Mali + 1 more

Aux côtés du Mali pour une gouvernance locale inclusive

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

La Suisse et le Mali viennent de signer un accord de financement d’un montant de 5, 5 milliards de FCFA (CHF 8 millions) en vue de promouvoir une gouvernance locale inclusive et le renforcement de la société civile dans son rôle de veille citoyenne. L’appui bénéficiera aux régions de Mopti et de Tombouctou. Depuis 15 ans, la DDC soutient la gouvernance et la décentralisation dans la région de Sikasso, au sud du pays.

Le Ministre de la Réconciliation Nationale - assurant l’intérim du Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Coopération Internationale - et la Directrice Résidente du Bureau de la Coopération suisse au Mali ont procédé, le lundi 13 avril 2015, à la signature d’un accord marquant le démarrage du programme « Partenariats pour l’exercice d’une gouvernance appropriée ». Grâce à ce programme, les Conseils Régionaux de Mopti et de Tombouctou pourront améliorer l’accès des communautés aux services de base.

D’une durée de quatre ans, ce programme va contribuer à la mise en œuvre de la régionalisation et de la décentralisation au Mali. En le soutenant, la Suisse entend aider le Mali à faire face aux nombreux défis suite à la crise politico institutionnelle de 2012. Cette dernière a, par ailleurs, mis en évidence plusieurs lacunes : la faiblesse des institutions, des médias peu formés, une société civile silencieuse face aux dérives du pouvoir, une corruption accentuée, etc. Quant aux collectivités, elles peinent à générer des ressources pour soutenir le développement local. Ainsi, les inégalités s’accentuent entre la capitale, le centre et les autres régions du pays.

Contrôle citoyen et débats sur la paix

Le programme permettra de former une quarantaine d’organisations de la société civile et radios communautaires. Les formations porteront sur les techniques d’interpellation, du plaidoyer, de la gestion des affaires locales et des conflits. La société civile et les autorités traditionnelles seront à même de jouer leur rôle de contrôle citoyen. Elles organiseront des espaces d’interpellation publiques sur la gestion des affaires locales. Les radios communautaires relayeront les débats issus de ces rencontres. Elles organiseront, aussi, des émissions sur des sujets d’actualité (corruption, impunité…). Ainsi renforcée, la société civile pourra réaliser des projets sur la cohésion sociale et paix, de lutte contre la corruption dans les régions de Tombouctou, Mopti et Sikasso.

Vers un essor économique des régions

Les Conseils Régionaux et les autres collectivités réaliseront des projets économiques à l’échelle régionale et transfrontalière. Ces réalisations visent à réduire la pauvreté et renforcer la cohésion sociale au sein des régions. En outre, ils signeront avec l’Etat central une convention sur plusieurs années, afin de réaliser des infrastructures routières, des marchés et des aménagements hydroagricoles. Les Conseils Régionaux, les collectivités, l’Etat et les privés travailleront à partir d’une vision commune du développement économique régional.