Mali

A Kidal, une délégation de l’ONU fait le point sur la lutte contre les violations graves faites aux enfants

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Du 10 au 12 août 2021, Joanne ADAMSON, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, et Sylvie FOUET, Représentante résidente de l’UNICEF, ont effectué une visite à Kidal. Au cours de cette mission, Elles ont eu une série d’échanges avec les autorités administratives, les représentants de la société civile ainsi que ceux de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), sur l’état de mise en œuvre de son plan d’action pour lutter contre les violations graves faites aux enfants.

Cette visite de terrain de deux jours s’inscrit dans le cadre du suivi par les Nations Unies de la mise en œuvre, par la CMA, du plan d’action qu’elle a signé en 2017 afin de lutter et de prévenir le recrutement et l’utilisation des enfants, ainsi que les violences sexuelles contre les enfants. Il était notamment question des mesures concrètes contenues dans le plan d’action et mises en œuvre avec le concours de l´équipe spéciale pays des Nations Unies pour la communication et la surveillance de l’information sur les six graves violations des droits de l’enfant, codirigée par l’UNICEF et la MINUSMA.

La délégation onusienne a ainsi eu des séances de travail avec M. Bilal Ag ACHERIF, président en exercice de la CMA et secrétaire général du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), et M. Alghabass Ag INTALLAH, secrétaire général du Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), en présence du comité directeur de la CMA et des personnes clés en charge de la mise en œuvre des actions et des dispositions contenues dans le plan d’action.

La CMA a salué cette visite et réaffirmé sa détermination à respecter les engagements formels pris dans le cadre de leur plan d’action, notamment à mettre en œuvre de manière effective des mesures de prévention contre le recrutement et l’utilisation des enfants et les violences sexuelles contre les enfants, ainsi que d’autres violations graves contre les enfants. Cette visite a aussi mis en exergue les progrès réalisés lors de la réalisation des activités listées dans le plan d’action. La CMA en a profité pour exprimer les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre effective d’autres activités majeures, y compris les entraves liées au manque d’accès des équipes onusiennes à certaines informations concernant les dispositions du plan d’action.

La MINUSMA et l’UNICEF pour leur part, représentant l’ensemble des Nations Unies à ce dialogue sur la question de protection des enfants, ont apprécié cette visite qui leur a permis de mieux appréhender les défis auxquels la CMA est confrontée dans la mise en œuvre du plan d’action contre les violations graves faites aux enfants. Elles ont exhorté la CMA à redoubler d’ardeur et à ne ménager aucun effort pour ce faire. Elles ont aussi réitéré la disponibilité des Nations Unies à accompagner ce processus devant mener à terme à la radiation de la CMA de la liste annexée au rapport du Secrétaire général des Nations Unies, mentionnant les parties qui recrutent ou utilisent des enfants en violation des obligations internationales qui leur sont applicables, en vertu des résolutions 1539 (2004) et 1612 (2005) du Conseil de Sécurité des Nations Unies.