Mali

Appui de la MINUSMA dans la Région de Gao : de l’eau potable pour les habitants de Kadji

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Les résidents du village de Kadji, commune rurale de Gounzourèye dans le cercle de Gao, ont aujourd’hui accès à une eau saine. À travers sa Section de la Réforme du Secteur de la Sécurité, du Désarmement, de la Démobilisation et de la Réinsertion / réintégration (RSS-DDR), la MINUSMA a réalisé une adduction d’eau dont le coût total est de 35.563.000 F CFA.

Seydou BABA, le plus âgé du village de Kadji, situé à quelques encablures de la ville de Gao et à l’opposé du fleuve Niger, a assisté ce 30 septembre 2020 à la cérémonie de remise du projet de contribution à la réduction de la violence communautaire par la réalisation d’une adduction d’eau dans son village. « C’est la première fois de ma vie que je bois l’eau du robinet. Avant, notre seule source d’approvisionnement en eau était le fleuve, » confie-t-il.

« Ce projet a pour but de participer à la cohésion sociale, à la lutte contre les conflits au sein des communautés ainsi qu’à leur prévention, » a déclaré le Chef du bureau régional de la MINUSMA à Gao, Mohamed El-Amine Souef, qui présidait ladite cérémonie. Le Chef du village de Kadji, le Maire de la Commune Rurale de Gounzourèye, étaient présents ainsi que le Coordonnateur de l’Association des amis pour le développement intégré de Sahel-Mali (ONG A.A.D.I.S- Mali) qui est le maître d’ouvrage dudit projet.

Le village de Kadji de par sa position est la zone de forte concentration des mouvements armés avec leurs différents postes, de diverses confessions religieuses, mais également des éleveurs qui sont constamment à la recherche du pâturage et de points d’eau qui sont souvent les facteurs de tensions entre les communautés.

Le maire de la commune rurale de Gounzourèye, Abdel Kader Younoussa MAIGA, est convaincu que ce point d’eau qui est déjà utilisé par 290 personnes dont 142 femmes est « une réponse appropriée pour prévenir ou atténuer les conflits communautaires ». *Il a ensuite confirmé qu’«* aucun conflit n’a été enregistré dans le village de Kadji depuis la réalisation de cette adduction d’eau sommaire avec trois bornes fontaines ».

La Mission onusienne a déjà réalisé, en partenariat avec l’ONG A.A.D.I.S-Mali, d’autres projets de réduction de la violence communautaire dans la région, notamment la réalisation d’un jardin maraîcher d’un hectare alimenté d’un forage dans la village d’Ilouk, commune rurale de Tilemsi (coût du projet : 33.677.020 F CFA), le projet d’amélioration des conditions de sécurité des populations de Fafa à travers la mise en place de l’éclairage publique (montant total du projet : 37.744.400 F CFA), entre autres.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Mandat de la MINUSMA, renouvelé en juin dernier par la résolution 2531 (2020) du Conseil de sécurité de l’ONU. Celui-ci, lui demande notamment de « soutenir le cantonnement et le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des groupes armés, notamment grâce à l’intégration dans les Forces de défense et de sécurité (…) et la poursuite de l’exécution d’un programme de lutte contre la violence communautaire… ».