Mali

Gao : Une agriculture vivante, commerciale et pérenne est indispensable au développement de la région

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Une forte délégation de la MINUSMA s’est rendue, le 6 décembre 2017, dans la commune rurale d’Anchawadj (à 45 km au nord-est de la ville de Gao), pour inaugurer un projet à impact rapide (QIP) intitulé " Installation d’un périmètre maraîcher de 2 Ha pour la jeunesse de Djebock". Prévu pour durer six mois il est financé pour un montant de 29.021.280 FCFA. Mis en œuvre par l’Association "Algafiet", ce projet vise à créer des opportunités d’emplois pour les jeunes qui sont susceptibles d’être enrôlés dans des groupes armés.

Mohamed Ag Mohamed Maouloud, marié avec 3 enfants est un berger qui s’est joint à l’Association "Algafiet" il y a un peu plus de six mois. Il y a appris l’agriculture. « Depuis mon enfance, tout ce que je savais faire c’était de conduire les troupeaux aux pâturages à des kilomètres de chez nous. Travailler la terre n’est pas dans nos habitudes », déclare-t-il avant d’ajouter que : « depuis six mois, je travaille la terre et notre maison ne manque plus de légumes et autres betteraves. Mais avant, nous mourrions de faim régulièrement. Vous avez les vaches et les moutons, mais il faut trouver des acheteurs pour avoir un peu d’argent et ce n’est pas du tout facile ».

Le projet à impact rapide financé par la MINUSMA vient de transformer la vie et le comportement de plusieurs jeunes de la localité de Djebock, située dans la commune rurale d’Anchawadji. Ils y cultivent les carottes, les pommes de terre, les betteraves rouges, les céleris, les choux, les oignons et échalotes, les courges, les tomates et voire même, les arachides.

M. Mohamed Haidara, conseiller communal qui représentait le Maire d’Anchawadj à la cérémonie d’inauguration dudit projet, se réjouit de l’initiative prise par les jeunes de sa localité qui sont appuyés par une assistance technique de l’ONG-Union pour un Avenir Écologique et Solidaire (UAVES). « Aucun additif chimique, pesticide ou engrais ne sera utilisé dans ce périmètre maraîcher de 2 ha, grâce à notre expertise en matière agro-écologique, » a pour sa part, rassuré M. Adama Tiégoum, coordinateur de l’ONG-UAVES, qui encourage les membres de l’association à pratiquer une agriculture écologique.

La commune d’Anchawadj est une commune de migration par excellence où, la population effectue une transhumance saisonnière à la recherche des pâturages et des points d’eau. La présence de mares temporaires notamment Djebock, Agdilinta, Samit et Imnas, servant de zone de repli pour le cheptel pendant la saison sèche, n’arrive pas à satisfaire les besoins en eau, tant pour les animaux que pour les populations.

« Une agriculture vivante, commerciale et pérenne est indispensable au développement de notre région, qui représente pour nous un immense intérêt commun, » a souligné le Représentant du Maire d’Anchawadj, tout en poursuivant : « comme l’eau salubre est indispensable à la vie et à la santé, son accès est importants pour le bien-être de la société ».

Ce projet à impact rapide a aussi facilité non seulement la réalisation d’un château d’eau permettant la distribution de l’eau dans les bassins à l’intérieur du périmètre, mais également la construction de bassins et du système d’irrigation qui facilite l’apport de l’eau dans les planches. C’est d’ailleurs « l’une des grandes réussites de ce projet qui vient de mettre l’eau potable à la disposition des animaux et des populations, afin de prévenir les risques de santé publique liés aux maladies transmises par l’eau, » a reconnu le Coordinateur de l’ONG-UAVES.

Crée en juillet 2015 et composée de 63 membres dont 28 femmes, l’Association "Algafiet" a pour objectifs de lutter contre la pauvreté, l’analphabétisme et de promouvoir le reboisement dans la zone. Elle cible les jeunes et les femmes qui sont les plus exposés aux catastrophes et aux effets néfastes du conflit armé dans la région.