Mali

L’histoire de Laila, ou le parcours d’une femme battante à Ménaka

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Depuis le début de l’année 2012, le nord Mali fait face à une crise multidimensionnelle et complexe poussant des centaines de milliers de personnes à fuir leur région d’origine. Malgré un certain retour au calme en 2015 permettant aux personnes déplacées de revenir dans leurs villages, la crise a entraîné la destruction des moyens de subsistances de nombreuses familles.

Pour y faire face, ACTED met en œuvre plusieurs projets de lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté, particulièrement dans la région de Ménaka, fortement affectée par les conflits.

Les femmes, actrices du développement

Les femmes, peu visibles dans la gestion des affaires publiques, occupent une place prépondérante dans le processus de développement, et plus particulièrement dans la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire. ACTED leur porte une attention particulière, pour leur permettre d’améliorer leurs conditions de vie et de reconstruire leurs moyens de subsistance.

L’histoire de Laila

Les équipes ont rencontré Laila, une commerçante de légumes et condiments de la ville de Ménaka. Laila a découvert ACTED dans le cadre d’un nouveau projet de réduction de l’insécurité alimentaire et d’appui aux ménages vulnérables du cercle Ménaka mis en œuvre en 2015, avec l’appui de l’OFDA. En tant que partenaire de ce projet, Laila a pu témoigner de son implication pour la sécurité alimentaire.

Le quotidien difficile d’un petit commerce à Ménaka

Mariée et mère de trois enfants, Laila souhaitait améliorer les conditions de vie de sa famille, et notamment payer les frais de scolarité de ses enfants. Pour y parvenir, elle a décidé de lancer son activité commerciale.

L’activité de son commerce fonctionnait plutôt bien, permettant à Laila de mettre de l’argent de côté. Mais avec la crise politique et sécuritaire de 2012, son commerce a été attaqué par des groupes armés et la marchandise pillée. Ruinée, Laila est parvenue tant bien que mal à relancer son commerce, malgré les fermetures fréquentes en raison d’incidents sécuritaires.

C’est en écoutant la radio que Laila a découvert ACTED, à travers un message relatif à un nouveau projet de réduction de l’insécurité alimentaire et d’appui aux ménages vulnérables du cercle Ménaka, pour lequel les équipes recherchaient des commerçants de la zone où les bénéficiaires du projet pourraient échanger des coupons alimentaires contre des vivres. Laila a alors constitué son dossier, et son commerce a été sélectionné pour être partenaire du projet de coupons alimentaires.

Elle s’est alors rendue chez son fournisseur afin d’acheter les marchandises qu’elle a mis à disposition dans son magasin pour que les bénéficiaires du projet les échangent contre leurs coupons alimentaires lors de foires aux vivres organisées par ACTED.

Un accès à des produits diversifiés

Grâce aux paiements des coupons par ACTED, Laila a pu rembourser le crédit qu’elle avait dû contracter auprès de son fournisseur pour s’approvisionner en quantité suffisante. Par ailleurs, grâce aux bénéfices réalisés, Laila a pu payer les frais de scolarité de ses enfants et des frais de santé, et acheter une parcelle d’habitation.

Grâce à l’amélioration de son pouvoir d’achat, elle a pu envisager d’autres dépenses, comme des nouveaux vêtements pour elle et ses enfants, des aliments variés et plus couteux, ou encore des cadeaux pour les mariages ou les baptêmes, lui permettant de se sentir plus intégrée socialement.

Elle a également pu diversifier son activité économique en proposant des légumes et du poisson en plus des condiments qu’elle vendait déjà. Ainsi, elle est maintenant considérée comme une commerçante de référence à Ménaka, tant pour la qualité que pour la diversité des produits qu’elle propose aux consommateurs.

Malgré les défis et les difficultés qu’elle a rencontrés, cette rencontre avec ACTED a permis à Laila d’améliorer son quotidien. Aujourd’hui, elle encourage plus que jamais toutes les femmes de Ménaka à démarrer des activités économiques pour améliorer les conditions de vie et le bien-être de leur ménage.