porte-parole de la Force, a déclaré que la situation sécuritaire cette semaine a été relativement calme, mais avec une recrudescence d’actes de vols et de violences commis par les membres des groupes armés coalisés. « Les affrontements entre les FACA et ces derniers dans les différentes localités se poursuivent, notamment dans l’ouest du pays, occasionnant parfois des déplacements importants de populations qui cherchent refuge auprès des bases de la mission », a-t-il précisé. Il a ajouté que les casques bleus restent résolument engagés dans leurs actions de protection des populations civiles dans plusieurs localités ainsi que dans la sécurisation du corridor Bangui-Garoua Boulai pour la reprise des activités économiques, avec 2160 patrouilles de sécurité effectuées.

De son côté, le porte-parole de la composante Police,le commissaire Serge Ntolo Minko, a indiqué que les chefs du pilier développement et de l’équipe des conseillers stratégiques d’UNPOL ont participé le 18 mars à Bangui, à une réunion sur l’évaluation de la stratégie nationale de la Réforme du secteur de sécurité, destinée à identifier les axes prioritaires sur lesquels des efforts doivent être faits auprès des partenaires techniques et financiers pour redynamiser la réforme des Forces de défense et de sécurité en Centrafrique. « Deux rencontres sont prévues dans le même sens les 25 et 26 mars avec les responsables des FSI, du PNUD et d’autres partenaires », a ajouté le porte-parole de la Police.