Mali

Evaluation rapide de l’impact du coup d’état du 18 août 2020 sur la situation de protection des enfants au Mali - Résultats de l’évaluation rapide en ligne du Sous-Cluster Protection de l’Enfant, septembre 2020

Format
Assessment
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Contexte : Coup d’Etat et prise de pouvoir par le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP)

Le 18 août, une partie de l’armée malienne a pris le pouvoir au Mali. Le président Ibrahim Boubacar Keita a été arrêté avant d’annoncer la démission de son gouvernement. Le CNSP dirigé par le Colonel Assim Goita a annoncé le nouvel ordre dans un discours télévisé le soir du 18 août. Au niveau international, les réactions se sont multipliées pour condamner le changement anticonstitutionnel du gouvernement, bien qu’il ait été adopté globalement de manière pacifique. La CEDEAO a annoncé le 20 août des sanctions incluant la fermeture des frontières aériennes et terrestres et des sanctions économiques. L’organisation internationale de la francophonie (OIF) a suspendu le Mali de ses instances. L’ancien Président IBK a été libéré le 27 août, alors que le Premier Ministre et d’autres ministres sont encore détenus. Les négociations et consultations sur la transition se poursuivent. A ce jour, les sanctions internationales sont toujours en vigueur.

Afin d’identifier l’impact de ces événements sociopolitiques sur la protection des enfants, le Sous-Cluster Protection de l’Enfant a effectué une évaluation rapide via un questionnaire en ligne auprès des organisations de protection de l’enfant au Mali. Ce questionnaire rapide visait à identifier l’impact immédiat et les risques majeurs à anticiper, d’une part l’impact sur l'accroissement des vulnérabilités et la protection des enfants, d’autres part l’impact sur les opérations et services des acteurs de protection de l’enfant. Des échanges avec les organisations de protection de l’enfant et membres du Sous-Cluster Protection de l’Enfant ont complété l’évaluation.

Il s’agit d’une analyse prospective, basée dans la mesure du possible sur des éléments factuels observés, mais aussi sur les ressentis et anticipations des partenaires sur le terrain. Cette analyse rapide préliminaire vise à anticiper les risques potentiels à court et moyen terme, afin d’identifier les éventuelles mesures de mitigation, ainsi que répondre aux questions et inquiétudes des partenaires internationaux. Ce rapport présente les principaux résultats sur l’impact observé et anticipé par les acteurs de protection de l’enfant.