L'équipement satellite de TSF connecte Tombouctou

Report
from Télécoms Sans Frontières
Published on 20 Feb 2013 View Original

Suite au rétablissement complet du réseau mobile à Tombouctou, l'équipe d'urgence de Télécoms Sans Frontières a quitté le Mali le 12 février. Cependant, la connexion Internet n'est toujours pas retaurée. C'est pourquoi TSF a remis au personnel de la mairie tout l'équipement satellite nécessaire pour accéder à Internet.

Les 14 lignes satellites de Télécoms Sans Frontières ont permis d’établir 550 connexions au profit de 4 200 bénéficiaires, pour qui il s’agissait souvent du premier appel depuis plusieurs mois. En effet, le réseau mobile a été rétabli mais ne fonctionne que partiellement.

Grâce à Télécoms Sans Frontières, les habitants peuvent effectuer des appels internationaux (États-Unis, Sénégal, Côte d’Ivoire, France, Liberia…) pour dire à leurs proches qu’ils sont sains et saufs. Le maire de Tombouctou témoigne : "L'armée nous a libéré, Télécoms Sans Frontières nous a reconnecté! J'ai pu joindre Bamako et informer directement les autorités locales de la situation ici à Tombouctou."

Les experts TSF ont également installé une connexion Internet satellite à la mairie, au bénéfice des ONG, de la cellule de crise, du personnel de l’hôpital et des autorités locales.

Les équipements satellites de TSF renforcent les capacités des humanitaires dans la région de Tombouctou leur permettant d’échanger des informations essentielles à la gestion de la situation humanitaire très critique dans cette zone.

La communication est très perturbée au nord du Mali, où les réseaux téléphoniques fixes et mobiles ont été coupés dans plusieurs villes, et les activités des ONG dans cette zone sont très limitées suite à la dégradation des conditions de sécurité.

Depuis 10 mois aux frontières du Mali, TSF soutient les réfugiés maliens de Tombouctou et de Gao grâce à ses équipements télécoms satellitaires.

Au Sahel, les conditions de sécurité se sont nettement dégradées en mars 2012 avec l’arrivée massive dans les pays frontaliers du Mali de réfugiés fuyant les combats entre rebelles Touaregs et armée régulière. Selon l’Office du Haut-Commissaire des Nations Unies aux réfugiés on compte plus de 144 400 réfugiés dans les pays voisins.

Selon le PAM, depuis août dernier, la survie de la majorité des populations du Sahel ne dépend plus que de l’aide humanitaire. Afin de renforcer l’aide apportée aux populations vulnérables, TSF fournit des communications satellites fiables et rapides pour une meilleure coordination des organisations sur le terrain.

Etant donné les contextes sécuritaire extrêmement complexes au Sahel, TSF utilise à la fois des dispositifs satellites fixes pour connecter les hubs humanitaires, et mobiles pour connecter les équipes lors de leurs déplacements.

• Camp de réfugiés d’Abala, à 400 km de Gao :

Le 24 avril 2012, TSF a installé une antenne satellite fixe Vsat dans le bureau de coordination ACTED et UNHCR au sein du camp d’Abala accueillant à présent plus de 14 300 réfugiés. Le hub humanitaire offre une connexion Wifi sécurisée aux 30 travailleurs humanitaires qui viennent se connecter quotidiennement : MSF Suisse, MSF France, CARE International, Islamic Relief, CADEV, HELP, VSF Belgique, ACTED et UNHCR…

Les 94 Go échangés depuis le hub humanitaire TSF permettent une gestion de l’information plus efficace au quotidien et une réponse coordonnée de tous les acteurs sur zone.

• Camp de réfugiés de Gorom-Gorom, à 200 km de Gao :

L’installation de la connexion satellite Vsat par TSF le 11 juillet 2012 dans les locaux de Vétérinaires Sans Frontières Belgique (VSF-B) à Gorom-Gorom, au nord-est du Burkina Faso, a permis aux ONG et agences des Nations Unies travaillant dans la zone d’échanger 41 Go de données.

La connexion bénéficie notamment à VSF-B, A2N, UNHCR, la Croix Rouge burkinabé, Save the Children, HELP, AEC, TASSATH, Afrique Verte et AGED. Les services étatiques de la Direction provinciale de la Santé Publique et la Direction provinciale de la Solidarité Nationale fréquentent également le hub humanitaire très régulièrement.

Avant l’intervention de TSF, les organisations de la zone étaient forcées de parcourir chaque semaine les 57km qui séparent Gorom-Gorom de Dori, chef-lieu du département, pour trouver un accès à Internet correct. Depuis, la connexion TSF améliore la mise en œuvre des activités d’urgence qui, depuis mai 2012, se sont intensifiées, et facilite la communication entre le terrain et les services centraux aux niveaux national et international.

• Camp de Djibo, à 330 km de Tombouctou :

Depuis le 19 juillet, la connexion satellite de TSF dans les bureaux de l’Office du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) renforce les actions de toutes les ONG de la zone (Oxfam...) auprès des réfugiés dans les camps au nord de Djibo, où vivent plus de 15 000 personnes. 59 GO de données ont déjà été échangés.

Dans la région de Gorom-Gorom, à quelques kilomètres de la frontière malienne, le réseau mobile fonctionne mais l’accès à Internet se fait par réseau Edge ou clé 3G, la connexion est donc très lente et peu fiable.

Les conditions de sécurité précaires rendent les interventions humanitaires d’urgence difficiles et mettent en péril la survie des populations déjà très vulnérables. Les moyens de communication satellite de TSF permettent une meilleure coordination des équipes terrain et améliorent ainsi leurs actions auprès des populations du Sahel.