Journée internationale des personnes vivant avec un handicap 2019 : projecteur sur le silence

Pour célébrer la Journée internationale des personnes vivant avec un handicap, la MINUSMA, via sa Division des droits de l’homme et de la protection (DDHP) et le Haut-Commissariat aux droits de L’homme au Mali, en collaboration avec l’Association Malienne des Sourds (AMASOURDS), ont organisé ce 3 décembre 2019 une visite auprès des élèves de l’Ecole pour Déficients Auditifs de Bamako. Cette rencontre avait pour but de sensibiliser ces élèves sourds-muets, muets, sourds ou malentendants sur leurs droits en tant que personnes vivant avec un handicap.

Mademoiselle X…

Certains enfants en situation de handicap peuvent être livrés à eux-mêmes, se perdre ou pire, être abandonnés par leurs parents. C’est le cas de cette petite fille rencontrée par la délégation de la DDHP lors de la visite de L’Ecole pour Déficients Auditifs de Bamako. Elle porte désormais un nom d’emprunt et a une filiation fictive à la suite d’un jugement supplétif, parce que l’école n’a pas pu déterminer son identité. Perdue ou abandonnée, elle aurait été retrouvée il y a cinq ans. Elle a été conduite au centre par l’ONG KANUYA, au début du mois d’octobre 2019 pour qu’elle puisse poursuivre sa scolarité. Depuis, elle est élève à l’Ecole pour Déficients Auditifs de Bamako et poursuit son cursus dans un silence assourdissant qui tait son histoire. Une histoire qu’elle est peut-être seule à connaitre sans jamais pouvoir ou vouloir la raconter, dans l’espoir qu’un jour on retrouve sa famille ou que sa famille la retrouve.

L’Ecole pour Déficients Auditifs de Bamako, un dispositif spécifique pour répondre au droit à l’éducation…

Sensibiliser les élèves et l’encadrement de l’école sur les droits de l’homme des personnes vivant avec un handicap, tel était le sens de cette visite. Cette activité est conforme à la demande du Conseil de sécurité de l’ONU à la MINUSMA de soutenir les autorités maliennes dans leurs activités de promotion et de protection des droits de l’homme.

Conduite par Paul D’Auchamp, Directeur adjoint de la DDHP, la délégation de chargés des droits de l’homme, a présenté et expliqué aux enfants en situation de handicap et à leurs enseignants, que leurs droits, sont les mêmes que ceux des autres hommes. Ces droits sont ceux universellement reconnus à tout être humain sans discrimination. La seule spécificité résidant dans le fait que des aménagements et mesures spéciales sont nécessaires pour garantir une pleine jouissance de ces droits fondamentaux par les personnes handicapées. Ces aménagements sont de plusieurs ordres. Pour les personnes vivant avec un handicap auditif, il peut s’agir par exemple de la langue des signes. Au cours des échanges l’accent a été mis sur l’importance de l’engagement des jeunes dans la promotion et la protection de ces droits et des aménagements qui doivent aller de pair.

La délégation a, par ailleurs, tenu une réunion au cours de laquelle a eu lieu une présentation de l’école ainsi que les défis auxquels elle fait face. C’était en présence de 12 personnes responsables et impliquées dans le fonctionnement et la gestion de l’établissement.

L’Ecole pour Déficients Auditifs de Bamako a été créée en 1993 par l’Association Malienne des Sourds (AMASOURDS). Elle a pour objectif de permettre aux enfants vivant avec un handicap auditif d’accéder à l’éducation de base au même titre que les autres élèves. L’école compte 367 élèves du préscolaire et du fondamental (1er et 2nd cycles) et deux centres de formation professionnelle, l’un en coiffure et l’autre en peinture.