Mali + 8 more

Décision de la Commission du 12.5.2014 relative au financement d'actions humanitaires au Sahel au titre du mécanisme de transition (ECHO/-WF/EDF/2014/01000)

Format
Other
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

LA COMMISSION EUROPÉENNE,

vu le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne,

vu la décision 2013/759/UE du Conseil du 12 décembre 2013 relative à des mesures transitoires de gestion du FED du 1 er janvier 2014 jusqu'à l'entrée en vigueur du 11e Fonds européen de développement («mécanisme de transition»), et notamment son article 2,

vu le règlement (CE) n° 617/2007 du Conseil du 14 mai 2007 relatif à la mise en œuvre du 10e Fonds européen de développement dans le cadre de l'accord de partenariat ACP-CE , et notamment son article 5, paragraphe 4, et son article 8,

considérant ce qui suit:

(1) Selon les données les plus récentes fournies par les pays sahéliens, près de 4,1 millions de personnes ont immédiatement besoin d’une aide alimentaire d’urgence et, selon la tendance observée actuellement, ce nombre pourrait aller jusqu'à 7,1 millions dès le mois de juin. En outre, environ 15 millions de personnes sont déjà confrontées à une insécurité alimentaire modérée. Nombre d’entre elles commenceront à souffrir d'une insécurité alimentaire sévère à l'approche de la période de disette si des mesures d'atténuation et d’urgence d'une ampleur suffisante ne sont pas prises.

(2) Entretemps, dans le cadre du plan d'intervention stratégique au Sahel, des équipes humanitaires nationales ont, en collaboration avec les partenaires gouvernementaux, estimé à 11,7 millions le nombre de personnes qui auront besoin d'une aide alimentaire d’urgence en 2014.

(3) Selon les estimations, le fardeau de la malnutrition aiguë globale (MAG) est plus lourd qu'en 2013: 5,7 millions de personnes souffrent de malnutrition aiguë, dont 5,3 millions d'enfants de moins de cinq ans parmi lesquels 1,6 million souffre de malnutrition aiguë sévère. Cette augmentation est principalement due à la forte croissance de la population sahélienne et à la persistance de niveaux élevés de MAG.

(4) Si certains gouvernements de la région du Sahel (le Niger, le Burkina Faso, le Mali et la Mauritanie) travaillent actuellement à la mise en place d'un plan de réaction national pour faire face à la crise alimentaire et nutritionnelle qui sévit dans leur propre pays, les actions complémentaires et coordonnées menées par les acteurs humanitaires revêtiront une importance capitale, eu égard au nombre énorme de ménages concernés.