Mali

Koica Mali : Une quarantaine d’infirmier(e)s formés sur les services conviviaux et l’usage des kits sur la santé sexuelle et reproductive (SSR)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le Bureau de l’UNESCO à Bamako, en collaboration avec le Ministère de l’éducation nationale et le ministère de la santé et de l’hygiène publique, a organisé du 29 octobre au 3 novembre 2018, un atelier de renforcement des capacités des infirmiers et des infirmières scolaires sur la santé sexuelle et reproductive, dans le cadre du projet « Autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation au Mali ». L’objectif de la formation était d’améliorer les compétences des infirmier(e)s sur la santé de la reproduction des adolescentes et des jeunes et à l’utilisation des kits sur la SSR, en prenant en compte les orientations et les principes directeurs de l’éducation complète à la sexualité (ECS).

Ont pris part à cette formation, le Directeur de l’Académie d’Enseignement de Ségou, les représentants du Ministère de l’Education Nationale, de l’UNESCO, les formateurs de la direction nationale de santé, de l’Institut de Formation de Santé de Ségou (INFSS), ainsi qu’une quarantaine (40) d’infirmiers et d’infirmières des régions de Ségou, Mopti, Tombouctou et du district de Bamako.

M. Moctar Ould Oumera, Directeur de l’Académie d’Enseignement de Ségou, a dans son intervention remercié les partenaires pour leur engagement constant et l’importance qu’ils accordent aux initiatives visant à améliorer le cadre de vie et l’environnement des élèves, leur épanouissement, leur bien-être et leur autonomisation.

M. Amadou Guiteye, Chargé de programme à l’UNESCO, a pour sa part au nom du Chef du Bureau de l’UNESCO, remercié le Ministère de l’Education Nationale, les agences sœurs UNFPA et ONU FEMMES, ainsi que l’agence coréenne de coopération internationale (KOICA), pour leur accompagnement constant dans la mise en œuvre dudit projet qui contribue à l’atteinte de plusieurs Objectifs de Développement Durable, à savoir, les ODD 4 : Education de qualité, 5 : Egalité entre les sexes, 6 : Eau propre et assainissement pour tous, 10 : Inégalités réduites et 17 : Partenariats pour la réalisation des objectifs.

Mme Lalla Khadeija El Oumrany, Chargé de mission au Cabinet du Ministère de l’Education Nationale et Point focal du projet KOICA-Mali (autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation au Mali), prenant la parole au nom du Ministre de l’Education Nationale, a exprimé sa gratitude à l’UNESCO, ainsi qu’à tous les partenaires pour la tenue de l’atelier qui vient à point nommé.

Elle a ensuite recommandé aux participants une bonne appropriation de l’utilisation des kits qui les aideront dans leur mission de suivi de la santé et du bien-être des élèves au sein et en dehors des établissements scolaires. « La problématique du maintien des filles à l’école est fortement liée à la réduction significative des grossesses en milieu scolaire et aussi à la déperdition scolaire » a-t-elle conclu.

Au cours des travaux de cet atelier, les formateurs ont fait recours à une démarche participative et motivante basée sur les faits au quotidien pratiqués par les acteurs dans le cadre de la santé sexuelle et reproductive.

Ainsi la formation s’est appuyée sur un certain nombre de modules en matière de SSR que sont : - l’avortement, le diagnostic des cas d’IST ; la prise en charge des cas d’IST constatés ; le conseil des élèves sur le VIH ; le dépistage VIH ; la conduite d’une consultation en planification familiale (PF) ; l’offre d’une méthode moderne de PF appropriée aux élèves, ainsi que les techniques de communication avec les patients.

Mme Sissoko Mariama Yattara, participante à l’atelier et infirmière au Lycée des jeunes filles Ba Aminata Diallo de Bamako, a exprimé lors de la clôture, les sentiments de satisfaction de l’ensemble des participants non seulement pour avoir acquis de nouvelles compétences, mais aussi et surtout pour l’occasion qui leur a permis de se connaître et de mettre sur pied dans les tous prochains jours, un réseau des infirmiers et infirmières scolaires du Mali afin de mieux échanger leurs expériences entre eux et coordonner leurs actions. Elle a également émis le vœu d’offrir cette opportunité de formation à tous leurs collègues des autres régions du Mali non couvertes par le projet

Les représentants du Ministère de l’Education Nationale et du Chef du Bureau de l’UNESCO à Bamako, ont saisi l’opportunité de la cérémonie de clôture pour féliciter les participants et remercier les formateurs, tout en formulant le vœu que ces nouvelles compétences se traduisent le plus vite possible par l’amélioration du bien-être et de la santé des adolescentes et adolescents, à leur épanouissement, à leur maintien et à leur succès à l’école à travers la réduction des grossesses et l’éradication des IST en milieu scolaire.

Il faut rappeler que le projet « autonomisation des adolescentes et des jeunes femmes par l’éducation au Mali », fait partie intégrante du Programme global conjoint UNESCO-UNFPA-ONU Femmes financé par la République de Corée à travers son agence de coopération internationale (KOICA). Il apporte un appui à l’atteinte des objectifs fixés par le Gouvernement malien pour l’amélioration de la qualité de l’éducation, de la santé et des conditions de vie, des adolescentes et des jeunes femmes. Dans sa mise en œuvre, il répond à quatre principaux objectifs : i) Le renforcement de la qualité de l’éducation de base ; ii) Le renforcement de l’éducation à la santé sexuelle et reproductive, à l’hygiène de l’eau, et à l’assainissement ; iii) Le renforcement d’une meilleure prise de conscience de l’importance de l’égalité des genres et de l’éducation des adolescentes et des jeunes femmes par les décideurs et les communautés ; iv) Le renforcement de l’utilisation des données et des connaissances répondant aux préoccupations des adolescentes et des jeunes femmes en vue de leur autonomisation.